PRO D2 - Demi-finale | Biarritz remporte un match de légende face à Vannes

La magie des phases finales résumée en un match. C’est ainsi que l’on peut décrire cette demi-finale qui a opposé Vannes à Biarritz dans un stade de la Rabine bouillant. Après 80 minutes de pure folie se sont les Basques qui se sont imposés d’un petit point 33-34 filant in extremis en finale pour y défier Perpignan le 5 juin prochain à Montpellier. La rencontre a débuté avec un coup de pied de Popelin (7e) auquel le BO a répondu par un essai de Speight non transformé (22e) les Bretons repassaient en tête dans le sillage de leur ouvreur impeccable face aux barres (28e). Le rythme ne baissait jamais et Bosch trouvait la faille dans la défense pour aller marquer entre les poteaux (32e) les Basques n’étaient pas plus à l’abri puisque la réplique immédiate du RCV survenait juste avant la pause. Une diagonale au pied de Popelin envoyait Curtis dans l’en-but (38e). 13-12 à la pause et pas vraiment le temps de respirer pour les joueurs et les supporters des deux formations puisque dès la reprise Bosch ajoutait trois points et dans la foulée Sénéca plongeait à la suite d’un maul pour marquer le 4e essai de la partie (47e).

 

Impossible n'est pas biarrot 
Biarritz prenait un autre coup sur la tête et de nouveau sur ballon porté quelques instants plus tard quand Edwards aplatissait (54e). On pensait alors le BO un genou à terre mais le réveil des 3e de la phase régulière allait tout emporter. Couilloud s’extirpait au bord du ruck et l’essai était transformé (58e) pour un total de 27-22 et 20 minutes à jouer. Les Vannetais reprenaient le contrôle grâce à Hilsenbeck face au poteaux (67e) 30-22. A l’abri d’un essai transformé les Bretons relâchaient pourtant la garde et Peyresblanques (73e) rendait cette rencontre encore plus hallucinante en faisant parler sa puissance à proximité de la ligne d’en-but. 30-27, un dernier coup de pied d’Hilsenbeck (76e) 33-27 puis l’impossible s’est produit ! Sur la dernière action après de multiples temps de jeu Lonca s’infiltre trouve Peyresblanques qui transmet à Stark. L’ailier héros du barrage face à Grenoble entrait définitivement dans la légende en terminant sa course entre les perches, 33-32 avant la transformation facile de Bosch et finalement 33-34 en faveur du BO pour une rencontre restera définitivement gravée dans les mémoires.   

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos

It seems you came from an English-speaking place,
you might want to go there