TOP 14 Palmarès
Par Nicolas LAVALLEE, le 29 décembre 2004.

Parc des Princes, Paris, 1er juin 1996

Retrouvez l’historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition…

STADE TOULOUSAIN 20 – CA BRIVE 10

Les Equipes

Stade Toulousain : Ougier, N’Tamack (cap), Ph. Carbonneau, Castaignède (Artiguste), Berty, o) Deylaud (Castaignède), m) Cazalbou (O. Carbonneau), Manent, Dispagne, Lacroix (Castel), Belot, Miorin, Portolan, Soula, Califano.
CA Brive : S. Paillat, Carrat (Faugeron), R. Paillat, Soubira, Lucquiaud, o) Penaud, m) Bonnet, Carminati (Duboisset), Labrousse, Van der Linden, Bonventre, Alégret (Manhès), Crespy, Moscato, Casadei.

Les points

ST : Berty, essai ; Deylaud, Castaignède drops ; Deylaud, Castaignède (2), pénalités.
CAB : R. Paillat, essai ; S. Paillat (2), pénalité ; S. Paillat, transformation.

Arbitrage : M. Thomas

Difficile de faire une formule plus compliquée que celle de la saison 1995-1996 qui, pourtant, survivra jusqu’en 1998…Le championnat compte ainsi 40 clubs répartis en 4 poules de dix, dans deux groupes de 20 (A1 et A2). Le Groupe A1 qualifie les quatre premiers de chaque poule, soit 8 clubs, pour les huitièmes de finales. Les clubs classés de la cinquième à la huitième place rencontrent en match qualificatif –dits « Barrages »- les clubs classés de la première à la quatrième place des poules du groupe A2. Les huit vainqueurs rejoignent les huit clubs qualifiés directement (soit 16 clubs en tout). La phase finale débute en huitièmes. Moralité : Un club non présent des les 20 de la phase qualificative peut remporter le Bouclier.
Voilà pour la théorie. Mais vous avez beau trouver les formules les plus alambiquées et, a priori, les plus respectueuses de la règle sportive que vous voulez, au final, ce sont toujours les mêmes qui se retrouvent aux première loges. En quarts de finale, aucun pensionnaire du groupe A2 –représenté au tour précédent par Argelès et Périgueux, vainqueurs de Nice et Nîmes- ne sera finalement présent.
Cette saison est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle compétition, la Coupe d’Europe. Les clubs Anglais pratiquent le célèbre « Wait and see  » et à cause de sombres histoires de répartition des droits TV, ceux-ci ne participent pas à la compétition qui verra le Stade Toulousain être le premier club inscrire son nom au palmarès, 5 mois avant d’être sacré au Parc des Princes. C’est aussi la seule fois où on verra le duo Novès/Laîrle verser des larmes en public…A la même époque, le CA Brive remporte le Challenge Du Manoir. Autant dire combien semble inéluctable cette finale. Dans les rangs Brivistes on notera les présences de deux ex-finalistes : Moscato, vainqueur en 1991 avec Bordeaux, et Lucquiaud qui va vivre sa deuxième finale consécutive après celle perdue l’année d’avant avec Castres. Les deux éléments brivistes ayant alors joué Toulouse. En face, seulement deux nouveaux par rapport à la finale 95 : Manent et Dispagne ont remplacé Sonnes et Cigagna. Le brassard échoit à « Milou » N’Tamack.
Jusqu’à la 73e minutes de la 95e finale du championnat de France de rugby, le CA Brive était champion de France et la Corrèze pouvait se préparer à fêter le premier titre de son histoire, effaçant ainsi les désillusions de 1965, 1972 et 1975…Nul doute que le bouillonnant ancien 3e ligne et nouveau président du club, Patrick Sebastien, saura alors faire tourner les serviettes. Didier Faugeron, entraîneur et joueur après la blessure de Carrat dispute son premier match de l’année. Il est de l’essai de Paillat à la 44e minute et Brive mène 10-6 en rentrant aux vestiaires. Trente minutes plus tard, le Stade Toulousain est revenu à la marque et mène légèrement de 2 points. Tout reste possible…
Christophe Deylaud récupère la balle petit côté. Il balance un coup à suivre dans l’en-but briviste. En face, Sébastien Paillat qui a remplacé Viars, hésite à sauter pour récupérer la balle et permettre à son équipe de se dégager de ses 22 mètres. Oui mais mais voilà, le Toulousain David Berty, lui, n’hésite pas. Saute. Plus haut. Et retombe dans l’en-but, le ballon fermement en main. Toulouse réalise le deuxième triplé d’après-guerre et fait le doublé Championnat/Coupe d’Europe…Les Brivistes, eux, vont encore devoir patienter avant de soulever un trophée.

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
7ème journée du 26 au 27 septembre
pts
0 1
Clermont
27
0 2
Toulon
24
3 3
Paris
22
3 4
Grenoble
20
0 5
Racing Metro
18
-3 6
Montpellier
18
-3 7
Bordeaux
17
2 8
Bayonne
15
4 9
Lyon
13
4 10
Brive
13
-3 11
Oyonnax
11
-1 12
La Rochelle
10
-4 13
Toulouse
10
-2 14
Castres
10

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
5ème journée du 20 au 21 septembre
pts
0 1
Pau
22
0 2
Albi
17
1 3
Perpignan
15
1 4
Mont-de-Marsan
14
6 5
Biarritz
13
2 6
Béziers
13
6 7
Aurillac
12
-5 8
Tarbes
12
-2 9
Bourgoin
11
-4 10
Montauban
10
-2 11
Carcassonne
10
3 12
Narbonne
9
-1 13
Colomiers
9
-4 14
Agen
8
1 15
Massy
7
-2 16
Dax
5

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2014-2015
←← →→
  • vendredi 03 octobre
  • 20h45 Oyonnax / Toulon -
    Diffusion : Canal + Sport
  • samedi 04 octobre
  • 14h45 Bordeaux / Clermont -
    Diffusion : Canal +
  • 18h30 Bayonne / Montpellier -
    Diffusion : Rugby + 258
  • 18h30 Castres / Grenoble -
    Diffusion : Rugby + 255
  • 18h30 La Rochelle / Lyon -
    Diffusion : Rugby + 257
  • 18h30 Racing Metro / Brive -
    Diffusion : Rugby + 256
  • 20h45 Toulouse / Paris -
    Diffusion : Canal + Sport
Voir tout le calendrier