PRO D2, J28 : les phases finales se dessinent

En s’inclinant, le LOU permet à Grenoble de recoller pour une fin de saison accrochée en haut. Mais des certitudes sont apparues, avec trois clubs assurés de disputer les phases finales : Albi, Grenoble et Lyon, les deux derniers assurés de recevoir dans le pire des cas. Autre certitude, quatre clubs sont en lice pour les deux autres accessits, Bordeaux-Bègles et Mont de Marsan surtout, mais aussi Auch et Pau. En bas, Colomiers et Dax, à égalité, vont vivre une fin de saison oppressante.
JPEG - 74.6 ko
Victorieux du derby landais à Dax, Mont de Marsan et Yoann Durquet font sereinement route vers les phases finales.

Albi (b)– Auch : 21-22


C'est un nouveau coup de tonnerre qui a résonné dans la Ville Rouge ! Le 4ème de la saison après ceux entendus lors de la 17ème journée contre Dax (21-24), de la 20ème face à Pau (26-29) puis pour la réception de Grenoble lors de la 23ème (16-16). Une mauvaise habitude prise par les Tarnais, qui, auteurs d'une deuxième partie de parcours catastrophique, seulement 4 victoires et surtout trois nouveaux matchs sans victoire, se sont retirés de la course au titre.
Seule satisfaction pour les Albigeois, le point de bonus glané leur permettait d'assurer dès samedi soir leur place en phases finales, sans attendre le résultat de Pau ce dimanche. Cependant, malgré une marge de manœuvre confortable, 5 points d'avance sur Bordeaux-Bègles et 6 sur Mont de Marsan, ses deux principaux concurrents, il faudra batailler dur pour rester à ce rang et s'offrir une demi-finale à domicile. En effet, Carcassonne et le Pays d'Aix, deux formations capables de tout, rêvent de faire tomber le SCA… ses poursuivants l'espèrent.
La satisfaction auscitaine ne s'atténue toujours pas. Journées après journées, les Gersois confirment leur retour au plus haut niveau et sans faire de bruit, se sont installés en embuscade. La qualification sera très compliquée à aller chercher, mais l'essentiel est de retenir le parcours effectué lors de ces matchs retour, une base plus que positive après des saisons galères, et à prendre en exemple pour repartir de plus belle la saison prochaine.



Bordeaux-Bègles (b) – Narbonne : 41-17


Il aura fallu attendre la 28ème journée pour voir Bordeaux-Bègles signer sa prestation la plus prolixe en termes d'essais. Bien sur, il ne s'agit pas de la victoire la plus prolifique des Girondins (48-16 sur le CASE à Saint-Etienne), ni la plus probante (47-9 sur Albi), mais elle témoigne parfaitement de l'envie de jouer des protégés de Vincent Etcheto et Laurent Armand.
Et elle intervient au meilleur des moments, à deux journées du terme de la phase préliminaire, imposant une distance confortable à ses concurrents dans la course à la qualification, et permettant de préparer au mieux les phases finales… si elles viennent récompenser la saison de l'Union. L'UBB le mériterait bien évidemment, même si une régularité un peu plus prononcée leur aurait permis de valider leur billet plus tôt, et qui sait, de viser plus haut.
Cela reste en tout cas très positif et surtout essentiel avant une fin de parcours relevée face à Tarbes et principalement Auch qui aura peut-être encore une carte à jouer. Rien ne va plus en revanche pour Narbonne, qui, avec seulement 3 succès en 10 matchs se retrouve à sept longueurs de Colomiers et Dax, bataillant pour le maintien. Mathématiquement donc, les Méditerranéens restent menacés. Si cette avance devrait être suffisante, cette saison aura été une nouvelle déception côté Tangos.



Dax (b) – Mont de Marsan : 12-19


Déjà mal en point et en lutte pour le maintien, les Dacquois comptaient beaucoup sur ce derby landais, un match toujours particulier, pour faire un coup, se revigorer et se lancer dans une fin de saison conquérante en vue du maintien. Au final, c'est un énième coup au moral que viennent d'encaisser les Dacquois.
Défaits 19-12, ils glanent cependant un point de bonus défensif sur le fil, et bien leur en a pris, car, sans celui-ci, Colomiers, qui a arraché le nul à Tarbes (20-20), leur serait passé devant. C'est à égalité avec leur concurrent au maintien, mais les devançant au profit des points terrain, que les Rouge et Blanc vont se lancer dans une fin de parcours oppressante.
Pour Mont de Marsan, en revanche, la belle histoire se poursuit. Certes encore loin d'être qualifié en raison d'un parcours futur relevé (Aurillac et Oyonnax), le Stade Montois a son destin en main et ne lâchera pas sa place sans combattre.



