TOP 14 - J1 Franck Azéma (Clermont) : « De l’humilité et du travail »

Co-entraîneur de l’ASM Clermont Auvergne aux côtés de Vern Cotter, l’ancien catalan de l’USAP Franck Azéma a préparé son groupe pour la saison 2012-2013. Les Auvergnats resteront l’un des favoris au Brennus mais avant cela il y a 26 matchs, et les phases finales auxquelles les Jaune et Bleu sont désormais habitués.
JPEG - 28.3 ko
Co-entraîneur de l'ASM Clermont Auvergne aux côtés de Vern Cotter, l'ancien catalan de l'USAP Franck Azéma a préparé son groupe pour la saison 2012-2013.

- Quel est le bilan dressé par un entraîneur au sortir d'une saison : celui de l'année, celui d'une défaite en demi-finale comme celle face à Toulon l'an passé ?
On tient compte de tout : du processus permettant d'accéder aux phases finales, à la demi-finale en elle-même. On fait une superbe saison en terminant meilleure attaque et meilleure défense. On échoue d'un rien en HCup c'est donc positif sur l'ensemble. Ensuite, il y a bien sûr l'échec en demi-finale qui est négatif. Il faut se servir aussi de ces deux facettes.

- Sur cette demi-finale, on a pu être frappé par le fait que l'ASM Clermont-Auvergne n'a pas su, ou pu, changer d'option de jeu en seconde période. En tant qu'entraîneur, cela a dû être frustrant.
Je ne pense pas qu'il n'y ait que cela qui puisse expliquer notre défaite, même si c'est une réalité. Les matchs de phases finales sont des rencontres qui se jouent sur des détails. Si on analyse certaines statistiques, certaines décisions arbitrales, et qu'on y ajoute des erreurs dans la gestion du match, on se rend compte que la rencontre bascule sur quasiment rien du tout. Mais une défaite n'est jamais du ressort d'un seul paramètre.

- Comment arrivez-vous à permettre à un joueur, à un groupe, à faire abstraction d'une saison qui vient de s'écouler ?
C'est notre rôle d'entraîneur, de manager, de sans cesse savoir stimuler son groupe. Cela se fait à travers le renouvellement de l'effectif, le contenu proposé aux entraînements. C'est ce qui fait la richesse de ce métier. On a aussi des joueurs expérimentés qui savent gérer et se remobiliser dès la fin d'un match. Les joueurs sont tournés sur l'instant présent. C'est plus un truc de journaliste de revenir sur le passé, de s'inquiéter de savoir si un joueur peut passer à autre chose. Le TOP 14 aujourd'hui est si relevé qu'on est obligé de rebondir rapidement. Cette saison, il n'y a pas de coupe du Monde donc les équipes vont être prêtes beaucoup plus vite.

- Comment jugez-vous la forme de l'équipe avant la première journée ?
L'ASMCA est un club ambitieux certes mais la performance, la réussite, passent par du travail et de l'humilité. Avant de se voir en phase finale, il faut gagner le droit d'y être, donc remporter le maximum de matchs. Si tout le monde nous voit en demi-finale ou en barrage, de notre côté nous n'avons aucune certitudes. Etre en phase finale se mérite !

..

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos