TOP 14 Le point
Par Baptiste LE BEUX, le 25 novembre 2011.

TOP 14 Orange, J11 : en perdition…

Avec six défaites consécutives en championnat, trois revers dans leur antre, l’USAP s’enfonce inexorablement vers la queue de peloton. Les larmes de Florian Cazenave sur le banc de touche symbolisent à elles seules l’inextricable situation dans laquelle se retrouvent les Sang et Or aujourd’hui. Pourtant, après 11 journées, rien n’est encore fait, et l’espoir est possible. Mais pour cela il faut vite redresser la barre… les Sang et Or en ont-il seulement les moyens aujourd’hui ? Assurément… mais le temps presse, et les jokers sont quasiment épuisés.

JPEG - 104.4 ko
Perry Freshwater, Nicolas Mas, Olivier Olibeau, même les plus expérimentés semblent perdus... pourtant, il faut rapidement retrouver la bonne voie pour que l’USAP ne se perde pas de façon irrémédiable ! (Crédit photo : Presse Sports)

Bayonne – Lyon (b) : 15-9

Nous le disions avant à la rencontre, à la peine en championnat malgré une victoire sur Perpignan avant la trêve européenne, l’Aviron aura su enchainer un deuxième succès de rang sur sa pelouse en TOP 14 Orange, mais n’aura pas encore su donner des frissons à ses supporters, ou du moins si, mais pas les bons. Car si le peuple Ciel et Blanc s’attend à voir du spectacle dans son antre, c’est aux sueurs froides qu’il est soumis… La venue du LOU n’aura pas dérogé à la règle, et malgré la majorité de ses étoiles sur la pelouse (Hormis Lauaki sur le banc et Huget encore dans les tribunes), la formation basque aura éprouvé les pires difficultés à se défaire du champion de France de PRO D2 en titre. Pire, menés 6-3 à la pause, les hommes de Christian Gajan rendaient une copie bien blanche, malgré une superbe percée du toujours dangereux Gerber.

Blanche elle le restera, l’attaque bayonnaise ne trouvant pas la faille dans le rideau défensif rhodanien, mais par plus de maîtrise et de réalisme, ils prenaient tout de même les devants à la 49ème minute pour y rester. Creusant même l’écart, jusqu’à priver leurs visiteurs du bonus défensif avant la sirène… avant que ces derniers ne l’arrachent sur une ultime pénalité. Bayonne qui s’impose, Lyon qui prend un point, même si tout le monde aurait souhaité faire mieux, tous doivent tout de même être satisfaits de cette issue, sur le plan comptable en tout cas, car sur la manière… Reste que Bayonne enchaine une quatrième victoire toutes compétitions confondues, un bilan plus que positif avant d’aller disputer le derby à Biarritz. Pour Lyon, qui n’a plus gagné depuis 4 rencontres, les réceptions de Montpellier puis Perpignan seront déterminantes pour la suite de la saison.


Racing-Métro 92 (b) – Biarritz : 28-9

Lanterne rouge du championnat, trois matches à jouer en une semaine, le derby du Pays Basque en ligne de mire, mardi 29 novembre… c’est une période chargée et très compliquée à laquelle doit faire face le BO. Aussi, c’est logiquement avec la priorité de la réception de Bayonne, que les Basques se présentaient à Colombes avec une formation remaniée. Mais loin de venir en victime expiatoire, c’est pour faire un gros match que les jeunes pousses biarrotes voulaient entrer sur la pelouse, conditionnée comme il se doit par Patrice Lagisquet. A la pause, force était de constater que c’était un très joli coup qui se dessinait pour elles.

En effet, rentrant au vestiaire en menant 9-8, les Rouge et Blancs faisaient douter une formation alto-séquanaise, jusque là muselée, mais à la recherche d’un troisième succès de rang en championnat, afin d’effacer la mauvaise passe européenne. La seconde période sera à sens unique, les Franciliens infligeant un cinglant 20-0 pour s’imposer avec le bonus 28-9. Le RM92 a retrouvé la marche avant, et c’est de très bon augure avant le derby parisien au Stade de France et la double confrontation face aux London Irish. Pour les biarrots, le premier acte Ciel et Blanc s’est très mal passé, car toujours dernier, les jokers s’amenuisent de journées en journées… le prochain, chez eux, face à Bayonne sera irrespirable, défaite interdite, sinon…


Perpignan – Paris : 16-35

Les larmes de Florian Cazenave sur le banc de touche, le visage caché derrière ses mains en fin de rencontre, symbolisent à elles seules la situation dans la quelle se trouve l’USAP au soir de la 11ème journée. Si la 9ème place du classement n’est pas une catastrophe en soit, la série en cours l’est ! Six défaites de rang en championnat, dont déjà trois à Aimé Giral (dont deux en concédant le bonus offensif à leurs adversaires), une victoire en huit matches en comptant les rencontres européennes, rien ne va plus dans les rangs Catalans, et la réunion de crise improvisée par le staff et leur Présidents à l’issue de la rencontre en dit long.

Mais si la situation des Sang et Or, aussi inquiétante soit elle, ne doit en aucuns cas faire passer la victoire des Parisiens, ni la superbe performance de Felipe Contepomi, à Aimé Giral pour une information secondaire, bien au contraire. Explosifs, hermétiques, inspirés, réalistes… les hommes de Mickael Cheicka ont livré un récital pour confirmer leur excellente forme actuelle, qui les a vu remporter quatre matches de suite, toutes compétitions confondues, et surtout se replacer dans le wagon de tête en championnat. La meilleure des préparations au derby face au Racing-Métro 92 pour une équipe qui espère enfin revenir en phases finales après deux saisons de disette. A ce rythme, elle n’en sera assurément pas loin. En perdition, les Usapistes n’ont en revanche plus le choix, avant un déplacement très périlleux à Lyon, relégable, et également le couteau sous la gorge.


Brive – Toulouse : 9-9

Comme l’an passé (16-16), c’est sans vainqueur que ce sera achevé ce Brive – Toulouse au Stade Amédée Domenech. Un bon résultat pour tout le monde au final. Pour Brive, qui confirme ainsi en championnat sa bonne passe européenne, et qui se donne un bon bol d’air. Pour Toulouse également, dans une moindre mesure même si cela lui permet de conserver la tête, mais dixit Thierry Dusautoir, c’est un bon résultat face une bonne équipe qui aura su les mettre en difficulté. Pourtant, les uns auraient pu être beaucoup plus satisfaits, les autres beaucoup moins au regard de l’évolution du score.

En effet, les Stadistes sont passés tout près de la victoire, après avoir mené 6-0 à la pause puis 9-0 à la 43ème. Réalistes, les hommes de Guy Novès faisaient solidement course en tête, mais voyaient leurs hôtes réaliser ce qu’ils avaient fait durant ce laps de temps avec un petit quart d’heure de moins. Car sur la troisième pénalité inscrite par Caminati ce samedi, les Cabistes arrachaient le nul à trois minutes du terme de la rencontre. Un drop manqué plus tard, et ils auraient même pu l’emporter dans les arrêts de jeu… peu importe, le capital confiance des corréziens grossit à vue d’œil ! Les Girondins, qui les recevront le week-end prochain sont prévenus. C’est un petit coup d’arrêt pour les Toulousain, après trois victoires consécutives en TOP 14 Orange (cinq si l’on compte les deux rencontres européennes), mais c’est toujours leaders qu’ils recevront Toulon dans une semaine.


Montpellier – Clermont (b) : 29-23

Avant la rencontre, le MHR, avec quatre matchs consécutifs sans succès toutes compétitions confondues, deux défaites consécutives en TOP 14 Orange, un succès en quatre matches à domicile, la 12ème place du classement, présentait un bilan très loin des ses attentes. De fait, il n’avait déjà plus le droit à l’erreur dans son antre… mais la venue de Clermont, deuxième du classement et meilleure formation à l’extérieur n’avait rien d’engageant en vue du redressement. Pourtant redressement il y a eu, et de fort belle manière. Toujours devant au score, au pire accroché (6-6 de la 24ème à la 26ème), les Héraultais auront parfaitement maîtrisé leur sujet.