Grenoble – Aurillac (b) : 13-10


Rien n‘arrête Grenoble. Fort d'un 9ème match consécutif sans défaite, les Isérois signent la deuxième meilleure série de la saison, après celle des Lyonnais qui ne s'étaient pas inclinés durant 11 matchs entre les 12ème et 22ème journées. Mais loin de s'arrêter à ces seules considérations statistiques, les hommes de Fabrice Landreau constatent surtout que cette spirale positive leur permet de poursuivre leur route en haut du classement.
Encore mathématiquement en course pour le titre, même s'il ne s'agit pas de l'objectif annoncé du club, ce nouveau succès, aussi difficile fut il, permet aux Grenoblois d'obtenir ce qu'ils convoitaient, à savoir une qualification en phase finales, et l'avantage de jouer sa demie à domicile. Assurés de cela, les deux prochaines rencontres, face à Dax et Pau, devraient leur permettre de préparer au mieux ces matchs couperets, avec la ferme intention d'aller au bout.
Côté Cantalou, la qualité de la prestation fournie ce week-end, confirme le redressement de ces dernières semaines, mais aussi les regrets que peuvent nourrir les Aurillacois. S'ils n'avaient pas connu ce passage à vide au cœur de l'hiver, ils disputeraient sûrement leurs deuxièmes phases finales de l'histoire en PRO D2…



Tarbes – Colomiers : 20-20


Cela se confirme, malgré une place de relégable, l'USC fini plutôt bien cet exercice. Après des victoires solides mais surtout précieuses face à Lyon (22-19) puis Oyonnax (20-13), les Midi Pyrénéens sont revenus à la hauteur de Dax (mais restent derrière au classement au profit des points terrain) pour continuer d'espérer.
Et ils auront l'occasion de le faire, d'abord à Narbonne qui ne parvient plus à gagner et qui est désormais menacé par la relégation, puis en recevant Carcassonne lors de la dernière journée, qui n'aura plus rien à perdre ni à gagner. C'est une réelle opportunité pour les Columérins, sachant que les Dacquois se déplaceront à Grenoble, avant d'accueillir ces mêmes narbonnais en clôture.
Pour les Tarbais, la qualification n'est plus d'actualité et les regrets seront nombreux. Soufflant le chaud et le froid depuis le début de saison, les Pyrénéens ne sont jamais parvenus à réaliser une série qui leur aurait permis de s'installer durablement dans les hauteurs du classement. Pourtant, et malgré cela, ils ne pointent pas loin des places qualificatives. Il faudra avoir cet exercice en tête la saison prochaine, gommer les imperfections, et peut-être que le TPR visera à nouveau des objectif dignes de son rang.



Aix en Provence – Pau (b) : 26-19


C'est une énorme désillusion qui vient de frapper les Palois. Alors que tout allait bien pour eux dans un premier acte où ils furent constamment en tête, dominateurs dans tous les secteurs de jeu, et à la fin duquel ils viraient en tête 16-6, la mi-temps changea entièrement la donne. Amputés de deux pièces maitresses, sorties durant le premier acte, l'ouvreur Julien Dumora et le pilier Richard Choirat, les Béarnais, intéressants après les 40 premières minutes, revenaient sur la pelouse pour montrer un visage bien différent.
D'abord en permettant aux locaux de revenir dans le match par deux pénalités d'Antoine Lescalmel. Ensuite en sombrant littéralement. Prémisse du naufrage, le buteur de la Section, Clément Darbo, ratait l'immanquable à la 58ème minute avec une pénalité à 20 mètres en face des poteaux. La confirmation intervint après les deux essais inscrits par le PARC aux 62ème et 65ème minutes et qui permettaient aux Méditerranéens de faire le trou et de se diriger vers un nouveau succès… infligeant au passage un cinglant 20-3 à une Section aux abonnés absents dans cette deuxième période.
Le bonus défensif arraché dans les dernières minutes est une bien maigre consolation pour les Pyrénéens qui restent certes mathématiquement en course pour la qualification, mais qui ratent surtout une belle occasion d'y croire sérieusement. Car avec 8 longueurs de retard sur Mont de Marsan, 5ème, la tâche s'annonce quasiment impossible. En revanche, la 7ème victoire des Aixois en 8 matchs leur permet de confirmer leur superbe fin de saison, prometteuse pour le prochain exercice.



Saint-Etienne - Carcassonne : 7-23


Il n'y a pas eu de surprise à Saint-Etienne où le CASE a à nouveau connu la défaite, la 23ème de suite, la 14ème en 14 matchs à domicile. Pourtant les Stéphanois n'offrirent pas la victoire à l'autre promu de Fédérale 1 sur un plateau, le premier acte le prouva. En effet, c'est certes à 9-0 que les Carcassonnais viraient en tête à la pause, mais ce fut très compliqué.
L'essentiel est au rendez-vous cela dit, et cela confirme que la saison des Audois, malgré une phase retour bien moins probante que l'aller, fut une réussite. Jouant longtemps le haut du tableau, les hommes de Christian Labit ont certes chuté dans le ventre mou du classement, mais sans jamais perdre leurs valeurs, faites de jeu et de générosité. Et les deux essais inscrits ce week-end l'ont à nouveau prouvé.
Cependant, il faudra poursuivre dans cette voie, d'abord pour finir l'exercice actuel, puis pour attaquer le prochain, car le plus dur commence avec la confirmation en ligne de mire. Le retour des Stéphanois à l'échelon inférieur ne se fera sans doute pas non plus avec facilité, car cette saison aura sans doute laissé des traces, et même si l'envie de bien faire n'a jamais quitté les rangs du CASE, la monstrueuse spirale de défaites dans laquelle se trouvent les « Verts », ne sera sans doute pas anodine…



Lyon (b) – Oyonnax : 18-19


Cette rencontre devait être une fête pour Lyon, car délocalisée à Gerland, et pratiquement synonyme, en cas de victoire, de titre et de montée directe en TOP 14 Orange… ce fut une immense déception ! Dans une première mi-temps très décevante, le LOU, semble-t-il inhibé par l'évènement, ne parvenait pas à mette son jeu en place et à trouver l'allant qui lui avait permis de faire course en tête dans cette phase retour du championnat. Le 6-6 comblant le tableau de marque à la pause résumait à lui seul le spectacle fourni durant les 40 premières minutes.
Les 40 suivantes furent diamétralement opposées, elles furent énormes ! Malgré une entame effectuée sur le même tempo, les locaux inscrivaient deux nouvelles pénalités par Montagnat pour se donner un peu d'air et de marge pour mener 12-6. Les minutes suivantes devinrent pourtant irrespirables, la faute à un Jonathan Bousquet de gala.
Acte 1 : Sur une pénalité jouée vite, Pic trouvait le buteur oyonnaxien qui marquait l'essai et transformait pour permettre à l'USO de passer devant.
Acte 2 : après avoir vu le LOU reprendre l'avantage par une réalisation de Montagnat à la 58ème, Oyonnax reprenait les rênes du match par un coup de pied de Bousquet à la 60ème.
Acte final : acculés dans leur camp depuis plusieurs minutes, les Lyonnais bonifient l'une de leurs rares incursions dans le camp adverse par Thomas, auteur d'un superbe coup de pied des 22 mètres complètement à droite… mais le dernier mot revint à qui ? A Bousquet bien évidemment qui d'un drop fabuleux de plus de 40 mètres à la dernière minute offrait la victoire au club du Haut Bugey à Lyon pour la deuxième année consécutive.
Si l'USO a parfaitement joué le coup, ajoutant une belle performance à une saison quelque peu décevante, c'est une énorme désillusion pour Lyon, qui pensait bien faire un pas décisif vers l'échelon supérieur. Toujours leader, le LOU conserve toutes ses chances d'y parvenir car il reste maître de son destin et s'apprête à recevoir Pau avant d'aller à Saint-Etienne, soit un parcours plus qu'à la portée des hommes du duo Lazerges / Saint-André. Méfiance toutefois, car avec Grenoble désormais à trois longueurs, tout faux pas pourrait stopper les ambitions de ce club, qui n'a jamais été aussi prêt d'atteindre SON objectif principal… la pression risque d'être énorme pour les semaines à venir.

..

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos

It seems you came from an english place,
you might want to go there