TOP 14 Orange, J23 - Lionel Nallet (Racing Metro 92): « On espère avoir un bon finish ! »

Au sortir d’une grosse prestation au Stade de France face au leader toulousain (43-21), le Racing Métro 92 a frappé un grand coup en revenant à un point de Toulouse. Sur une bonne dynamique, les Franciliens, à l’image de leur 2ème ligne Lionel Nallet, ne veulent pas brûler les étapes. Viser la qualification directe serait parfaite, après il s’agira d’aller le plus loin possible.
JPEG - 125.2 ko
En revenant à un point du leader toulousain, au sortir d'une belle victoire (sur Toulouse) au Stade de France, le Racing-Métro 92 a frappé un grand coup. Il se place parfaitement en vue des phases finales, même si le club et son international, Lionel Nallet, ne veulent pas brûler les étapes.

Samedi, pour votre première au Stade de France, vous avez montré à votre rival direct, Toulouse, que vous étiez en pleine forme, en l'emportant 43-21. Ce match avait-il une saveur plus particulière ?
Oui, forcément ! C'était notre grande première au Stade de France avec le Racing Métro 92. Le stade était plein, il y avait beaucoup d'ambiance. Donc il est vrai que ça a ajouté un caractère spécial à cette rencontre ! En plus, le tout s'est clôturé par une belle victoire !

Vous qui connaissez bien le Stade de France avec le XV de France, qu'est-ce que ça vous a fait de de le retrouver avec le RM92 ?
On était content de cette initiative, c'est une réelle chance que nous offrait le club ! L'équipe a répondu plus que présente donc l'essentiel a été fait ! C'était un grand jour de fête pour le Racing Métro 92 ! Mais on a abordé ce match comme n'importe quel autre match ! En sachant que c'était Toulouse et qu'on devait faire preuve de beaucoup de concentration. Si le match s'était joué à Colombes, la préparation aurait été la même !

Le trophée Pierre De Coubertin, remis au vainqueur de cette rencontre, est-il un objectif ou cela n'a pas de réelle importance ?
C'est à l'initiative de Jacky Lorenzetti, un accord commun entre les présidents des deux clubs. Et donc pour lui, pour le club, c'était bien qu'on lui offre cette récompense ! Maintenant, cela n'a pas d'impact décisif pour autant ! La récompense du trophée, c'est juste un beau moyen de finir cette belle journée que l'on a vécu !

Avec cette victoire, vous restez dauphin du TOP 14 Orange (avec 68 points), mais à seulement 1 point du leader toulousain. L'objectif est-il de finir premier ?
L'objectif premier est de se qualifier pour les phases finales et je crois que pour cela, on est sur la bonne voie. Après l'idéal, si on y arrive, serait de finir dans les deux premiers pour accéder directement aux demi-finales et éviter les barrages ! Mais premier ou second n'a pas de réelle importance ! Aujourd'hui la volonté principale affichée par l'équipe et le club est de réitérer nos belles performances comme celle de samedi dernier !

Pour cela, il vous faudra réaliser un sans faute d'ici le terme de la phase régulière… A commencer par Bayonne ce week-end, quel est votre regard sur cette équipe ?
Bayonne est une équipe qui connait une période de tourmente. Mais elle n'en est pas moins un redoutable adversaire. On sait que l'Aviron possède des joueurs de qualité, que l'équipe est capable de briller, et on s'attend à une grosse opposition, une grosse présence de la part des joueurs. Je pense qu'ils voudront effacer la défaite sévère lors du derby et qu'ils auront à cœur de remettre les choses en place. A nous d'être constants.

Votre parcours récent va dans ce sens. Lors des 5 dernières rencontres, le Racing Metro 92 s'est imposé 4 fois, et a concédé une défaite bonifiée à Biarritz (36-32). C'est une manière idéale d'aborder la fin de saison ?
On est en forme. L'équipe connait, depuis un mois, un haut niveau. Il faut désormais qu'on arrive à poursuivre sur cette lancée. Cela passe par la rigueur et la concentration lors de chaque rencontre !

Comment vous abordez ces 4 derniers matchs, avant les phases finales, dont 3 déplacements ?
Oui, on n'a pas un calendrier très facile avec les déplacements à Bayonne, Perpignan et au Stade Français. Mais nous sommes confiants car le jeu que l'on produit est bien construit, bien en place ! On prend les matchs les uns après les autres, on préfère regarder le résultat à la fin. On pense d'abord à cette rencontre à Bayonne, le reste viendra…

Ce type de parcours, avec une fin de saison sur les chapeaux de roue, était-il étudié ?
Etudié, je ne sais pas. Mais souhaité, ça c'est sur ! On a eu une bonne préparation cet été. Le groupe a pu aussi travaillé pendant la tournée d'automne et également pendant le Tournoi des VI Nations. Donc ces coupures ont fait du bien au groupe, le travail effectué durant ces périodes porte ces fruits aujourd'hui. On espère avoir un bon finish !

L'objectif pour vous, aujourd'hui, est le titre ?
En fait, non ! On va d'abord essayer de garder le même état d'esprit que l'on connait depuis plus d'un mois. On veut seulement aller le plus loin possible. Aujourd'hui, on s'est où on en est, mais cela peut changer. On ne veut pas faire de trop grandes prévisions au risque d'être déçus. On va donner le maximum.

De manière un peu plus personnelle, finir la saison sur la plus haute marche, serait un moyen d'envisager la Coupe du Monde ?
Oui bien entendu ! Pour tout le monde c'est pareil. Chaque joueur, je pense, à la volonté de briller dans son club pour être appelé ensuite. La sélection n'est pas donnée, les cartes ne sont pas distribuées. Les preuves sont à faire en club ! Et puis il est toujours plus facile d'aborder une Coupe du Monde, de se préparer, si notre fin de saison s'est bien terminée avec le club !

..

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos