TOP 14 Orange, J5 : ils n’y arrivent pas !

Cinq matchs, aucune victoire, le bilan est très négatif pour Montpellier et Biarritz, englués en queue de peloton. Orphelin de ses leaders partis en Nouvelle Zélande, le MHR ne décolle pas. Miné par les blessures des cadres formant l’épine dorsale sensée tenir la baraque pendant la Coupe du Monde, le BO tente de progresser. Mais le temps presse pour les deux équipes… à l’inverse de Clermont qui caracole en tête et de ses poursuivants, Toulouse et Castres qui ont trouvé la bonne carburation.
JPEG - 57.6 ko
La crise menace à Montpellier, à l'image d'un Fabien Galthié sans solution... le MHR reste dans le flou.

Biarritz (b) – Perpignan : 24-29

Les Biarrots y ont cru ! A la recherche de leur première victoire de la saison, les Basques avaient fait de ce match face à l'USAP un rendez-vous au sommet, dont la victoire était primordiale. Et malgré une entame de match dominée au score par les Catalans, 12-3, au quart d'heure de jeu, les biarrots, bien en place, tenaient le rythme. Ils prenaient même le match en main à la demi-heure de jeu, 21-12, suite à un essai de Bolakoro. Virant à la pause avec ce score en leur faveur, les Rouges et Blancs pouvaient enfin se prendre à rêver à un premier succès dans ce championnat.

Le deuxième acte mis fin à tous leurs espoirs. Grâce à Chouly dès le retour sur la pelouse, puis par Battle à l'heure de jeu, les Catalans inscrivaient deux essais, tout deux transformés par Porical, qui permettaient, en plus d'une nouvelle pénalité de l'arrière international, de prendre les rênes du match, 29-21. Un écart conservé jusqu'à la sirène mais pas après. Car si les locaux firent rapidement une croix sur la victoire, et se résignant à subir une nouvelle défaite, ils ne lâchèrent jamais pour autant leur pression sur leur adversaire.

S'ils n'y parvinrent pas à la main, c'est au pied, par Barraqué, dans les arrêts de jeu, que Biarritz arracha le bonus défensif pour rejoindre Montpellier au classement, mais rester engluer en queue de peloton. Les deux déplacements à Bordeaux et à Brive risquent déjà d'être décisifs pour la suite de la compétition. Les Catalans, troisième du championnat, ont eux au mieux préparé la venue d'Agen.


Castres – Brive (b) : 30-24

Irrésistibles dans leur antre, avec 4 essais inscrits lors de leurs deux prestations à Pierre Antoine (face à Paris et Agen), le CO a éprouvé bien plus de difficultés lors de cette 5ème journée. Pourtant, sur une série de trois victoires de rang, dont une à Biarritz, les Castrais partaient largement favoris face à une formation briviste qui se cherche encore cette saison. Mais voilà, si la formation Cabiste ne présentait pas un bilan très reluisant en termes de succès, et notamment en raison de deux défaites en autant de matchs à domicile, elle avait déjà montré de très belles aptitudes en déplacement.

En effet, une victoire à Montpellier (28-12) puis un revers bonifié à Perpignan (12-9) permettait au CAB d'être l'une des meilleures formations loin de ses bases. C'est à nouveau confirmé, au terme d'une rencontre où les hommes d'Ugo Mola n'ont absolument rien lâché, tenant tête à un CO qui à certes quasiment toujours mené au score (Brive ne menant que 2 minutes à partir de la 49ème, 18-15) pour arracher un bonus défensif plus que mérité.

Les aptitudes corréziennes à voyager ne font donc plus aucuns doutes, et c'est une très bonne nouvelle avant d'aller défier le Stade Français dans la Capitale, d'autant que Brive y reste sur une victoire 29-27. Pour le CO, si la victoire a été moins nette que les précédentes, elle permet toutefois aux Tarnais d'enchainer un 4ème succès de rang et de poursuivre sa route dans la roue des leaders.


