TOP 14 Orange, J18 : en souffrance

Dans la zone rouge avant cette 18ème journée, Biarrots et Lyonnais devaient l’emporter pour croire encore au maintien. Mais battus respectivement à Perpignan (6-25) et à domicile par le Racing-Métro 92 (22-33), Basques et Rhodaniens font du surplace, privés de bonus défensif. Pire, Brive, glanant un précieux point malgré la défaite face à Castres (13-15), mais surtout l’USAP vainqueur donc, et l’Aviron arrachant le nul contre Clermont, creusent l’écart. Rien n’est mathématiquement fait, mais en souffrance, les deux clubs doivent rapidement trouver des solutions.
JPEG - 113 ko
En s'inclinant sur leur pelouse face au RM92 et à Perpignan, Lyonnais et Biarrots ont réalisé une très mauvaise opération en vue du maintien. Si mathématiquement rien n'est fait, le temps presse. (Crédit photo : Presse Sports)

Perpignan – Biarritz : 25-6

C'était un véritable match de la mort qui devait se disputer sur la pelouse d'Aimé Giral, et il tint toutes ses promesses. Tendu, disputé, serré (pendant une grosse période, il bascula durant le deuxième acte. Pourtant, sans un sursaut d'orgueil des Basques à la demi-heure de jeu, menés alors 9-0, le match aurait été plié. Mais en revenant à 9-6 au coup de sifflet de Monsieur Poite, Imanol Harinordoquy et ses partenaires gardaient à la pause l'espoir de faire un coup, relançaient les débats, et remettaient la pression sur l'USAP. Mais il faut croire que la pression, les Catalans aiment ça. En repartant sur le même tempo qu'en début de rencontre, les locaux reprenaient neuf longueurs d'avance, et semblaient beaucoup plus solides, plus forts de leurs forces que lors des 40 premières minutes, le carton jaune reçu par le pilier du BO Gomez Kodela avant l'heure de jeu leur donna un bon coup de pouce également.

En effet, à 15 contre 14, la preuve de la supériorité catalane vint par leur demi de mêlée Kevin Boulogne, se faufilant par deux fois dans la défense biarrote pour plonger à chaque fois dans l'en-but. A 25-6 à la 64ème minute le match était plié, et les efforts stériles des Rouge et Blanc, auxquels rien ne souriait, n'y faisaient rien. C'est un succès primordial pour les Sang et Or (en bleu pour l'occasion), qui prennent leurs distances sur la zone rouge. Rien n'est fait mais c'est un superbe bol d'air pur. Pour les Basques en revanche, cela se complique énormément. Il n'y avait qu'à voir les visages d'Imanol Harinordoquy, Sylvain Marconnet ou de Jérôme de Thion, dans le vague, ou les larmes de Benoît August, pour mesurer la détresse d'un club qui n'arrive pas à trouver les clés qui lui permettront de se maintenir. Le week-end de relâche devrait permettre aux Basques de respirer, aux internationaux de s'aérer, mais les deux réceptions qui les remettront dans le grand bain, face à l'UBB et Brive seront décisifs pour la suite de leurs aventure dans l'élite.


Brive (b) – Castres : 13-15

Malgré la défaite subie ce week-end, Brive a une nouvelle montré que depuis le passage à 2012, c'est un tout autre club qui est engagé sur la voie des matches retours. Le CO, quatrième du championnat et jouant donc les premiers rôles, peut en témoigner, tant son succès fut long et compliqué à se dessiner. En effet, il fallu attendre la demi-heure de jeu pour voir les Tarnais enfin à leur avantage. Jusque là menés 8-0, les hommes du duo Labit – Travers durent faire stérilement face à la supériorité locale, avant de prendre les choses en main, et permettre à leurs buteurs, si prolixes, de combler le tableau d'affichage et de mener le CO a son premier succès à l'extérieur depuis la fin du mois d'octobre.

