TOP 14, Finale – Paris, le Brennus a sa botte

Au terme d’une finale cadenassée, le Stade Français a confirmé l’euphorie qui l’animait cette saison et durant ces phases finales et soulever le 14ème Brennus du club, grâce à quatre pénalités de soin ouvreur sud-africain, Steyn. Bravo à eux, mais également à Clermont, qui s’incline certes à nouveau mais qui saura se relever.

Pour sa deuxième finale de la saison, Clermont comptait bien effacer l’échec de la dernière Coupe d’Europe et brandir son deuxième Brennus de l’histoire, pour sa première finale depuis 2010, année du sacre. Et l’entame de match pouvait permettre aux Jaunards d’espérer atteindre leur objectif. En effet, en mettant les avants parisiens au supplice en mêlée, sur un secteur où ils étaient pourtant ultra performants, les Auvergnats frappaient forts.

Mais pas suffisamment, car en ne concrétisant pas leur action, ils ne prenaient pas le score et permettaient à Paris de se remettre à l’endroit et de mettre la main sur la balle. Et il ne fallait pas en permettre autant aux partenaires de Morne Steyn qui, auteur d’un 100% au pied, permettait à Paris de se nourrir de l’indiscipline adverse et prendre le large 9-0 et d’avoir son destin entre les mains.

Un destin bâti au pied, et dès le début du match, car craintives du jeu offensif adverse, les deux formations cadenassaient la partie, en proposant des rideaux défensifs très denses au près. Seule zone de jeu clairement définie et utilisable, le large. Une tendance confirmée par le fait qu’à chaque fois qu’une équipe envoyait aux ailes, il y avait du danger.

Une perspective qui ne donna pourtant d’idée à aucunes des deux équipes, celles-ci repartant sur le même tempo lors du deuxième acte, après la réduction du score de Lopez juste avant la pause. Steyn manquant deux pénalités dans cette période, Clermont se reprenait à rêver d’un titre, et la pénalité de James à l’heure de jeu, accentuait cette impression. Une impression qui aurait pu devenir réalité si l’ouvreur australien n’avait pas manqué un coup de pied dans ses cordes dans les dernières minutes et qui aurait ramené les siens à hauteur de Paris.

Un manque immédiatement utilisé par l’adversaire qui obtenait une nouvelle chance de tuer la rencontre à quelques secondes de la sirène. Cette fois le buteur sud-africain du Stade Français ne manquait pas la mire et offrait le 14ème Brennus du club à ses partenaires.

L’on repense forcément à ces dernières saisons difficiles, pour ne pas dire galères, d’un club qui avait animé le rugby national pendant 10 ans, de son retour dans l’élite en 1997 à 2007. Des années de vache maigre effacées le temps d’une soirée fantastique, après une saison maîtrisée et des phases finales de haute volée. 

Bravo à ces jeunes qui ont su redonner un nouveau souffle à ce club historique, à ces vieux briscards restés fidèles au poste et encadrant parfaitement les minots, à ce staff qui aura su tirer le meilleur des joueurs si différents, et à ces dirigeants qui auront permis à tout le monde de travailler dans la sérénité et d’atteindre ses objectifs.

Bravo également à Clermont qui a certes perdu une nouvelle finale cette saison, une nouvelle finale de championnat, mais qui saison après saison reste au sommet du rugby français et européen, gage de qualité et de volonté. Et à n’en pas douter, après ce revers et un réveil qui s’annonce forcément difficile, l’ASM saura à nouveau se relever.

 

TOP 14 – Clermont - Paris : 6-12 – Finale – saison 2014-2015 

Arbitre: Pascal Gaüzère 

Les points 
Clermont: 2 pénalités Lopez (39) James (62) 
Stade Français: 4 pénalités Steyn (14, 21, 27, 79) 

Exclusion temporaire: 
Clermont: Bardy (14) 

Remplacement temporaire: 
Stade Français: Bonfils par Sempéré (33-40+1, protocole commotion) 

Les équipes 
Clermont: Abendanon - Buttin, Rougerie, Stanley (Delany,69), Nalaga - (o) Lopez (James, 51), (m) Parra (Radosavljevic, 69)- Bardy (Lapandry, 69), Lee, Chouly (cap) - Vahaamahina, Jedrasiak (Pierre, 51)- Zirakashvili (Ric, 73), Ulugia (Kayser, 20), Domingo (Chaume, 73) 
Stade Français: D. Camara (Doumayrou, 66)- Arias, Waisea (Bosman, 79), Danty, Sinzelle - (o) M. Steyn, (m) Dupuy (Fillol,69) - Parisse (cap), Lakafia, Burban (Ross, 65)- Flanquart, Pyle (Papé, 26)- Slimani, Bonfils (Sempéré, 56), Van der Merwe (Taulafo, 63)

Articles liés

Informations Liées

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos

It seems you came from an english place,
you might want to go there