Clermont – Bayonne (b) : 19-13

L'essentiel est conservé pour Clermont, la victoire et la première place, mais ce ne fut pas de tout repos. Au terme d'un premier acte marqué par le manque de réussite inhabituel du canonnier local, Brock James, les Jaunards voyaient l'Aviron faire course en tête grâce à un essai remarquablement construit. Derrière une mêlée sur les 25 mètres asémistes, Benjamin Boyet délivrait un maître coup de pied dans le dos de la défense, Lionel Mazars à la retombée, volleyait le ballon pour Lacroix qui filait dans l'en but…

… insuffisant toutefois pour contenir Clermont qui, après un essai transformé et une nouvelle pénalité de l'ouvreur australien, rentrait au vestiaire avec le score en sa faveur, 13-7. Insuffisant tout court pour inquiéter des Auvergnats qui, bien que dans la douleur, restaient sûr de leurs forces. Gérant leur mince avance au score, les locaux parvenaient à sortir leurs adversaires du bonus défensif à deux reprises, mais ces derniers y revenaient à chaque fois.

Tout le monde est plus ou moins satisfait à l'issue de la rencontre. L'ASM l'emporte à domicile, reste invaincu et conserve son fauteuil de leader. Bayonne a retrouvé des valeurs, et même si le coup est passé très près, c'est une défaite positive et prometteuse. Ceci dit, le temps presse pour les Basques qui avec seulement un succès cette saison et 4 matchs sans victoire pointent en bas du classement. Une situation loin d'être idéale avant de recevoir le Racing-Métro 92 et Montpellier. La victoire sera primordiale. Pour Clermont, en déplacement à Toulouse, les choses risquent d'être compliquées, et la première défaite de la saison pourrait intervenir… mais qui sait, le jaune a souvent été à l'honneur dans la Ville Rose ces dernières années.


Montpellier (b) – Bordeaux-Bègles : 16-20

Rien ne va plus à Montpellier qui vient d'enregistrer sa deuxième défaite en deux matchs à la maison, la quatrième de la saison. Avec aucune victoire au compteur, le MHR plonge petit à petit dans la crise, et elle semble imminente. En effet, il y a souvent des détails positifs dans chaque défaite, de quoi espérer pour la suite, et bâtir un socle de travail pour le futur, mais là, le problème semble bien plus profond, et il serait réducteur de l'expliquer par les seules absences des internationaux partis à la coupe du Monde.

Le duo d'entraîneur en est bien conscient, et à la lumière de leurs commentaires acerbes à l'issue de cette défaite, l'avenir du club héraultais ne s'annonce pas beaucoup plus ensoleillé. « Il n'y a pas de progrès », « il n'y a rien à dire », « je n'ai pas de solutions », Fabien Galthié semble dépité. « Rien ne fonctionne », « tout le monde est en faute », « les fondamentaux ne sont pas en place », Eric Béchu n'est pas plus positif. Au delà de cette situation, l'espoir doit être de mise, car on ne peut être finaliste du championnat par hasard. Le MHR est certes dans une spirale négative, mais une seule victoire pourrait suffire à remettre tout le monde sur les bons rails… la venue de Toulon le week-end prochain pourrait être une occasion.

Reste que ce nouveau revers montpelliérain fait des heureux, les Girondins. Et il ne faudrait pas que la mauvaise passe du dernier finaliste ne masque la performance que le promu vient de réaliser. En signant sa deuxième victoire de la saison, l'UBB se donne de l'air et prend ses distances sur la zone rouge. Une bonne bouffée d'air pure avant de recevoir deux fois, Biarritz d'abord, l'autre équipe de ce championnat toujours à la recherche de sa première victoire, et le Racing-Métro.


Racing-Métro 92 – Lyon : 25-12

A défaut d'être convaincant, c'est un succès précieux qu'ont empoché les Racingmen. Muselés offensivement par une valeureuse équipe lyonnaise, les altoséquanais n'ont pu franchir la ligne adverse qu'une fois dès l'entame du match par Cronje (1ère), contre deux à leurs adversaires, par Lespinas à la 20ème et Kavtidze après la sirène. Ils auraient même pu en encaisser un autre, sans un retour énorme de Bobo sur 60 mètres, après une interception de l'ailier rhodanien Ratuvou.

Point positif, le réalisme francilien a à nouveau fait merveille, et la réussite au pied de Wisnsiewski, auteur de 17 points et d'un 100% de réussite s'avèrent être des atouts non négligeables pour les semaines à venir. Cinquièmes du classement, les Franciliens se sont replacés, et ont pris des points précieux avant d'enchainer deux déplacements compliqués à Bordeaux et Bayonne, chez des formations qui ont besoin de gagner.