Teulet et Bernard s'employant donc à donner de l'ampleur au score, Castres ne parvenait pourtant pas à trouver la faille et restait sous la menace d'un sursaut d'orgueil Coujoux, qui arriva dans les tous derniers instants de la rencontre et qui failli anéantir tous les efforts tarnais. A 15-8 à deux minutes de la fin du match, le CO filait vers une victoire précieuse, mais l'essai de Caisso venait lui donner des sueurs froides. Malheureusement pour les Corréziens, Geraghty manquait la transformation. Castres s'imposait sur le fil, confortant sa quatrième place, mais sans marquer d'essai, se laissant porter par ses artificiers, encore une fois très précieux. Du côté de Brive, on aura à nouveau confirmé la belle solidité, car si les locaux auront inscris deux essais, ils n'en auront pas encaissés. Pourtant c'est une nouvelle défaite qui permet à Bayonne de revenir à hauteur, mais de laisser la zone rouge à quatre longueurs… c'est bien mais pas parfait.


Bordeaux-Bègles (b) – Montpellier : 26-30

C'est à une rencontre très spectaculaire à laquelle Girondins et Héraultais auront permis d'assister. Si les essais furent nombreux (5), c'est surtout le suspens et l'indécision qui auront véritablement animé la rencontre. Tour à tour devant au tableau d'affichage, les deux équipes se sont livrées à un palpitant jeu du chat et de la souris pendant 80 minutes… duquel le MHR est finalement sorti vainqueur sur le fil. Avant la rencontre, tout le monde piaillait d'impatience pour cette rencontre devant opposer la défense la plus hermétique en termes d'essai à domicile et l'une des attaques les plus prolifiques à l'extérieur…

Seule la deuxième répondit par l'affirmative. Au terme de la rencontre, Montpellier devient la meilleure attaque en termes d'essais avec 15 réalisations, tandis que l'UBB en aura encaissé autant dans ce match que depuis le début de la saison dans leur antre, à savoir trois. Au-Delà de ces chiffres, c'est le classement qui intéressera les acteurs de cette rencontre, car en s'imposant, les Héraultais confortent leur cinquième place. L'UBB maintient la zone rouge à huit longueurs, mais a raté une belle occasion de faire un pas presque décisif vers le maintien.


Bayonne – Clermont : 22-22

L'Aviron n'aura jamais mené de la rencontre, mais l'essentiel est bien là côté Basque, il n'aura pas perdu. Mieux, et pour seulement la deuxième fois de la saison, il aura su enchainer deux matches sans défaites en championnat, pour se donner un peu d'air. En effet, si ce nul laisse un goût d'inachevé car deux points précieux auront été perdu en route, sur la physionomie de la rencontre ce sont deux points très précieux qui auront été arrachés, et surtout au regard des défaites des deux formations occupant actuellement la zoner rouge, Lyon et Biarritz. Avec désormais quatre longueurs d'avance sur le voisin basque, cinq sur Lyon qui compte cependant un match de retard, le maintien est très loin d'être assuré, mais psychologiquement, les deux dernières sorties auront certainement remis du baume au cœur des Ciel et Blanc avant d'aborder la suite du parcours.

Il le faudra, car si les dernières semaines auront permis aux Basques de se sortir de la zone de relégation, ce sont deux déplacements qui les attendent, à Colombes et à Montpellier. Il faudra ramener le plus de points possibles pour confirmer cette bonne passe, par des victoires, des bonus à minima. Côté Clermont, la déception doit être de mise, car au-delà de ce nul concédé en toute fin de match, les Jaunards perdent encore du terrain sur le leader toulousain, vainqueur d'Agen. Mais toujours deuxième avec encore neuf longueurs d'avance sur Toulon, la santé des Auvergnats n'inquiète aucunement. Ils auront à cœur de le confirmer dans 15 jours, à domicile, justement face à Toulouse !


Lyon – Racing-Métro 92 : 22-33

Après une série (trop longue) d'affaires extra sportives, le Racing-Métro 92 avait véritablement à cœur de répondre sur le terrain. Si la victoire était évidemment essentielle d'un point de vue mathématique, elle l'était également et peut-être surtout pour la tête. Une victoire pour oublier… une victoire pour avancer… une victoire pour se reconcentrer sur le rugby… en tout cela, les franciliens ont répondu par l'affirmative. Toujours devant au score, les Alto Séquanais auront même su mener 18-0 au quart d'heure de jeu, 21-3 à la demi-heure de jeu. Une victoire facile semblait alors se dessiner, sauf si l'indiscipline n'était pas passée par là.

