TOP 14 Le point
Par Baptiste LE BEUX, le 12 mars 2011.

TOP 14 Orange – J21 : La queue de peloton en rébellion

Agen et Brive qui frôlent respectivement l’exploit à Paris et Toulouse en glanant toutefois le bonus défensif… La Rochelle qui fait chuter Montpellier et qui sort de la zone rouge… la queue du peloton est résolument entrée en rébellion, pour secouer le haut du classement et annoncer que personne ne lâchera rien dans la dernière ligne droite… le maintien est à ce prix. Les phases finales aussi, car le resserrement effectif et la qualification indécise. Bourgoin est officiellement en PRO D2.

JPEG - 106 ko
Mi avril, Rochelais et Agenais se retrouveront en Charente pour une rencontre décisive en vue du maintien... au regard de leurs prestations du week-end, cette rencontre s’annonce de qualité et explosive !

Perpignan – Bayonne : 25-19

C’est une rencontre électrique qui a eue lieu à Aimé Giral ! Preuve en est, 3 cartons jaunes sortis pour mauvais gestes, 2 côté basque (Boutaty et Martin), 1 côté catalan (Le Corvec), et une fin de rencontre inadmissible, marquée par une générale après le coup de sifflet final, une tension maximum et des mots forts dans les vestiaires entre les entraîneurs.
Mais au milieu de tout cela, il y eu du rugby, et parfois même du beau rugby. Il y eut certes beaucoup de déchet, notamment chez les buteurs, mais les acteurs offrirent quelques beaux mouvements et surtout quatre essais, deux de chaque côtés. Si la première période fut largement à la main de Catalans virant en tête à la pause 14-3, le second acte vit un sursaut d’orgueil des Basques et l’entrée en scène de Sam Gerber, auteur de deux essais, dont un superbe sur un service au pied magnifique de Fauqué.
Au final, l’USAP s’impose 25-19 et poursuit son impressionnant redressement avec une 4ème victoire de rang, mais reste quelque peu sur sa faim. En effet, en concédant le bonus défensif à des Bayonnais accrocheurs, ils restent derrière leurs adversaires du jour. Un bon point donc pour les Basques malgré la défaite, qui confirment également leur bonne passe avec certes un deuxième revers en déplacement mais à nouveau bonifié, d’abord à Clermont puis à Perpignan donc, excusez du peu !
Cela confirme un peu plus, si cela était nécessaire, que ces deux formations, en course pour la qualification, ne lâcheront rien jusqu’au bout.



Biarritz – Racing-Métro : 36-32

Choc au sommet, ce BiarritzRacing Métro 92 a tenu toutes ses promesses ! Du suspens, du spectacle, de l’engagement, des essais, tous les ingrédients ont été jetés dans la marmite d’Aguilera pour offrir aux spectateurs et téléspectateurs une énorme rencontre de championnat.
En réussite face à Biarritz depuis son retour dans l’élite, avec trois succès en trois matchs, les Franciliens abordaient la rencontre pied au plancher pour rapidement prendre les commandes du match et mener 16-3 au quart d’heure de jeu. Mais si le mental biarrot est connu et reconnu par tous, cette rencontre en fut une nouvelle preuve éclatante. Suite à un carton jaune reçu par Steyn à la 22ème minute pour un plaquage sans ballon, les Basques reprirent le dessus pour revenir à hauteur de leurs adversaires 16-16, à la pause. Si la première période fut agréable et intense, la seconde fut superbe !
Dans un véritable jeu du chat et de la souris, les Basques frappaient les premiers par Bolakoro, après une superbe action pourtant entachée de deux en-avant. 28-19. Un essai de Noirot puis une monstrueuse pénalité de Steyn de 50 mètres redonnaient l’avantage au Racing-Métro, 29-28. Mais sur le fil, et après un exploit de Bolakoro et une nouvelle pénalité de Peyrelongue, les Biarrots l’emportaient 36-32.
Ce premier succès Basque sur les Franciliens depuis le retour de ces derniers dans l’élite, permet au BO de poursuivre sa marche en avant, avant de tourner la tête vers la fête du rugby basque et le derby à Anoeta le 26 mars. Petit coup d’arrêt en revanche pour les Franciliens qui connaissent leur deuxième revers en neuf matchs. Rien de terrible, car toujours dauphin de Toulouse, ils restent plus que jamais en course pour une qualification directe en demi-finale.