Côté Lyonnais, la victoire à Brive n'a pu être confirmée, mais comme depuis le début de la saison, l'envie affichée et les qualités montrées peuvent permettre aux hommes du duo Saint-André – Lazerges d'aborder la suite de la compétition avec sérénité. A commencer par les réceptions de Castres et Paris dans la quinzaine à venir, et qui doivent absolument être bonifiées.


Agen (b) – Toulouse : 23-24

Que de rebondissements ! C'est d'abord la patte toulousaine qui fit merveille dans cette rencontre. Avec deux essais inscrits au cours de la première demi-heure de jeu, par Donguy et McAlister, les Rouge et Noirs prenaient les rênes de la rencontre pour virer en tête à la pause 14-3, puis 17-3 dès le retour des vestiaires. A ce moment, on voyait mal les hommes de Guy Novès passer à côté d'un succès qui leur tendait les bras… pourtant !

La 43ème minute, moment de la première et dernière pénalité du buteur toulousain marqua le réveil des Agenais. Dès lors, et patiemment, les locaux reprirent le fil de la rencontre pour revenir petit à petit sur leur adversaire, égaliser juste après l'heure de jeu, lui passer devant à 10 minutes du terme, creuser l'écart à la 72ème, 23-17 pour un avantage que tout le monde pensait définitif à ce moment du match… et à la sirène. En effet, dans les toutes dernières secondes, Toulouse faisait le siège de la ligne lot et garonnaise, et sur un ultime assaut faisait un en avant… Armandie, les joueurs et le staff agenais pouvaient se congratuler, le coup de sifflet de Monsieur Laffon mettait fin au match…

… en fait non, il sanctionnait les locaux pour une faute intervenue avant l'en avant, et offrait une dernière cartouche aux Toulousains. Nyanga choisissait la mêlée, et le Stade faisait basculer la rencontre. Bézy éjectait le ballon sur McAlister qui franchissait le premier rideau pour marquer l'essai entre les poteaux, transformer et offrir la victoire aux siens 24-23. Hors d'eux, le staff agenais rentrait au vestiaire en fulminant, après avoir perdu un match qui leur tendait les bras. Mais comme à l'image de ce qu'ils montrent depuis l'entame du championnat, les Agenais peuvent être fier de leur prestation et peuvent aborder les deux énormes déplacements qui les attendent, à Perpignan puis Clermont, avec la certitude d'être prêt au combat. Toulouse, dans le sillage de sa pépite néo-zélandaise a réussit un superbe coup et reste sur le podium du TOP 14Orange, avant de recevoir le leader invaincu de la compétition.


Toulon (b) – Paris : 34-8

Il ne fallait pas être en retard au stade Mayol pour la confrontation entre Toulon et Paris. En effet, les locaux ne perdaient pas de temps en inscrivant le premier essai de l'après midi dès la première minute. Le deuxième ligne Jocelino Suta contrait l'ouvreur adverse, Warwick, et aplatissait dans l'en-but, lançant au mieux les débats, et posant les bases d'un match de qualité et garni de nombreux essais.

A la 17ème, trois avaient déjà été inscrits, deux pour les Toulonnais (Smith inscrivant le deuxième), un pour les joueurs de la Capitale (par Rokobaro), pour un score de 12-5. A la mi-temps, cinq, suite à deux nouvelles réalisations méditerranéennes (Suta et Smith signant le doublé) pour porter le score à 24-5. Sûr de leur force, l'équipe de Bernard Laporte menaient grand train un premier acte à sens unique, où les Stadistes, bien que dominés, ne fermèrent jamais le jeu.

Dans un second acte plus équilibré, le RCT gérait à merveille son avance, donnant un peu plus d'ampleur à son succès grâce à un cinquième essai, œuvre de Rooney, et assurant définitivement le premier bonus offensif toulonnais de la saison. Avec un troisième match sans défaite, et une deuxième victoire de rang, Toulon retrouve des couleurs et efface son début de saison compliqué. Il faudra certes confirmer à Montpellier le week-end prochain, mais ce de bon augure. Paris continue à alterner le bon et le moins bon, et c'est du bon qu'il faudra pour la réception de Brive lors de la prochaine journée. Malgré une place en milieu de tableau, la situation reste un peu floue, mais l'éclaircie n'est pas loin.

..

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos

It seems you came from an English-speaking place,
you might want to go there