TOP 14 Le point
Par Nicolas LAVALLEE, le 2 mars 2011.

TOP 14 Orange - J20 : La fin des calculs

La 20e journée de TOP 14 Orange ne souffre plus de discussions et d’hésitations. Toute défaite fera perdre un espoir ; toute victoire fera naître un rêve. Les deux premiers sont en déplacement : Toulouse à Bayonne et le Racing à Bourgoin. Le champion de France auvergnat accueille Toulon ; Montpellier reçoit Agen en lutte pour le maintien avec Brive confronté à Castres, et La Rochelle en déplacement à Biarritz. Paris et Perpignan s’affrontent en milieu de tableau.

Les Castrais et Romain Teulet aimeraient revivre les phases finales.

CLERMONT-TOULON : se rassurer
Privés de Jonny Wilkinson, les joueurs de la Rade se rendent à Clermont au terme d’un stage qui doit servir à remobiliser tout le monde et chacun en vue de la dernière ligne droite. Le champion de France en titre, lui, a en tête que les trois dernières venues des Varois en Auvergne se sont conclues par de larges victoires : 64-12 en 2005, 32-5 en 2009, et 39-3 la saison dernière. Mais les Rouges et Noirs ont aussi en travers de la gorge le goût de la défaite en demi-finales l’an passé à Saint-Etienne. En 14 rencontres à Marcel-Michelin, les locaux ont toujours battu le RCT dont la meilleure performance est un 4-4 en 1971. Le score moyen est lourd : 22-8 à l’avantage des Jaunards, mais les Toulonnais ont un besoin vital de points. Au minimum moyens lors des matchs face à des équipes au potentiel inférieur, les Rouges et Noirs ont démontré leur capacité à être performants face aux grosses écuries. Sauront-ils prendre la mesure de champions de France revenus dans la course aux deux premières places ? On l’espère. Au moins pour le spectacle…


BIARRITZ-LA ROCHELLE : à la pêche aux points
Entre la cité balnéaire, donc port de pêche à la baleine, et la première cité française à avoir élu un maire, cette rencontre promet quelques belles empoignades avec des avants de qualité des deux côtés. Certes, les Rochelais sont reléguables, mais ils n’ont jamais fermé le jeu, et leurs dernières prestations laissent entrevoir beaucoup de difficultés aux Biarrots pour prendre la mesure des Jaunes et Noirs. A l’aller le BO n’a d’ailleurs gagné que de 6 points. La Rochelle avait subi la loi basque en seconde période après avoir mené 18-13 à la mi-temps. Côté classement, aucune des deux équipes n’a droit à l’erreur. On joue désormais sans joker dans cette partie de poker. Les cartes ont été distribuées, la 20e main se joue ce week-end. Pour être autour de la table finale Biarritz a besoin d’une victoire nette. Huitième, la formation basque a un calendrier chargé lors des prochaines journées avec la réception du Racing puis de l’Aviron, et un déplacement à Clermont. Mettre le bonus offensif à La Rochelle serait un vrai plus. Mais attention, personne n’y est parvenu depuis Montpellier lors de la 8e journée, le 25 septembre (26-6). Les Biarrots sont prévenus…


BOURGOIN-RACING METRO : d’un extrême l’autre
Entre Bourgoin quasiment assuré d’évoluer en PRO D2 la saison prochaine et le Racing en passe de se qualifier directement pour les demi-finales, il y a 52 points d’écart en comptant les 5 points retirés au CSBJ qui jouera ce week-end au stade des Alpes de Grenoble. Un gouffre…tout oppose les deux formations : le passé, le présent et le futur. Les Racingmen reviennent du diable vauvert après une glorieuse histoire puis avoir végété des années en PRO D2 tandis qu’au même moment les Isérois s’offraient plusieurs demi-finales, et des résultats sportifs conséquents. Le Racing est aujourd’hui quasiment assuré d’être au moins en barrage quand les Berjalliens rejoindront la PRO D2, à moins qu’il parvienne à refaire leur retard de 26 points sur le premier non-reléguable lors des 7 prochaines journées. Le cycle de la réussite s’est inversé. La saison dernière les Ciel et Grenats ont fait illusion avec un double succès 17-13 à domicile et 18-17 à Colombes mais cette saison, les Ciel et Blancs ont étrillé leur adversaire au match aller : 51-20. Sébastien Chabal et Lionel Nallet font désormais les beaux jours des Altoséquanais après avoir fait ceux de Bourgoin. Nombreux en sont les anciens qui brillent ailleurs que dans les Alpes. Les oiseaux se sont envolés du nid. En espérant qu’il en éclose de nouveaux talents…


BRIVE-CASTRES : 40 ans de combats
Les matchs entre deux anciens du championnat ont un côté « classico » qui fait les beaux jours des médias. Si ce Brive-Castres a du mal à se frayer un chemin entre Clermont-Toulon, Paris-Perpignan et même Bayonne-Toulouse, l’intérêt sportif de cette rencontre est énorme. Les Brivistes se battent chaque week-end pour ne pas descendre ; les Castrais pour revivre les phases finales. Autant dire combien ce 16e match à Amédée-Domenech, et 32e de l’histoire s’annonce palpitant. Le CO n’a plus gagné en Corrèze depuis le 31 janvier 1993, 18-19. L’entraîneur tarnais Laurent Labit s’en souvient certainement, lui qui avait été l’artisan de la victoire des Castrais en passant 14 des 19 points de son équipe. Les Brivistes, 12e, sortent d’une victoire probante contre Paris à domicile 26-10, comme les Castrais qui ont battu Montpellier 43-29. Les deux formations sont affûtées avec un net avantage statistique pour les Castrais, cinquièmes. Mais Brive est 12e, à 3 points de La Rochelle premier relégué et ce devrait être suffisant à Ugo Mola pour motiver ses troupes.


PARIS-PERPIGNAN : en rose, et en sang et or
Si le Stade Français veut s’engager dans une folle chevauchée à la qualification en phase finale, cela passe par un succès face à l’USA Perpignan. La tâche s’annonce ardue contre un adversaire qui n’a plus perdu contre les Stadistes dans la capitale depuis le 11 mars 2006, 23-16. Soit quatre rencontres. En cas de défaite, Paris dira sans doute au revoir aux phases finales, et l’USAP pourra continuer sur sa lancée et écarter un prétendant direct aux dernières places qualificatives. Pour peu que Toulon à Clermont et Bayonne face à Toulouse tombent, et ce sera un embouteillage monstre à l’issue du week-end. Les Parisiens n’ont rassuré personne sur leur niveau après un succès probant contre Biarritz (31-18) lors de la 18e journée, ils sont trop facilement tombés à Brive 26-10 le week-end suivant. Une défaite et il leur restera le Challenge européen pour briller et ramener un trophée, après 3 saisons vierges au palmarès. Pour les Catalans, une troisième demi-finale d’affilée semble loin, mais rien n’est impossible, et un succès en terre parisienne rendrait la chose plus envisageable.


BAYONNE-TOULOUSE : et de six pour Toulouse ?
L’Aviron nage un peu en eaux troubles avec la réception de Toulouse. Le groupe sportif aura eu l’ambition de s’éloigner des remous médiatiques des derniers jours pour se concentrer sur la réception du leader toulousain. Celui-ci reste sur 5 victoires de rang à Jean-Dauger et 10 en comptant les matchs à Toulouse ! Autant dire combien les Basques réussissent aux Rouge et Noirs. Pourtant Bayonne n’a pas le droit à l’erreur dans une rencontre sans doute charnière. En cas de défaite, Biarritz qui reçoit La Rochelle et Toulon qui va à Clermont peuvent prendre le large, même si une victoire varoise en Auvergne semblent moins probable que celle du voisin. Et si Castres l’emporte à Brive, s’en sera terminé des espoirs de se battre pour la 5e place. Les Toulousains restent fidèles à eux-mêmes avec une formidable machine à gagner qui veut au plus tôt se mettre à l’abri afin de commencer sa préparation pour des demi-finales, où ils ont une invitation permanente. Ils comptent 7 points d’avance sur le Racing, donc à l’abri même d’une contre-performance. Les Bayonnais espèrent que ce sera ce week-end à Anoeta dans un stade qui commence à s’habituer à recevoir le rugby français.


MONTPELLIER-AGEN : les Héraultais se prennent à rêver
En 1997, Montpellier et Agen sont d’un autre monde et le SUA vient l’emporter dans l’Hérault 41 à 25. En fin de championnat Montpellier est relégué en deuxième division. Des années plus tard, Montpellier a su prendre sa revanche : en 2005, 46-21 et 44-19 en 2006. Cette saison, le MHR est quatrième et Agen onzième. En cas de qualification, les hommes de Fabien Galthié feraient très fort et celui-ci retrouverait des phases finales qu’il n’a plus vécues depuis 2007. Le Cadurcien a su fédérer un groupe fort de talents individuels qui ont décidé de poursuivre l’aventure lors des prochaines saisons. Un signe fort d’adhésion à un projet de jeu. Pour le SUA, il ne faut pas se poser de questions et continuer un jeu qui, avant cette 20e journée, leur permet d’envisager de rester en TOP 14 Orange. Un succès probant face à Toulon le week-end dernier a permis aux agenais de compter 4 points d’avance sur La Rochelle qui reçoit le Racing Métro. Qu’il est loin le temps où, en 1997, Cédric Heymans faisait les beaux jours de la troisième ligne centre du SU Agen Lot et Garonne XV…

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
25ème journée du 18 au 19 avril
pts
1 1
Toulon
73
-1 2
Montpellier
71
0 3
Clermont
69
2 4
Castres
66
-1 5
Racing Metro
65
-1 6
Toulouse
64
0 7
Bordeaux
59
0 8
Paris
59
0 9
Brive
56
0 10
Grenoble
53
1 11
Bayonne
50
-1 12
Perpignan
50
0 13
Oyonnax
50
0 14
Biarritz
26

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
27ème journée du 12 au 13 avril
pts
0 1
Lyon
104
0 2
La Rochelle
90
0 3
Agen
89
0 4
Pau
81
0 5
Narbonne
81
0 6
Tarbes
75
0 7
Bourgoin
59
0 8
Aurillac
59
0 9
Mont-de-Marsan
58
0 10
Colomiers
57
0 11
Béziers
54
1 12
Albi
50
-1 13
Dax
49
0 14
Carcassonne
41
0 15
Bg-en-Bresse
40
0 16
Auch
35

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2013-2014
←← →→
Voir tout le calendrier