La Rochelle – Montpellier : 20-16

Nous vous le disions avant le match, malgré la situation des deux clubs, il y avait de l’espoir côté Rochelais, et ces derniers ont surfé sur la vague. Montpellier certes dans le haut du classement montrait de grosses difficultés en déplacement, et La Rochelle, malgré des revers successifs, avaient toutefois réalisé de bonnes performances face notamment à des gros… cela s’est confirmé !
Pourtant, l’entame de match n’aurait pas laissé présager du score final. A 13-3 à quelques minutes de la pause, le MHR s’installait sereinement aux commandes du match et semblait se diriger vers son premier succès en cinq déplacements. Semblait simplement, car sur la sirène, les locaux cueillaient leurs visiteurs à froid avec un essai deCombezou, transformé par Dambielle. _ Certes toujours en tête au retour des vestiaires (13-10), les hommes d’Eric Béchu, orphelins de Fabien Galthié parti apporter ses connaissances aux téléspectateurs du Tournoi des VI Nations, semblaient ne pas avoir digéré cette fin de première mi-temps. Une situation confirmée par une nouvelle pénalité encaissée à la 51ème et surtout un nouvel essai de Tales juste avant l’heure de jeu, à nouveau transformé par l’artificier en chef des Maritimes.
Jusqu’à la fin du match, Montpellier tenta de faire son retard, mais La Rochelle tint bon, malgré un peu de chance par moment, mais avec souvent de la maîtrise. Une dernière pénalité de Paillauge scellait le score à 20-16 pour des Charentais, qui, avec un premier succès en quatre match, et le premier à domicile en quatre sorties, sortent de la zone rouge. Le déplacement à Brive début avril et la réception d’Agen mi-avril s’annoncent palpitants. Pour Montpellier, si la fin de parcours est à la portée du club, il faudra toutefois montrer un autre visage pour pouvoir jouer les phases finales et bien y figurer.



Paris – Agen : 22-18

Les Agenais sont passés tout près de réaliser un pas quasiment décisif vers le maintien. Alors qu’en difficulté dans ce championnat et luttant pour son maintien, beaucoup leur promettaient l’enfer dans la Capitale, face à une formation qui se devait de réagir pour espérer d’abord à une très hypothétique qualification, mais surtout pour offrir un tout autre visage.
Le SUA failli pourtant réaliser l’exploit. D’abord en pliant mais ne rompant pas dans une première période disputée, mais où le dernier quart d’heure fut largement dominée par les locaux (12-9 pour le Stade Français à la pause), ensuite en faisant jeu égal et en menant 18-16 à 10 minutes du terme de la rencontre.
Mais nous le disions, les Parisiens ne pouvaient s’incliner deux fois de suite à Charlety (après le revers 21-9 concédé à l’USAP le week-end dernier), et ils le prouvèrent. Là où incapables de concrétiser leur siège de l’en-but lot-et-garonnais lors du premier acte, les hommes de Mickael Cheicka trouvaient enfin la faille par Mauro Bergamasco (qui revenait aujourd’hui après quatre mois d’absence) qui plongeait dans l’en but pour inscrire l’essai de la gagne, transformé par Dupuy.
Les Parisiens, malgré la victoire, confirment leurs difficultés, et ne se rassurent pas avant de se déplacer à Montpellier et Toulon qui auront les phases finales en tête. Cela s’annonce mathématiquement possible pour le Stade Français, mais cela tiendrait du miracle. C’est un bon point en revanche pour les Agenais qui, avec deux longueurs d’avance sur Brive, restent hors de la zone rouge mais se préparent des semaines difficiles. Les réceptions de Clermont et Castres lors des deux prochaines journées s’annoncent à couteau tiré, et décisives.



Toulon – Bourgoin : 39-17

Entre un RCT en course pour les phases finales et un CSBJ lanterne rouge, restant sur onze revers consécutifs et ayant concédé le bonus offensif à six de ses dix hôtes, personnes ne se faisait beaucoup d’illusions. Pourtant, surpris par une entame berjallienne de qualité, les Toulonnais eurent de grosses difficultés à rentrer dans la rencontre.
Il aura fallu attendre le quart d’heure de jeu pour voir enfin les hommes de Philippe Saint-André en action, mais ce fut pour le reste du match. Trois doublés de Lapeyre, Loamanu et Cibray permettaient au RCT de signer un succès bonifié précieux dans la course à la qualification. En grappillant son retard, Toulon est en train de réussir son pari, même si la route est encore longue… et semée d’embûches de taille. Castres, Paris, Toulouse, Perpignan et Montpellier se dresseront sur la route des gars de la Rade, autant de risques de chuter avant d’atteindre ses objectifs.
Pour Bourgoin, s’en est fini ! Avec 28 points de retard sur La Rochelle, premier non relégable, et 25 points à prendre d’ici le terme de la première phase, le club isérois est mathématiquement en PRO D2. Mais l’objectif en reste pour autant inchangé, il faudra gagner encore des matchs pour quitter le TOP 14 Orange sur une bonne note. C’est un monument du rugby qui descend, participant plusieurs fois aux phases finales sous l’ère professionnelle, et offrant au rugby français et aux clubs de l’hexagone des joueurs de très grand talent. C’est une page qui se tourne pour le CSBJ, mais d’autres seront tournées, de belles, et peut-être à nouveau en première division.



