Challenge Cup, J4: La Rochelle reprend la main

A l'image de Paris, vainqueur d'Edimbourg la veille, Brive confirme son excellent santé européenne avec un troisième succès de rang, le deuxième bonifié. Solide leader de son groupe, le club corrézien peut nourrir de sérieux espoirs. Des espoirs bien définis aussi côté rochelais qui après avoir signé la mauvais opération du week-end dernier a inversé la donne et repris la main dans son groupe. Des espoirs qui se sont défintitvement envolés pour Pau et pratiquement pour Lyon. Une pensée pour Bayonne qui a pris son premier point, et Grenoble, dernière équipe avec Timisoara à zéro points.

Vainqueurs de Gloucester avec le bonus offensif, Les Rochelais reprennent la tête de leur groupe et leur destin entre les mains. (Crédit photo: Presse Sports)

Après une entame de campagne complètement manquée à Newport, avec un large revers 16-37, Brive était tombé de très haut, car à l'époque, très loin du niveau affiché en championnat. Depuis, si le rendement s'avère moins bon en TOP 14, il est tout autre en Challenge Cup. Sur une série de trois succès de rang, dont deux bonifiés lors de la double confrontations face à Enisei, le CAB s'est placé en tête de son groupe et ne sera pas rejoint, quoiqu'il arrive, au terme du week-end. Une première place qui peut laisser entrevoir les quarts de finales, à condition de signer un nouveau bon résultat mi-janvier pour la réception de leurs vainqueurs inauguraux... mais franchement, ça sent bon.

Ca sent bon aussi pour le Stade Rochelais au sortir de sa superbe victoire de ce samedi soir. Nous avions laissé des Rochelais le vague à l'âme après s'être inclinés à Gloucester en permettant aux Anglais de prendre le bonus offensif. Une très mauvaise opération tant ces deux formations dominaient le groupe, et tant le moindre point pour les départager était précieux. Condamné à l'exploit, l'emporter avec le bonus offensif, les Maritimes ont fait bien mieux en signant un succès plus ample que le revers au Kingsholm Stadium. En effet, battus 35-14, les Charentais se sont imposés 42-13 et reprennent la main dans leur groupe. A nouveau leaders de leur groupe, ils ont de nouveau leur destin entre les mains et savent ce qu'ils doivent faire pour jouer les quarts.

Côté lyonnais, ce sera la soupe à la grimace. Une semaine après s'être remis en selle en dominant Newcastle avec le bonus, le LOU avait à coeur de se déplacer en Angleterre pour faire un coup, il le devait même pour ne pas laisser filer les Ospreys qui ont poursuivi leur carton plein (20 points sur 20 possibles). C'est manqué, malgré le bonus offensif, avec un large revers, face à des Falcons qui se paient même le luxe de prendre leur revanche en glanant eux aussi le bonus offensif. Avec 9 longueurs de retard sur le leader gallois du groupe, les carottes sont cuites pour les Rhodaniens qui auront tout le temps de se consacrer désormais au seul TOP 14.

L'on dit souvent que seule la victoire compte, et une fois n'est pas coutume, Paris s'en contentera. En recevant Edimbourg, une semaine après s'être incliné à Murrayfield, le Stade Français a bien cru revivre son cauchemar écossais! Comme la semaine passée, les Parisiens ont réalisé un premier acte tonitruant pour mener 26-3 à la pause (20-3 le week-end dernier), mais comme la semaine passé, les hommes de Gonzalo Quesada se sont fait remontés... heureusement, contrairement à la semaine passée, les ouailles de Duncan Hodge ne sont pas repassés devant pour s'imposer. Le Stade Français signe donc une belle victoire, mais peut nourrir de gros regrets. D'abord sur ce match, car malgré le bonus glané, Paris laisse Edimbourg repartir de la Capitale avec un point. Sur la double confrontation face aux britannique ensuite, car avec un peu plus de maîtrise, ils auraient pu glaner deux succès, voire deux bonifiés. Paris revient quelque peu aux affaire, mais avec toujours quatre longueurs de retard sur leur adversaire du jour, et six sur les Harlequins, qui ont fait le plein de points devant Timisoara, cela s'annonce inespéré.

Pour Pau, c'est en revanche une nouvelle désillusion. Après avoir perdu ses trois premiers matches de Coupe d'Europe, le club béarnais avait à coeur de se reprendre et de briller devant ses supporters. C'est une nouvelle défaite qui est venu sanctionner les Vert et Blanc, et camouflet supplémentaire, comme en Angleterre le week-end dernier, ils concèdent également le bonus offensif à Bristol, mais cette fois au Hameau. Tous les espoirs sont désormais envolés pour la Section qui nous l'espérons, saura sortir de la compétition la tête haute avec une victoire au compteur.

Côté Bayonne et Grenoble, toujours à zéro point au compteur, le but était de finir la campagne avec au moins un point ou deux à défaut de victoire. C'est chose faite pour l'Aviron. Un point de bonus qui aurait même pu se transformer en victoire à Trévise, mais c'est déjà un début! Il reste deux matches aux Basques pour tenter de s'imposer, et la réception de La Rochelle mi-janvier constitue une superbe occasion. Pour Grenoble en revanche, c'est un nouveau large revers encaissé au Pays de Galles. Dernier de sa poule, le FCG est désormais la seule formation tricolore présentant un zéro pointé, et avec Timisoara, la seule de la compétition. Une situation forcément décevante.


Les résultats des clubs français

Jeudi 15 décembre
20h45, Paris – Edimbourg (b) (P5): 26-20
 
Vendredi 16 décembre
19h, Brive (b) – Enisei (P3): 38-18
20h, Pau – Bristol (b) (P4): 18-28

Samedi 17 décembre
15h, Trévise – Bayonne (b) (P1): 21-17
16h, Ospreys (b) – Grenoble (P2): 71-3
20h45, La Rochelle (b) – Gloucester (P1): 42-13

Dimanche 18 décembre
15h, Newcastle (b) – Lyon (b) (P2): 48-29

Articles liés

Partagez cette page sur

La vidéo du moment

> Accèder à toutes les vidéos