PRO D2 | L'Aviron Bayonnais Champion 2019 !

 
L'Aviron Bayonnais sacré champion de France 

 
 
Le successeur de l’USA Perpignan est connu. C’est l’Aviron Bayonnais qui est sacré champion de France de PRO D2 pour la saison 2018-2019. Et accède donc au TOP 14. Bayonne l’emporte 21-19 devant Brive au terme d’une finale à suspense. Dans l’enceinte du stade du Hameau de Pau, CA Brive et Aviron Bayonnais pouvaient nourrir de solides ambitions au moment d’aborder cette finale. Les Brivistes ont atteint la finale après avoir terminé premiers de la saison régulière puis avoir écarté Vannes en demi-finale (40-20). En face, les Bayonnais - troisièmes du championnat – ont dominé Nevers (32-26) dans un barrage disputé à domicile avant d’éliminer Oyonnax en demi-finales au terme d’un match épique (34-38).
 
Bayonne, solide en défense
 
Devant des tribunes copieusement garnies, les Brivistes offrent un début de partie très rythmé. Ils sont récompensés de cette entame par une pénalité convertie par Laranjeira pour hors-jeu (3-0, 10e). Les Bayonnais répliquent immédiatement par la botte de Bustos-Moyano (3-3, 11e). Sous l’impulsion d’Hirèche avec un bon grattage dans un ruck, le CAB ajoute une nouvelle pénalité par Laranjeira (6-3, 12e). L’équipe corrézienne s’attache à lancer quelques offensives, en proposant un gros défi physique. Mais en face, la meilleure défense de PRO D2 reste en place, annihilant les premières attaques corréziennes. Les joueurs de Jérémy Davidson sont alors sous la menace de quelques contre-attaques adverses. A l’image d’une brèche prise par Rouet mais dont la passe vers l’extérieur est interceptée par un astucieux retour de Romanet (24e). Après avoir laissé passer l’orage corrézien, les Bayonnais s’offrent à leur tour une pénalité en mêlée. Que passe le jeune Manuel Ordas (6-6, 30e). Le CAB – pourtant meilleure attaque du championnat – ne réussit pas à trouver la clé dans ce premier acte. En face, les Basques ont peu de ballons à jouer mais le font bien. Juste avant la mi-temps, ils convertissent une nouvelle pénalité par Manuel Ordas (39e). Et prennent les commandes de ce match pour la première fois (6-9).  
 
Un chassé-croisé dont l’Aviron sort vainqueur
 
L’Aviron Bayonnais démarre bien le deuxième acte avec une nouvelle pénalité d’Ordas récupérée grâce à la mêlée basque (6-12, 43e). Obligés de réagir, les Corréziens le font sous l’impulsion de l’ailier Romanet. Au bout d’une action de grande envergure, Galala est à la conclusion pour marquer entre les perches (13-12, 50e). Le chassé-croisé est relancé : Bustos-Moyano sanctionne l’indiscipline adverse dès le coup d’envoi (52e) et Laranjeira lui répond aussitôt (16-15, 54e). A l’heure de jeu, les Bayonnais ont aussi un temps fort autour des incisifs Barthélémy et Taofifenua. Mais la défense adverse tient le choc. Sur l’offensive suivante, Brive progresse sur maul et obtient une nouvelle pénalité à la suite de celui-ci. Laranjeira engrange encore (19-15, 64e). Si les demi-finales avaient offert une lutte sur les grands extérieurs, cette finale est une bataille dans le petit périmètre. Aucune des deux équipes ne veut lâcher. Brive impose une épreuve de puissance avec groupé pénétrant et percussions par ses avants. Mais juste devant son en-but, Taufa gratte un précieux ballon (70e). Brive vient de laisser passer sa chance d’assoir son succès. A l’autre bout du terrain, le pack basque permet à Bustos-Moyano de ramener Bayonne à une longueur (19-18, 75e). A l’arraché, les Basques reviennent dans les 22 et obtiennent une ultime pénalité sur ballon porté écroulé (80e). L’Argentin Martin Bustos-Moyano passe celle-ci et offre le titre de champion de France à l’Aviron Bayonnais (19-21). 
 
Une deuxième chance de monter
 
Vaincu, le CA Brive devra vite se remobiliser pour jouer l’access-match, face au FC Grenoble (13e de TOP 14). Ce sera donc au stade Amédée-Domenech dimanche 2 juin à 15h15. Et le vainqueur de cette rencontre accédera au TOP 14. 

 

Articles liés

Informations Liées

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos

It seems you came from an english place,
you might want to go there