TOP 14 Le point
Par Baptiste LE BEUX, le 7 janvier 2012.

TOP 14 Orange, J15 : Certains rient… d’autres pleurent !

Certains rient. Leader à la Saint-Sylvestre, le Stade Toulousain a débuté l’année 2012 comme il a terminé la précédente, dans sa tenue de gala, infligeant une correction à Lyon, (51-10), et dans le sillage d’un Beauxis décidément sur un nuage, auteur d’un sans faute et de 21 points. Dans une autre mesure, mais dans un gros bol d’air, les Biarrots aussi rient, sourient du moins, quittant la zone rouge après leur succès à Agen. D’autres pleurent. Pour Perpignan, mais surtout Lyon, lanterne rouge, Bayonne et Brive, auteurs des deux mauvaises opérations du week-end, le temps presse.

JPEG - 99.1 ko
Si le Stade Toulousain continue à garder la tête bien haute en haut du classement, l’Aviron Bayonnais confirme ses diffcultés et tombe dans la zone rouge. (Crédit Photo : Presse Sports)

AGEN - BIARRITZ : 6-15

En connaissant sa deuxième défaite de la saison à domicile, Agen, malgré une belle réaction face à Brive le week-end dernier, confirme ses difficultés, débutées début décembre et n’ayant pas été gommées par le passage à la nouvelle année. Manquant de munition tout au long de la partie, les Lot et Garonnais n’auront jamais pu mettre leur jeu en place, devant subir une domination Basque certes stérile en terme d’essais, mais au combien précieuse. D’aucuns dirons qu’au sortir d’un match sans grande saveur, seule l’abnégation basque aura permis au BO de remporter un succès très précieux. Il faut cependant souligner qu’hormis une superbe percée de l’arrière agenais Tian à la 69ème minute, à la réception d’un coup de pied biarrot, jamais les Rouge et blanc ne furent réellement en danger.

Aussi, en s’imposant 15-6, privant leurs adversaires du bonus défensif (Agen manquant même une pénalité à le dernière minute), Biarritz signe sa deuxième victoire à l’extérieur de la saison, mais surtout la deuxième de suite ce qui n’était pas encore arrivé depuis le coup d’envoi du championnat. Il confirme ainsi son beau succès le week-end dernier contre Toulon et espère avoir définitivement lancé sa saison. La trêve européenne et les deux gros matchs qui attendent les Basques (Saracens et Ospreys) donneront un nouvel élément de réponse au sujet du réveil biarrot, avant d’aller défier Castres fin janvier. Pour le SUA, c’est à Lyon qu’il faudra aller relever la tête pour le compte du TOP 14 Orange.


TOULOUSE (b) - LYON : 51-10

Une chose est sure en ce début d’année, le Stade Toulousain porte toujours sa tenue de gala, et semble peu enclin à s’en défaire d’ici peu de temps. Champion d’automne après avoir creusé l’écart sur Clermont à la Saint-Sylvestre, ils ont à nouveau frappé les esprits une semaine plus tard. Muets offensivement face à Bayonne, les Toulousains ont mis les pendules à l’heure contre Lyon avec six réalisations, soit leur deuxième meilleur bilan après le large succès sur l’autre promu, l’UBB (56-6 et 7 essais), En revanche, si en plus des victoires qui s’enchainent, une chose ne change pas d’une semaine à l’autre, c’est l’état de grâce de l’ouvreur stadiste Beauxis.

Si l’ex parisien a moins engranger que lors des de ses deux dernières sorties (28 points à Montpellier et 30 contre l’Aviron), il a à nouveau réalisé un sans faute, passé sept coups de pied pour 21 points. Son homologue, et pourtant joueur d’expérience Xavier Sadourny ne pouvait alors que souligner le niveau d’excellence du Stade pour expliquer le lourd revers des siens. Manquant d’un peu de tout, selon ses dires, pour pouvoir rivaliser, le LOU enregistre son neuvième revers de la saison, et tombe à la dernière place, laissée vacante la veille par le BO, vainqueur à Agen. La réception de ces mêmes agenais justement, après la coupure européenne, vaudra plus que de l’or pour les Rhodaniens. Les Toulousains, qui n’ont plus perdu depuis huit matches tenteront de rester invaincu à Colombes… et ils en sont capables !