D’abord en creusant l’écart une première fois avant la pause sur un essai de Nagusa (13-6), puis une seconde fois à l’heure de jeu (29-13), sur un doublé de leur ailier fidjien, pour filer vers un succès solide. Solide, car jamais les Jaunards n’abandonnèrent. Pour preuves, les essais de Bardy au retour des vestiaires les ramenant sur les talons de leurs hôtes à la 50ème minute (13-16), celui de Parra à la 72ème pour leur permettre de rêver au bonus à la 72ème, la pénalité de ce dernier leur offrant à deux minutes du terme. Cela n’aura pas suffit, et confirme surtout les difficultés récentes de l’ASCMCA à voyager, avec un troisième revers en quatre déplacements. Heureusement, c’est à Michelin qu’ils affronteront Castres lors de la prochaine journée, et invaincus dans leur antre, ils compteront bien réenclencher la marche avant. Pour le MHR, c’est un bon bol d’air avant un petit marathon de deux déplacements compliqués (mercredi à Lyon puis à Biarritz dimanche)… une confirmation est attendue.


Castres – Toulon : 22-22

Moribond lors de la Coupe du Monde en Nouvelle Zélande à l’image de sa sélection, Jonny Wilkinson a fait un retour de très haut niveau en championnat. Entrevu lors de ses dernières sorties, ce retour en grâce a été confirmé lors de ce déplacement à Castres, surtout en première période. Jouant quasiment à la perfection, prenant les bonnes décisions, sans déchet, l’anglais est parvenu à mettre ses troupes sur les bons rails réalisant un sans faute au pied avec 6 réalisations en autant de tentatives. Une prestation qui auraient pou faire le bonheur du RCT, d’autant qu’avec un avantage conséquent à la pause, 19-6, la voie vers le succès semblait toute tracée.

C’était sans compter sur des locaux, revenus sur la pelouse avec de toutes autres ambitions en deuxième période. Frustrés par le poteau de Teulet lors du premier acte et la transversale de Kockott dans le second, les Castrais ne laissaient plus une seule bouffée d’air à leurs visiteurs, et profitait du culot du jeune Bernard, prenant ses responsabilités à deux reprises pour permettre à Castres d’égaliser. Sur un drop d’abord à la 66ème, puis surtout à la toute dernière minute d’une pénalité de 50 mètres. Un score de parité qui permet à Castres de stopper l’hémorragie après quatre revers consécutifs toutes compétitions confondues, et à Toulon de confirmer leur retour en forme avec un sixième match de rang sans connaitre la défaite. Très positif pour les deux clubs, avant d’aller défier les deux premiers du classement, Toulouse pour le RCT, Clermont pour le CO.


Agen – Bordeaux-Bègles : 24-15

Sans faire de bruit, le SUA Poursuit sa belle aventure dans les sommets du TOP 14 Orange. Avec un quatrième succès en cinq matchs, les hommes de Christian Lanta et Christophe Deylaud s’accrochent à leur sixième place. Pourtant, la venue des Girondins, obligés de faire un coup pour accroître leur avance sur la zone rouge ne fut pas de tout repos, comme cela pouvait être prévisible. Aucun essai, des initiatives contrariées par les défenses, mais un festival de deux buteurs, Fraser côté UBB, et Barnard côté Agen.

Mention spéciale à ce dernier, auteur de sept pénalités et d’un drop, mais surtout d’un 100% précieux pour permettre aux siens de poursuivre sur leur belle dynamique. Les Agenais auront, malgré les difficultés éprouvées, accentué leurs certitudes avant de recevoir Bayonne le week-end prochain, certainement amoindri par trois matches en une semaine mais surtout un derby Basque dans les jambes. Trop sanctionnés et encore trop irréguliers, les Girondins ont à nouveau manqué l’occasion de faire un coup dans un match qui semblait longtemps à leur portée, et retombent à la douzième place du classement, avec quatre longueurs d’avance sur le LOU, premier relégable. La réception de Brive devra être l’occasion de garder ses distances, mieux de creuser l’écart.

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
TOP 14 Reprise le 15 août 2014
Ligue Nationale de Rugby - logo pro d2
PRO D2 Reprise le 13 août 2014
 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2014-2015
←← →→
  • vendredi 15 août
  • 20h45 Bayonne / Toulon -
    Diffusion : Canal +
  • samedi 16 août
  • 14h45 Clermont / Grenoble -
    Diffusion : Canal +
  • 18h30 Bordeaux / Lyon -
    Diffusion : Rugby + 255
  • 18h30 Brive / La Rochelle -
    Diffusion : Rugby + 256
  • 18h30 Castres / Paris -
    Diffusion : Rugby + 257
  • 18h30 Toulouse / Oyonnax -
    Diffusion : Rugby + 258
  • 20h45 Montpellier / Racing Metro -
    Diffusion : Canal + Sport
Voir tout le calendrier