Une indiscipline qu'ils payèrent cash, d'abord après le carton de Nallet par un essai de Januarie, puis suite à l'exclusion temporaire de Galindo par deux réalisations de Wakanivuga et Romanet. Revenus à 22-26 à 10 minutes du terme du match, les locaux reprenaient espoir et faisaient douter leurs visiteurs qui s'arc boutaient en défense. Solides dans ce secteur, ils plantaient même une dernière banderille en contre par l'inévitable Bobo qui scellait la victoire de siens 33-22. Pour le Racing, c'est un succès très précieux, et pas seulement sur le plan sportif comme nous le disions plus haut, mais là aussi ça fait du bien, car en revenant sur la sixième place, il se réinstalle dans la course à la qualification. Pour le LOU, toujours lanterne rouge, le match en retard face à Brive vaudra de l'or, mais cela s'annonce très compliqué.


Toulouse – Agen : 21-10

Tout le monde avait pris l'habitude ces dernières semaines d'encenser ce Stade Toulousain souvent brillant, intouchable, imbattable… pourtant ce week-end, c'est une formation Rouge et Noire beaucoup plus poussive qu'à l'accoutumée qui a foulé la pelouse des Sept Deniers. Plus poussive, mais aussi bousculée comme il le fallait par un voisin agenais moins en forme ces dernières semaines mais qui avait envie de tout croquer dans la Ville Rose. En effet, en menant 10-3 dès la 10ème minute de jeu, les Lot et Garonnais envoyaient un signal fort à leurs adversaires… que ces derniers comprenaient parfaitement, d'abord pour réagir puis pour prendre les devants et virer en tête 23-10. Si la deuxième période fut également à mettre à l'actif des locaux, ils ne surent prendre le large, atteignant le score final à la 54ème minute, pour une fin de matche vierge de tous points.

Trop d'erreurs, et peut-être un peu de facilité, n'auront pas permis aux hommes de Guy Novès d'avoir leur rayonnement habituel. Si la semaine à venir devrait permettre à tout le monde de souffler, la suivante, précédant le choc au sommet à Clermont devrait être très studieuse, car c'est une toute autre copie qu'il faudra produire. Pourtant, malgré cela, Toulouse continue de creuser l'écart en tête du championnat, Clermont ayant été tenu en échec à Bayonne, et la confrontation entre les deux ténors du championnat, en cas de victoire toulousaine pourrait tuer le suspens pour la première place. Pour Agen, qui stagne au classement il va falloir donner un bon coup de collier, car les deux premiers relégables, Brive et Bayonne, ne pointent plus qu'à sept points, et la zone rouge à onze… Mais avec trois matches à domicile consécutifs, ils auront l'occasion de relever la tête.


Paris – Toulon : 19-19

Le choc de la journée, qui s'est déroulé au Stade de France, a tenu toutes ses promesses, tant les rebondissements ont fait vibrer le public parisien. C'est d'abord une très solide entame de rencontre des Méditerranéens qui permettaient à un Wilkinson très précis de donner six points d'avance aux siens après 18 minutes de jeu… jusqu'à ce que ce dernier, métronome du RCT et en grande forme ces dernières semaines ne soit touché à la cheville et au genou droit dans un contact avec son demi de mêlée Tillous Borde et contraint à sortir après seulement 25 minutes de jeu. Un fait de match qui aura son importance dans les rangs toulonnais moins précis par la suite dans leur jeu au pied.

Menés au score à la pause (6-9), les Stadistes abordaient toutefois la deuxième partie de la rencontre avec plus de réussite, d'abord grâce un nouvel essai de Papé, puis par une nouvelle pénalité de Dupuy pour mener 19-12 à moins de 10 minutes du terme de la rencontre. Mais il était dit que ce match ne devait pas se terminer ainsi et le RCT offrit une dernière ligne droite explosive. Sur un énième temps de jeu, et sur la sirène, Armitage filait le long de la touche et aplatissait en coin côté droit. Le bonus défensif plus qu'assuré, les Toulonnais pouvaient espérer encore mieux, mais étaient suspendu au pied de Giteau, peu en réussite jusque là. Mais, c'est à cela que l'on reconnait les grands joueurs, ils répondent présents au meilleur moment. L'Australien le fut, et Toulon arrachait le nul 19-19 pour confirmer sa place sur le podium. Paris perd une belle occasion de poursuivre sa progression, voyant même le voisin du RM 92 lui repasser devant.

..

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos