TOP 14 Orange, J8: zone (Basque) relégable

Clermont, Castres et Toulouse, trio infernal de ce TOP 14 Orange ont à nouveau marqué les esprits ce week-end… tout comme Bayonne et Biarritz, dans une tout autre mesure, qui confirment également leur état de forme. Mais quand les premiers occupent le trio de tête du championnat, les deux clubs Basques, appelés à jouer le haut de tableau, occupent les deux places de relégables. Toulon et Brive confirment l’embellie, Agen et Lyon ont bien réagit. Perpignan et Bordeaux-Bègles sombrent, mais pour Paris, le Racing-Métro 92 et Montpellier les choses ne s’améliorent pas.
JPEG - 79.2 ko
Respectivement 13ème et 14ème, Bayonnais et Biarrots sont deux relégables bien surprenants... (Crédit photo : Presse Sports)

Rien ne va plus côté Catalan qui en deux semaines, a fait tomber deux records… dont ils se seraient bien passés. Une semaine après avoir connu son plus large revers depuis 2001 (et une défaite contre le Stade Français 55-12), l'USAP a subi ce week-end sa plus large défaite à Aimé Giral depuis l'après guerre ! Avec trois revers de rang, les Catalans marquent définitivement le pas, et pas qu'un peu avec notamment deux larges revers (celui contre l'ASM faisant suite à marée subie à Toulon (0-38). Pourtant, si le score est sans appel, la prestation fournie contre Clermont n'est pas dénuée de tout espoir.

Réalisant de bonne choses, faisant notamment jeu égal sur quasiment toutes les statistiques avec l'ASM, l'USAP, de par une faillite offensive qui peu inquiéter, a connu un manque de réalisme criant, alors que pour les Auvergnant, ce fut tout le contraire. Il n'en reste pas moins qu'avec 3 points marqués en deux journées et 77 encaissés, la crise couve chez les Sang et Or, et le déplacement à Bayonne parait d'ores et déjà décisif.

En revanche, tout sourit à Clermont, qui avec son premier succès à Giral depuis le 31 mars 2002, et une victoire des 27-21, confirme que la défaite à Toulouse lors de la 6ème journée (22-9) n'était à priori qu'un accroc… avec 7 succès en 8 rencontres, Clermont a repris la tête du championnat (les Jaunards devançant le CO à la différence de points) et à proposé beaucoup de garanties quant à sa capacité à la conserver. Biarritz, lanterne rouge du championnat, qui se déplacera en Auvergne le week-end prochain peut s'inquiéter.


Comme le score pourrait le laisser présager, c'est en roue libre que les Toulousains ont disputé cette rencontre sur leur pelouse d'Ernest Vallon. Oui et non. Non, car il aura tout de même fallu attendre l'heure de jeu pour que les choses se décantent véritablement pour les locaux. Oui, car après, c'est à un véritable festival offensif que ce sont livrés les hommes de Guy Novès, avec pas moins de 6 essais en 21 minutes !

Pourtant, avant cela, il aura fallu se retrousser les manches. 6-6 à la demi-heure de jeu, 11-6 à la pause, score identique à la 59ème minute, les Stadistes se sont longtemps heurté à un promu accrocheur, joueur, dans un premier acte marqué par un nombre considérable de fautes de main… empêchant les Girondins de concrétiser leurs temps forts, et les Midi Pyrénéens de faire gonfler le score.

Sur le même tempo à l'entame du deuxième acte, les Toulousains auront su faire exploser leurs visiteurs du week-end à l'heure de jeu pour s'offrir une fin de rencontre tranquille. Ils profitent de cette occasion pour rapidement évacuer la sèche défaite ramenée de Castres le week-end dernier (24-3), et se préparer au mieux pour la réception du Stade Français dans un grand classique de notre championnat. Pour l'UBB, qui vient d'enregistrer son plus lourd revers de la saison, il faudra oublier les 20 dernières minutes de la rencontre, s'appuyer sur les 60 premières pour préparer la venue du LOU en Gironde le week-end prochain et se maintenir hors de la zone rouge.


Après un début de saison moribond, on peut dire que l'air du Pays Basque a le don de bonifier les Coujoux ! En deux semaines, et avec la réception de Biarritz et Bayonne, le CAB a fait carton plein. Deux victoires, deux bonus offensifs. 62 points pour, 17 contre. 8 essais inscrits, 2 encaissés. Et Brive, tranquillement, retrouve la première partie du classement. Après 4 défaites de rang, ces deux probants succès donnent un véritable bol d'air pur aux Corréziens, pour lesquels tout n'aura pas été simple ce week-end.

En effet, ils auront du attendre la toute fin de la première période pour ouvrir le score grâce à un essai de Méla, et les arrêts de jeu du match pour glaner le bonus offensif. Peu importe, seule la victoire compte. Et elle compte énormément, avant d'aborder un déplacement à Toulon, la réception du Racing-Métro 92 et l'Amlin Challenge Cup mi-novembre. Une situation à laquelle doivent certainement rêver les Basques, qui avec seulement deux victoires lors de ce championnat, entrent dans la zone rouge au soir de cette 8ème journée de championnat.

Une situation très surprenante pour une équipe qui attend certes bon nombre de joueurs (en raison de la Coupe du Monde), mais dont l'effectif, en l'état, est le même que la saison précédente, durant laquelle le club avait joué la qualification à la Coupe d'Europe. Une situation inacceptable pour les dirigeants et les supporters qui attendent beaucoup plus de l'Aviron. Une situation qui doit changer dès le week-end prochain lors de la réception de Perpignan, et surtout avant d'aller disputer à Anoeta le derby du Pays Basque, qui ne devra pas prendre des airs de derby du maintien !


Les Basques se satisferont en se disant qu'ils n'ont pas perdu, et que cela est arrivé à deux reprises en trois matchs. Les mauvaises langues diront qu'ils ne gagnent pas non plus, et c'est bien là que le bas blesse. Car avec une seule victoire dans ce championnat, le BO est lanterne rouge du TOP 14 Orange, et ce pour la deuxième journée consécutive. Un classement indigne d'un club de ce calibre, et pas du tout imaginable à l'entame de la saison. Certes, les Rouge et Blancs n'ont pas été épargnés par les blessures des cadres restés au pays durant la Coupe du Monde, mais cela serait trop réducteur de ne s'arrêter qu'à cela.

Aujourd'hui dans une spirale négative, c'est la peur au ventre que les Biarrots disputent tous leurs matchs, et cela s'est à nouveau senti face au LOU. Pire, ils auraient même pu s'incliner, les Rhodaniens menant par deux fois au score. Mais si la troupe du Président Blanco manque cruellement d'inspiration, elle ne manque pas (n'en a jamais manqué et n'en manquera jamais) d'orgueil. Et c'est cet orgueil qui leur aura permis d'obtenir le nul (qui ne les satisfait pas) et qui aurait pu, en se libérant un peu plus, leur offrir la victoire en fin de rencontre.

Tant pis, il faut faire avec et surtout continuer à travailler pour que les résultats s'enchainent et pour garder l'espoir. Essentiel avant deux matchs primordiaux dans la tenue de leur futur en championnat. D'abord à Michelin face à l'irrésistible ASM, puis une semaine plus tard à Anoeta face à Bayonne pour un derby basque qui s'annonce plus tendu que jamais. La situation des Biarrots en ferait presque oublier que le LOU a glané un bon résultat ce week-end. Invaincus depuis deux semaines, les Lyonnais ont enfin pu enchainer deux bons résultats avant de se rendre à Bordeaux pour y affronter l'autre promu, l'UBB.


En s'installant dans le fauteuil de leader au soir de la dernière journée et d'un solide succès sur l'ancien leader, Toulouse (24-3), il fallait s'attendre à ce que le CO ne veuille plus le quitter, même si c'est le cas. Et pourtant, avant un déplacement difficile chez un MHR qui avait retrouvé de l'allant avec deux victoires de rang, ses deux seules de la saison, rien n'était acquis. L'entame de match des Héraultais, avec un essai de l'inévitable Gorgodze dès la première minute allait dans ce sens, et un avantage de 10-9 à la pause pour les locaux le confirmait.

Pourtant, dès le retour des vestiaires, le CO prenait la tête pour la première fois du match, pour ne plus la lâcher. Certes stérile en terme d'essai (pour la 4ème fois de la saison après la J1 face à Perpignan (6-25), la J5 contre Brive (30-24), la J6 à Lyon (18-16)), les Tarnais ont à nouveau pu s'appuyer sur l'efficacité de leurs buteurs (en l'occurrence le sud-africain Rory Kockott) pour remporter un succès très précieux. Certes, Castres, malgré le même nombre de point que le leader Clermontois, pointe à la deuxième place du classement au profit de la différence de points, mais reste au sommet du TOP 14 Orange.

Le Racing-Métro 92, mal en point et qui se déplacera à Pierre Antoine est prévenu, il faudra un exploit pour faire chuter les hommes de Laurent Labit et Laurent Travers. Si une victoire à Agen ne s'apparentera pas forcément à un exploit pour Montpellier, il s'agira tout de même d'une énorme performance. Et c'est ce dont les Héraultais doivent être capables de réaliser le week-end prochain à Armandie, pour s'éloigner de cette zone rouge toujours aussi pressante… trop pressante !


Nous le disions avant le match, l'avantage du terrain pouvait s'avérer déterminant pour le SUA, non pas forcément en raison des prestations de locaux, certes vainqueurs de Lyon (24-18) mais également dominés par Toulouse (23-24), mais surtout en raison de l'incapacité des Stadistes à proposer des prestations de qualité loin de la Capitale. La rencontre du week-end a confirmé la tendance.

D'une part, les Agenais ont fourni une belle prestation, avec 4 essais marqués (dont un de pénalité) pour leur première victoire bonifiée de la saison. D'autre part, les Parisiens ont à nouveau montré un visage bien différent de celui qu'ils montrent d'ordinaire à Charléty. Invaincus dans leur antre (3 victoires et 1 nul), les hommes de Mickael Cheicka, après ce revers dans le Lot et Garonne, sont derniers du classement à l'extérieur, avec 4 défaites en autant de matchs et aucun point de bonus défensif.

Rien de très rassurant avant de se déplacer dans la Ville rose pour y défier un Stade Toulousain auteur d'un festival offensif face au promu girondin. Alors, victime expiatoire ou adversaire inattendu des Rouges et Noirs ? Peut-être la deuxième option, car les Parisiens se sont souvent illustrés à Toulouse, et parfois même alors qu'ils étaient au plus mal. 5ème du classement, le SUA reste sur son petit nuage, et confirme que la fin de saison dernière et le début de la nouvelle sont tout sauf due au hasard. Montpellier, prochain adversaire des Agenais à Armandie sait à quoi s'attendre.


3 défaites consécutives, 1 victoire en 6 matches, le bilan du Racing-Métro 92 au soir de la 8ème journée est aussi édifiant que surprenant. Véritable épouvantail du championnat, le club alto-séquanais inquiète. A sa décharge, de nombreux internationaux ont disputé la Coupe du Monde, mais beaucoup de clubs sont dans le même cas. En revanche, contrairement à d'autres, et à l'image de Biarritz, aussi en difficulté, une cascade de blessure a touché les rangs des Racingmen, en pensant notamment à la plus dure, celle de Benjamin Fall, absent pour de longs mois.

Il n'y a pas encore le feu au lac avec toujours la septième place en récompense, mais il faut rapidement régler la mire pour mettre fin à cette série noire et repartir de l'avant. Il y a des raisons d'espérer, car même si ce fut stérile, la fin de match des hommes de Pierre Berbizier fut maîtrisée, par une pression constante sur la ligne de défense (héroïque) du RCT. C'est sur cela qu'il faudra s'appuyer, et aussi une réussite au pied plus conséquente, pour retrouver le chemin du succès.

Cela dit, il faut rendre hommage à Toulon, qui a fait ce qu'il fallait pour mettre les Franciliens à genou. Menés 6-0 au quart d'heure de jeu, les Méditerranéens ne se sont jamais affolés, faisant d'abord leur retour grâce au pied de Wilkinson auteur de deux pénalités, avant de tuer le match juste avant la pause grâce à un essai parfaitement construit et inscrit par l'arrière Rooney. Deux pénalités supplémentaires de l'ouvreur anglais permettaient au RCT de prendre un avantage décisif et de signer sa 4ème victoire en 5 matchs. 4ème du classement, les hommes de Bernard Laporte se sont parfaitement calés dans la roue du trio de tête et compte bien y rester… Brive et Agen, qui se déplacent à Mayol lors des deux prochaines journées sont promis à des heures difficiles.

..

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos