TOP 14 Palmarès
Par LNR.FR, le 9 février 2004.

Colombes, 13 mai 1923

Retrouvez l’historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition…

La Une de Miroir des sports du jeudi 17 mai 1923 (coll. particulière : N. Lavallée)

STADE TOULOUSAIN 3 - AVIRON BAYONNAIS 00

Les équipes

Stade Toulousain :
Y. Saverne, I. Dournac, L. Nougal, F. Borde (cap.), A. Jauréguy, o) H. Galau, m) B. Bergès, J. Larrieu, A. Prévost, A. Bioussa, A. Pépion, M.F. Lubin-Lebrère, G. Serres, J. Bayard, A. Maury.

Aviron Bayonnais :
H.O. Roe, Léon Pardo, I. Bentaberry, A. Béhotéguy, I. Arnaudin, o) E. Billac, (cap.), m) A. Serrate, E. Landrieu, J.B. Salles, A. Etchepare, S. Andia, H. Suhubiette, E. Lahirigoyen, P. Magens, M. Forgues.

Points
ST : Jauréguy, essai.

Arbitre : Gilbert Brutus

Deux poules de trois (A : Stade Toulousain, Biarritz et Carcassonne ; B : Bayonne, R.C.F., Tarbes) avaient désigné les finalistes, les mêmes que ceux de la saison précédente. Chaque équipe alignait dix joueurs de la finale 1922. Nougal disputait son premier match de championnat de la saison en équipe fanion.
La rencontre initialement prévue au Bouscat avait été déplacée à Colombes qui ne se mit guère en frais : pluie, vent violent, terrain gorgé d’eau. Les Toulousains profitèrent ainsi des circonstances : leur pack comptait six internationaux présents et à venir. Pépion, Béglais d’origine, ne rentrait pas dans cette catégorie. Ce 2e ligne allait, trois ans plus tard, être curieusement champion de France au poste d’arrière.
En prémonition peut-être, il dut doubler l’arrière dès la 20é minute, blessé. Pire : le maître à penser de l’Aviron, Owen Roe, alors âgé de 38 ans, détacha le 3e ligne centre Salles - qui parfois jouait derrière - pour marquer Galau. Le Stade Toulousain était contré, voire dominé. Le repos fut atteint sur la marque de 0-0.
Vers le milieu de la seconde mi-temps, alors que la partie était toujours en balance, les Toulousains forcèrent la décision. Galau lança une attaque à 60 mètres de l’en-but bayonnais ; il donna à Borde qui décala Jauréguy alors qu’il restait une bonne quarantaine de mètres à parcourir. Le grand ailier crocheta Roe qui toutefois l’accrocha au pied. Jauréguy rechercha son équilibre sur une vingtaine de foulées, redressa sa course et finit entre les poteaux.
Bayard rata pourtant la transformation. Etait-ce parce que la balle était lourde et gorgée d’eau ?
Les Toulousains, sûrs d’eux et grâce aux coups de pied de Galau et Borde maintinrent les Bayonnais fans leur camp. Béhotéguy, tapa à suivre une des rares balles d’attaque qui lui parvint, mais Pépion éloigna le danger.
Malgré le score, le Stade Toulousain avait eu dans l’ensemble la maîtrise de la rencontre en dépit d’une première mi-temps parfois délicate à négocier.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.

L'équipe du Castres olympique 1923

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
25ème journée du 18 au 19 avril
pts
1 1
Toulon
73
-1 2
Montpellier
71
0 3
Clermont
69
0 4
Racing Metro
69
1 5
Castres
66
-1 6
Toulouse
64
1 7
Paris
64
-1 8
Bordeaux
59
0 9
Brive
57
0 10
Grenoble
53
1 11
Bayonne
50
1 12
Oyonnax
50
-2 13
Perpignan
50
0 14
Biarritz
30

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
27ème journée du 12 au 13 avril
pts
0 1
Lyon
104
0 2
La Rochelle
90
0 3
Agen
89
0 4
Pau
81
0 5
Narbonne
81
0 6
Tarbes
75
0 7
Bourgoin
59
0 8
Aurillac
59
0 9
Mont-de-Marsan
58
0 10
Colomiers
57
0 11
Béziers
54
1 12
Albi
50
-1 13
Dax
49
0 14
Carcassonne
41
0 15
Bg-en-Bresse
40
0 16
Auch
35

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2013-2014
←← →→
Voir tout le calendrier