PARIS (b) - CASTRES : 38-21

Nous avions laissé un Stade Français à deux visages au passage à la nouvelle année, fébrile, voire absent à l’extérieur, et irrésistible à la maison. Cela s’est confirmé de manière flagrante en une semaine à peine. Corrigés en Gironde 39-6 il y a une semaine, ils ont été impressionnants, en début de match avant de faire preuve de maîtrise face à Castres, un concurrent annoncé à la qualification. Forts d’une entame explosive, leur permettant de mener 28-0 après à peine 20 minutes, les Parisiens connurent un petit relâchement coupable permettant à leurs adversaires de marquer juste avant la pause puis après, pour revenir à 28-7.

Mais Julien Dupuy le disait en rentrant au vestiaire, cette baisse de régime n’était pas acceptable, et les joueurs de la Capitale partageaient cet avis, eux qui ré-accéléraient dès la reprise pour inscrire un nouvel essai d’entrée, puis un sixième à l’heure de jeu. Si par deux fois, les Tarnais répondaient par des réalisations de Martial et Lacrampe, ils ne purent ni empêcher les Parisiens d’empocher le bonus offensif, ni prendre le défensif. Au terme d’un match spectaculaire et riche en essais (neuf), le Stade Français reste invaincu dans son antre (sept victoires pour un nul) et s’installe confortablement dans le wagon des « qualifiables », mais devra enfin être performant à l’extérieur, d’abord à Montpellier puis à Bayonne pour y rester. Le CO, qui a cédé la troisième place à Toulon, n’a remporté qu’un de ses sept derniers matches de championnat. Une situation critique avant de recevoir Biarritz à la fin du mois.


BAYONNE (b) - BORDEAUX BEGLES : 20-27

Les Bayonnais ont à n’en pas douter, avec Brive, réaliser la plus mauvaise opération de cette 15ème journée. Comme les Corréziens, c’est à domicile que les Basques devaient batailler pour se donner de l’air, à l’inverse de leurs concurrents directs dans la course au maintien (Bordeaux-Bègles donc, mais aussi Biarritz et Lyon) qui jouaient à l’extérieur. Et comme les Cabistes, c’est un nouveau joker qui est parti en fumée pour les Ciel et Blanc. Etouffés dès l’entame par des Girondins décomplexées par un succès splendide sur Paris il y a une semaine (39-6) motivés comme jamais à l’idée de rendre hommage à Laurent Armand, victime d’un AVC, ils ne surent jamais imposer leur jeu.

Comme le soulignait Cédric Heymans, dépité en fin de rencontre, l’Aviron est en retard pour jouer, en retard pour avoir peur, en retard pour s’investir… mais espère qu’il ne sera pas en retard pour se maintenir. En tout, cas c’est dans la zone rouge que se trouve le club Basque au sortir de cette 15ème journée, pendant que son voisin Biarrot en sort, malgré le même nombre de points au classement. Le temps presse terriblement pour cette équipe aux noms prestigieux mais qui ne gagne plus. A l’inverse, les Girondins ont fait le gros coup du week-end en prenant le large, pour compter désormais sept longueur d’avance sur les Basques, premiers relégables. Avec trois victoires en quatre matches, l’UBB prend son envol.


BRIVE - MONTPELLIER : 9-23

Nous le disions plus haut, Brive a tout comme Bayonne réalisé l’une des grosses mauvaises opérations de la journée. Après une fin d’année 2011 très compliquée en championnat, les Corréziens espéraient bien faire table rase du passé pour repartir du bon pied avec deux matches à domicile. D’autant qu’avec une seule défaite en neuf réceptions de Montpellier, c’était gonflés à bloc que les Coujoux abordaient la rencontre. 80 minutes plus tard, c’est un nouveau revers, le quatrième consécutif, le cinquième à Amédée Domenech.

L’analyse du capitaine, Virgile Lacombe était sans appel à l’issue de la rencontre, le CAB n’a pas été assez propre dans tout ce qu’il a entrepris pour espérer autre chose que cette défaite. C’est un fait, Brive n’a certainement pas fait ce qu’il fallait pour s’imposer, mais Montpellier si. Patient, réaliste, appliqué, le MHR confirme son niveau de forme actuel en signant son cinquième succès en six matches. Hier dans les profondeurs du classement, les Héraultais pointent aujourd’hui à la 7ème place, à cinq longueurs du podium. Le Stade Français, qui se rendra à Yves du Manoir pour la prochaine journée de championnat est prévenu, les hommes de Fabien Galthié et Eric Béchu sont de retour.


PERPIGNAN - RACING METRO 92 : 14-14

Perpignan a tout donné, entrepris, cru en lui, bénéficié d’un superbe match de ses “gros”, d’une moisson de plaquages de Tonita, d’une entente prometteuse entre Hook et Mermoz… beaucoup de motifs de satisfaction, comme celui de ne pas avoir perdu. Mais voilà, déception, l’USAP ne s’est pas non plus imposé. En concédant le nul 14-14, les Sang et Or prennent deux points précieux mais en perdent deux tout aussi importants. Car avec seulement quatre longueurs d’avance sur Bayonne, premier relégable, le champion 2009 reste en grand danger.

Les Franciliens, eux, ne retiendront que les deux points pris, surtout au regard de l’entame de match, qui les voyaient menés 5-0 dès l’entame au terme d’un superbe mouvement catalan, initié par Hook, et conclu par Sid. En faisant le dos rond, et en retrouvant deux joueurs clé, le Sud-Africain Steyn et Fabrice Estebanez, les Racingmen surent toujours rester au contact avant de prendre les devant. En revanche, ils ne surent tenir le score quand ils menaient 14-11 à dix minutes de la fin de la rencontre. C’est tout de même sixièmes, et donc potentiellement qualifiables que les hommes de Pierre Berbizier se trouvent au terme de la 15ème journée. Une qualification, objectif annoncé, qui passera par une confirmation et de la constance, à commencer par la réception de Toulouse fin janvier. Au même moment, Perpignan ira à Brive et n’aura pas le droit à l ‘erreur.


CLERMONT–TOULON (b) : 25-19

Pour la deuxième semaine de suite, Clermont perd du terrain sur le Stade Toulousain. Tenus en échec la semaine passé à Brive, les Auvergnats avaient vu Toulouse, vainqueur de Bayonne, prendre le large. Certes victorieux de Toulon, ils voient le leader creuser encore un peu plus l’écart grâce au bonus offensif glané face au LOU. Mais si lors de la dernière journée, les regrets étaient énormes, la satisfaction est grande ce week-end sur la physionomie de la rencontre. Menés au score durant plus de 40 minutes, les Jaunards ont souffert jusque dans les tous derniers instants, devant faire le dos rond face aux assauts d’un RCT envieux de signer son premier succès de l’histoire à Michelin.

Raté ! Malgré une superbe maîtrise, et un Wilkinson parfaitement réglé, Toulon a rectifié le tir après son absence biarrote mais rate le coche. Motif de satisfaction tout de même, le point de bonus glané lui permet de monter sur le podium du TOP 14 Orange, mais un succès lui aurait permis de revenir sur les talons de son adversaire du jour. Il faudra s’en accommoder et, après la coupure européenne, faire le plein de point à la maison face à Bayonne puis Bordeaux-Bègles. Les Clermontois tenteront de se rapprocher du leader, ou au pire de maintenir l’écart en Gironde pour la reprise du championnat, mais après une période européenne où ils encore tout à gagner, n’auront-ils pas dépensé trop d’énergie. Rendez-vous à la fin du mois.

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
TOP 14 Reprise le 15 août 2014
Ligue Nationale de Rugby - logo pro d2
PRO D2 Reprise le 13 août 2014
 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2014-2015
←← →→
  • vendredi 15 août
  • 20h45 Bayonne / Toulon -
    Diffusion : Canal +
  • samedi 16 août
  • 14h45 Clermont / Grenoble -
    Diffusion : Canal +
  • 18h30 Bordeaux / Lyon -
    Diffusion : Rugby + 255
  • 18h30 Brive / La Rochelle -
    Diffusion : Rugby + 256
  • 18h30 Castres / Paris -
    Diffusion : Rugby + 257
  • 18h30 Toulouse / Oyonnax -
    Diffusion : Rugby + 258
  • 20h45 Montpellier / Racing Metro -
    Diffusion : Canal + Sport
Voir tout le calendrier