TOP 14 Le point
Par Baptiste LE BEUX, le 29 mai 2012.

TOP 14 Orange, demi-finale / Toulouse – Castres : pour l’histoire

11 ans après sa dernière participation aux demi-finales du championnat, le CO va à nouveau croiser le Stade Toulousain, son tombeur à cette époque. Mais galvanisé par sa victoire face à Montpellier, mettant fin à deux défaites de rang en matches de barrages. Pour l’histoire, les Tarnais ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Toulouse n’ont plus qu’un succès face au voisin lui permettrait d’aller défendre son titre au stade de France et de viser son 19ème bouclier.

newsletter
Trois ans que les Tarnais attendaient que le CO franchisse enfin le cap des matches de barrage… 11 ans que les Castrais rêvaient de retrouver leur club en demi-finale du championnat… une si longue attente enfin récompensée au sortir de la victoire 31-15 des hommes de Laurent Labit et Laurent Travers sur Montpellier, leur tombeur il y a un an lors de leur dernier « quart » de finale. Autant dire que ni les joueurs, ni le staff, et encore moins les supporters, ne bouderont leur plaisir de se retrouver au stadium de Toulouse.

A un match du stade de France. A 80 minutes minimum de Saint-Denis. Une goutte d’eau dans une saison, une éternité en phases finales, surtout face à un adversaire du calibre de celui qui sera le sien samedi. Lorsque l’on se retrouve dans le dernier carré, il est évident que la concurrence est élevée, mais là, ce n’est ni plus moins que le champion de France en titre, leader de la 10ème jusqu’à la dernière journée de la première phase qui va se dresser face à Castres.

Un adversaire redoutable et redouté, que le CO a certes régulièrement dominé à Pierre-Antoine (10 fois en 15 rencontres) mais face auquel il ne s’est guère illustré dans la Ville Rose. Avec une seule victoire et un nul en 18 déplacements (6-6 en 1948-1949 pour le partage des points, 15-12 en 1978-1979 pour le succès), les Tarnais peuvent se poser des questions à l’abord de ce choc. Si l’on ajoute à cela que chaque rencontre de phases finales s’est soldé par un succès toulousain*, l’ampleur de la tâche s’accroît encore.

JPEG - 98 ko
A l’image de Matanavou (ici après l’un des ses trois essais face à Montpellier), le Stade Toulousain a à nouveau fait le show cette saison. (Crédit photo : Presse Sports)

L’ogre toulousain

D’autant plus que Toulouse a effectué une saison (encore) énorme. Pourtant privé de nombreux internationaux, les Stadistes ont, et ce malgré une défaite inaugurale à Bayonne (13-18), réalisé une excellente entame de championnat dans le sillage des jeunes (Galan, Boukerou…) aux dents longues, des cadres restés au pays (Jauzion, Fritz, Nyanga (promu capitaine), David, Poitrenaud…) et des nouvelles recrues (Matanavou, Mcalister) déjà bien intégrées.

Mieux, au retour des Mondialistes, ils écrasèrent le championnat. En s’emparant de la première place au soir de la 10ème journée et d’un succès 21-17 sur Perpignan, Toulouse ne céda plus son fauteuil de leader, malgré une fin de parcours plus délicate et un retour fracassant des Clermontois. Autant dire que les Rouge et Noir se sont idéalement préparés à leur 19ème demi-finale de rang, et visent ni plus ni moins qu’une 27ème finale et surtout un 19ème Brennus, pour marquer encore un peu plus l’histoire. La machine va être très difficile à enrayer.

Pourtant, le tableau ne s’annonce pas si noir pour Castres, car ce sont les Toulousains qui auront la pression avant cette rencontre. Et pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’ils devraient bénéficier de la faveur des pronostics. Ensuite parce qu’ils sont champions en titre, qu’ils ont un statut à tenir. Egalement parce qu’après leur mésaventure européenne, ils n’ont plus que le championnat pour soulever un trophée. Enfin, parce qu’ils jouent dans leur ville.

JPEG - 125.9 ko
Face à Montpellier en barrage, la mêlée Castraise, mais aussi le jeune Lacrampe, ont été déterminants pour accéder aux demi-finales. (Crédit photo : Presse Sports)

Le CO a des armes

Mais loin de nous l’idée de penser qu’un revers toulousain résulterait d’une seule contre-performance stadiste. Non, car le CO possède bien des armes pour poser des problèmes aux hommes de Guy Novès. D’abord devant où la puissance du pack tarnais n’est plus à démontrer, même si la possible absence de Tekori suite à son rouge reçu en match de barrage pourrait constituer un handicap de taille. Au niveau des buteurs ensuite où Romain Teulet mais aussi Pierre Bernard offrent des garanties plus que solides. Dans les inspirations des lignes arrières enfin, où, Martial et Evans notamment, ont apporté des possibilités que les Tarnais n’avaient jusqu’alors pas exploitées.

Avantage supplémentaire, cette victoire sur Montpellier en barrage confirme un travail efficace de longue haleine du côté de la Cité baignée par l’Agout. Barragiste à Toulouse il y a deux saisons et battu par le Stade 35-12, à la maison l’an passé et dominé par le MHR 18-17, de nouveau à domicile mais en délocalisant à Ernest-Wallon cette saison et cette fois victorieux (31-15)… le CO ne s’est pas affolé. Il a certes ruminé ces échecs mais les a digéré, il en a surtout retenu les erreurs. L’entame et la maîtrise affichées face à Montpellier vendredi dernier en ont été des preuves criantes.

Reste maintenant à confirmer cela pour l’histoire. Pour la première demi-finale depuis 2001, qui on l’espère côté tarnais ne connaitra pas la même issue. En effet, à cette époque, Castres s’était incliné 32-21 face au même adversaire et dans le même stade. On rêve surtout de pouvoir monter à la finale pour la première fois depuis 1995, et croire au premier titre depuis 1993 (succès 14-11 face à Grenoble, grâce notamment à deux pénalités d’un certain Laurent Labit !). A l’issue du barrage, l’ancien ouvreur / arrière du club, aujourd’hui entraîneur, disait que son équipe avait franchi le col d’Aspin et qu’il s’attaquait cette fois au Tourmalet… le staff et les joueurs rêvent de choisir le bon braquet !

* Toulousains et Castrais se sont croisés à trois reprises en phases finales du championnat, pour trois victoires des Stadistes.
35-12 en match de barrage en 2010
32-21 en demi-finale en 2001
31-16 en finale en 1995


Revivez le parcours de Toulouse ici

Revivez le parcours de Castres ici

JPEG - 147 ko
En 2001, Clément Poitrenaud et Toulouse avait fait tomber le CO pour atteindre la finale et remporter le 16ème Brennus du club. (Crédit photo : Presse Sports)

En savoir plus

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
9ème journée du 10 au 12 octobre
pts
1 1
Clermont
31
-1 2
Toulon
28
2 3
Bordeaux
27
0 4
Montpellier
26
1 5
Paris
26
1 6
Grenoble
24
-4 7
Racing Metro
24
3 8
Toulouse
18
3 9
Lyon
17
-2 10
Bayonne
17
-2 11
La Rochelle
15
-2 12
Castres
15
0 13
Brive
14
0 14
Oyonnax
12

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
8ème journée du 18 au 19 octobre
pts
0 1
Pau
35
2 2
Perpignan
23
-1 3
Béziers
22
3 4
Agen
21
5 5
Montauban
19
-3 6
Mont-de-Marsan
19
-2 7
Carcassonne
19
-2 8
Albi
19
3 9
Colomiers
17
-1 10
Aurillac
17
-3 11
Biarritz
17
1 12
Massy
15
-2 13
Tarbes
14
2 14
Bourgoin
13
0 15
Narbonne
13
-2 16
Dax
9

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général PRO D2 2014-2015
←← →→
Voir tout le calendrier