TOP 14 Palmarès
Par Baptiste LE BEUX, le 4 juin 2011.

Stade de France, Saint-Denis, 4 juin 2011

Retrouvez l’historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition…

Les équipes :

TOULOUSE :

Heymans (Fritz, 50e) - Caucaunibuca (Clerc, 65e), Jauzion, Poitrenaud, Médard - (o) Skrela (Bezy, 68e), (m) Doussain - Dusautoir (cap.), Picamoles, Bouilhou (Nyanga, 56e) - Albacete, Millo-Chluski (Maestri, 48e) - C. Johnston (Falefa, 77e), Servat (Lacombe, 32e), Human (Poux, 48e).
Entr : G. Novès, Y. Bru, J-B Elissalde

MONTPELLIER :

Thiéry - Nagusa (Berard, 58e), Mirande (Rees, 68e), Fernandez, Bustos Moyano - (o) Trinh-Duc, (m) J. Tomas (Paillaugue, 65e) - Gorgodze, Matadigo, Ouedraogo (cap.) (Bost, 68e) - Fakaté (De Marco, 54e), Hancke - Jgenti (Figallo, 79e), Rofes (Caudullo, 54e), Figallo (Leleimalefaga, 72e).

Entr : F. Galthié, E. Béchu, D. Bès

Les points :

Toulouse : 5 pénalités Skrela (38, 47, 66), Bézy (70, 75)

Montpellier : 1 essai Nagusa (27), 1 transformation Bustos Moyano, 1 drop François Trinh-Duc (41)

Les cartons :

Montpellier : Nagusa (34, antijeu), Paillaugue (75, fautes répétées)

Arbitre : Patrick Péchambert (Périgord-Agenais)

C’est un moment historique qui a clôturé cette saison 2010-2011, offrant à la France du rugby une finale inédite, opposant l’ogre toulousain à la jeunesse dorée montpelliéraine. Deux formations qui avaient animé toute la saison de leurs inspirations, de leur envie de jouer… de leur expérience pour les midi-pyrénéens et de leur fougue pour les Héraultais. Des qualités qui avaient permis aux deux équipes de réaliser des parcours solides en phase préliminaire et de leur permettre de voir plus loin.

Plus loin comme une 18ème participation aux demi-finales consécutive pour Toulouse, un record bien évidemment, et la confirmation que cette formation toulousaine entretient une relation particulière avec le succès. Premier au soir de la 11ème journée, le Stade menait le championnat de main de maître, ne quittant plus son fauteuil de leader jusqu’au soir de la 26ème, et s’offrant 20 jours sans matchs avant d’aborder sa demi-finale de Marseille (en raison de son élimination en demi-finale de HCup face au Leinster).

Une trêve parfaitement gérée au regard du très solide succès sur Clermont en demie (29-6). Intraitables en défense à l’image d’un immense Thierry Dusautoir… hyper réalistes en attaque dans le sillage de Caucaunibuca… les Toulousains assuraient face au Champion en titre un succès leur permettant d’atteindre la 25ème finale de l’histoire du club, et de viser un 18ème Bouclier de Brennus.

Montpellier, saison des « premières »

Le Montpellier Hérault Rugby, emmené par Fabien Galthié, et présent dans les places qualificatives à 24 reprises lors de la phase préliminaire (11ème au soir de la 1ère journée, 7ème lors de la 25ème), en accrochant tous les ténors du TOP 14 Orange à son tableau de chasse, se lançait dans une « saison des premières ».

Première qualification en match de barrage et donc première participation à la HCup assurée, les Héraultais signaient un premier exploit dans l’antre du Castres olympique (18-17), pour s’offrir leur première demi-finale de première division. Nouveau coup d’éclat (malgré une grosse frayeur en fin de match !) face au Racing-Métro 92 (26-25) à Marseille et première qualification à la finale du championnat.

Un parcours en phases finales mettant à nouveau en avant des atouts qui avaient fait leurs preuves tout au long de la phase préliminaire : un cœur gros comme ça et un état d’esprit en or ! Des qualités qui auront permis à ce groupe d’ « ados », comme ils aiment à se présenter, de déplacer des montagnes et de vivre une aventure exceptionnelle.

Il n’y aura cependant pas eu de premier titre, car ce qui fit la réussite de ce club cette saison, n’aura pas suffi face aux expérimentés toulousains. Ces derniers auront, selon les dires des Héraultais eux-mêmes, montré à tout le monde ce qu’il fallait faire pour gagner une finale. Et pourtant… battant tous les records en terme de possession de balle et d’occupation du terrain, les Stadistes ne parvenaient toutefois pas à prendre les commandes du match, bloqués à 0-0 à la 27ème minute, et voyant le pourtant si régulier David Skréla manquer bon nombre pénalités (il laissera 15 points en route).

Toulouse, 18ème Brennus, 99 ans après le premier

Pire, sur l’une des rares incursions Montpelliéraines du premier acte, ils encaissaient un essai sur une géniale inspiration de l’ailier fidjien du MHR Nagusa. Tapant au pied par-dessus Caucaunibuca, récupérant la balle et crochetant Heymans sur la ligne de touche pour filer sous les perches, ce dernier permettait aux Montpelliérains de filer en tête à la pause 7-3 (Bustos Moyano ayant transformé pour Montpellier, et Skréla ayant enfin réglé la mire à la 38ème).

Dès l’entame, Montpellier appuyait pour enfoncer le clou, et suite à une grosse séquence, Trinh-Duc claquait le drop pour redonner sept longueurs d’avance aux novices. Coup de maître, d’autant que les Toulousains, avec un buteur toujours pas en réussite, ne parvenaient pas à refaire leur retard. Mais en habitués de ces évènements, jamais ils ne s’affolèrent, jamais ils n’eurent de mot plus haut que les autres, et, avec une sérénité et une communication de tous les instants, ils surent inverser la tendance.

Petit à petit, ils remontèrent la pente pour d’abord revenir sur les talons de leurs adversaires grâce à David Skréla auteur de deux nouvelles pénalités (47ème et 66ème), puis pour passer devant et creuser l’écart par Nicolas Bézy entré à l’ouverture et inscrivant six points (70ème et 75ème). Le dernier coup d’accélérateur de Montpellier, dans les arrêts de jeu et sur la sirène ne change rien à la donne, Toulouse s’impose au forceps et à l’expérience.

99 ans après le premier titre du Stade Toulousain avec Pierre Mouniq pour chef de file, Thierry Dusautoir menait les Rouge et Noir vers le 18ème Brennus du club. Un record qui ne cesse d’enfler, et auquel les Stadistes compte bien en rajouter d’autres… mais si l’on dit souvent que l’on ne se souvient que des vainqueurs, cette saison fera exception à la règle, tant Montpellier a régalé tous les amateurs de rugby.

Finale - TOP 14 Orange - Saison 2010-2011

En savoir plus

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

DIRECT / MULTIPLEX Afficher le multiplex Replier le multiplex

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
9ème journée du 10 au 12 octobre
pts
1 1
Clermont
31
-1 2
Toulon
28
2 3
Bordeaux
27
0 4
Montpellier
26
1 5
Paris
26
1 6
Grenoble
24
-4 7
Racing Metro
24
3 8
Toulouse
18
3 9
Lyon
17
-2 10
Bayonne
17
-2 11
La Rochelle
15
-2 12
Castres
15
0 13
Brive
14
0 14
Oyonnax
12

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
8ème journée du 18 au 19 octobre
pts
0 1
Pau
35
2 2
Perpignan
23
-1 3
Béziers
22
3 4
Agen
21
5 5
Montauban
19
-3 6
Mont-de-Marsan
19
-2 7
Carcassonne
19
-2 8
Albi
19
3 9
Colomiers
17
-1 10
Aurillac
17
-3 11
Biarritz
17
1 12
Massy
15
-2 13
Tarbes
14
2 14
Bourgoin
13
0 15
Narbonne
13
-2 16
Dax
9

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général PRO D2 2014-2015
←← →→
Voir tout le calendrier