Toulouse – Brive : 23-22

Evidemment Toulouse était amputé de nombreux joueurs partis disputer le Tournoi, mais au regard de l’équipe alignée, cette formation Rouge et Noire avait fière allure et ferait le bonheur de nombreux clubs de TOP 14 Orange. Aussi, pour les Brivistes, ce déplacement dans la Ville Rose n’avait rien d’une promenade de santé, mais tout d’un match joué d’avance, et victorieux pour les locaux.
Or si la victoire échoua bel et bien aux hommes de Guy Noves, ce fut loin d’être de tout repos. Incroyable mais vrai, ce sont les Cabistes qui, au terme d’un premier acte où Brive joua tous les coups à fond malgré de l’imprécision et où le Stade bafouilla son rugby, viraient en tête à la pause, 12-9.
Animés par d’autres intentions lors du second acte, les Toulousains parvenaient à revenir à hauteur de Brive puis passer devant grâce à deux coups de pied de Michalak, avant d’envoyer le phénomène Caucaunibuca, auteur d’un exploit personnel, en terre promise à l’heure de jeu. A 23-15 à un quart d’heure de jeu, les locaux, toujours poussifs pensaient bien avoir fait le plus dur…
… mais toujours sans pression, les visiteurs inscrivaient par Palisson un superbe essai pour recoller à leurs hôtes, 23-22 à 10 minutes du terme de la rencontre. Le score ne bougera plus, et Toulouse se faisant très peur, s’imposait pour conserver son leadership et ses distances sur ses poursuivants. Côté Corrézien, cela reste paradoxal.
Si prendre un point primordial dans la course au maintien à Ernest-Wallon constitue un exploit, il est également synonyme de regrets. D’abord parce que les Cabistes passent tout près de la victoire, ensuite parce que leurs concurrents directs Agen et La Rochelle ont fait aussi bien pour les premiers, encore mieux pour les seconds. Après cet exploit, Brive entre dans la zone rouge !



Castres – Clermont : 23-19

Sur le papier, prendre un point de bonus à Castres, invaincu cette saison dans son antre, est un bon résultat. Pas pour le Champion de France en titre, qui, venu dans le Tarn pour faire un coup, a failli y parvenir. D’abord en menant au score à la pause 14-10. En effet, si deux essais, un de chaque côté, étaient inscrits, Pisi (32e) répondant du tac au tac à Masoe (28e), les Jaunards, au décompte des coups de pieds, viraient en tête à la pause.
Mais qui dit coup de pied à Castres, dit automatiquement Romain Teulet. Et une fois encore, il fit la différence. Deux nouveaux essais étaient marqués durant ce deuxième acte, à nouveau un de chaque côté (Audrin à la 46e pour le CO et Weppener à la 54e), mais Anthony Floch n’inscrivait plus aucun point, là où Romain Teulet en claquait 8.
A 23-19 en toute fin de match, Castres filait vers sa onzième victoire en autant de matchs à Pierre-Antoine, mais l’ASM entrevoyait sa deuxième opportunité de repartir du Tarn vainqueur. En effet, sur la sirène, une action menée tambour battant envoyait la balle dans les mains de Pisi qui n’avait plus qu’à fixer le dernier défenseur pour envoyer Baby dans l’en-but sans opposition côté gauche… Alors que le peuple jaunard se voyait déjà fêter l’essai de la gagne, le centre samoan ratait la dernière passe et servait l’arrière international dans le dos. Une action immanquable, manquée, et qui offrait beaucoup de regrets aux Asémistes.
Avec ce succès, le CO confirme son invincibilité à domicile mais passe surtout devant son adversaire du jour et monte sur le podium du TOP 14 Orange. A Castres, personne n’a oublié les phases finales de la saison passée, et actuellement troisièmes, les hommes du duo Labit – Travers, sont parfaitement placés pour les disputer à nouveau. Comme le Champion de France en titre… mais pour le moment, c’est en qualité de barragiste. Les deux camps s’en satisfont, mais gageons qu’ils feront tout pour essayer de jouer les demi-finales directement.

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
25ème journée du 18 au 19 avril
pts
1 1
Toulon
73
-1 2
Montpellier
71
0 3
Clermont
69
2 4
Castres
66
-1 5
Racing Metro
65
-1 6
Toulouse
64
0 7
Bordeaux
59
0 8
Paris
59
0 9
Brive
56
0 10
Grenoble
53
1 11
Bayonne
50
-1 12
Perpignan
50
0 13
Oyonnax
50
0 14
Biarritz
26

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
27ème journée du 12 au 13 avril
pts
0 1
Lyon
104
0 2
La Rochelle
90
0 3
Agen
89
0 4
Pau
81
0 5
Narbonne
81
0 6
Tarbes
75
0 7
Bourgoin
59
0 8
Aurillac
59
0 9
Mont-de-Marsan
58
0 10
Colomiers
57
0 11
Béziers
54
1 12
Albi
50
-1 13
Dax
49
0 14
Carcassonne
41
0 15
Bg-en-Bresse
40
0 16
Auch
35

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2013-2014
←← →→
Voir tout le calendrier