TOP 14 Le point
Par Baptiste LE BEUX, le 25 octobre 2013.

Au cœur de l’USO, partie 4

Champion de France de PRO D2 en titre, l’USO a atteint son rêve, celui de se mesurer à ce qui se fait de mieux dans le rugby hexagonal. Il n’en reste pas moins qu’Oyonnax reste une exception. De par son profil, de par son fonctionnement, de par sa situation, le club du Haut Bugey est atypique. Mais pour toutes ces raisons, il est également craint et apprécié. Cette semaine, lnr.fr vous propose de plonger au cœur de l’USO en quatre parties, afin de mieux appréhender ce qui fait l’unicité et la force de ce club aussi particulier. Aujourd’hui, découvrez le quatrième et dernier opus de la saga.

Partie 4, l’aventure du TOP 14

JPEG - 81.6 ko
le public Oyonnaxien peut remercier ses protégés pour tous les bons moments qu’ils lui font vivre ! (Crédit photo : Presse Sports)

Le titre en poche, et les trois jours de festivités, organisés sans excès selon la présidence du club, Oyo doit se préparer, après avoir franchi une montagne, à gravir l’Everest. Et cet Everest a pour nom TOP 14. Toutes les équipes qui sont passées par la montée dans l’élite le disent, entre les deux championnats professionnels, l’écart est conséquent, très conséquent même. Non pas que la PRO D2 doive rougir de son niveau, mais parce qu’exister au milieu des Toulon, Clermont, Toulouse, Castres et autres Racing-Métro 92 pour ne citer qu’eux, relève du chemin de croix. Thibault Lassalle en est conscient « il faut être franc, entre la PRO D2 et le TOP 14, il y a un gouffre ! »

Pourtant, loin de paniquer, comme cela aurait pu être le cas en 2009 en cas de montée, au moment où le club n’était pas prêt et qu’il n’avait pas le temps de préparer l’accession au sortir des phases finales, le passage à l’échelon supérieur cet été aura été effectué sereinement. En effet, avec 19 longueurs d’avance sur le deuxième à la fin du mois de janvier, l’USO, comme l’explique Christophe Urios pouvait se projeter vers l’avenir. « Même si mathématiquement ce n’était pas encore acquis, nous avions quelques certitudes. Nous avons donc pu anticiper beaucoup de choses : le développement des structures avec le projet d’un nouveau stade, la gestion de notre effectif avec le recrutement, d’une part, mais aussi conserver les joueurs déjà présents… nous ne partions en TOP 14 pas dans l’urgence ».

Cependant, si la sérénité était au rendez-vous et que l’excellente saison du club lui avait permis d’être dans les meilleures conditions pour la montée, il fallut tout de même s’adapter à cette nouvelle aventure. « C’était dans la continuité de ce que nous avions fait jusqu’ici » explique l’entraîneur oyonnaxien, « avec bien évidemment quelques ajustements par rapport au niveau de ce championnat qui nous attendait ». Une analyse étayée par le deuxième ligne du club : « L’intensité des entraînements devait être encore plus forte car le TOP 14 va plus vite, il est plus intense, plus physique, il fallait viser un cran plus haut ».

Un tableau de chasse qui laisse rêveur

Et tout le monde s’accorde à dire en interne que cela a été efficace, studieux et apprécié comme le relate, avec une certaine réserve, Silvère tian, revenu cet été dans les rangs de l’USO. « La préparation a été bonne, mais cela ne veut pas dire grand-chose, car cela ne sera vrai que si nous validons les efforts par des résultats. Si nous descendons, elle n’aura pas été aussi bonne que cela. Nous avons la possibilité de permettre à Oyonnax de figurer parmi les grands, les cartes sont entre nos mains pour qu’il y figure bien ».

Et pour cela, il fallait avant tout transposer au TOP 14 ce qui avait toujours fait la force de ce club, la solidité à la maison. « L’objectif était clair, il fallait rapidement entrer dans le bain, prendre des points tout de suite, notamment à la maison, pour ne pas se mettre dans la difficulté d’entrée » appuie Thibault Lassalle. « Nous savons que le maintien passera forcément par de bons résultats à la maison… même si nous sommes bien conscients que cela ne suffira pas au regard du niveau de ce championnat ». Et pour le moment, malgré l’accroc face au Stade Français (défaite 15-16), Mathon reste une destination délicate. Avec des succès sur Clermont (30-19), Biarritz (24-22), Castres (19-9) et Toulon (25-22), l’USO a envoyé un message très clair, les champions d’Europe et de France, et l’une des références de notre jeu sont repartis vaincus, et cela ne s’arrêtera pas là.

Un tableau de chasse qui laisse rêveur bon nombre de clubs, mais qui, encore une fois, laisse les toujours humbles oyonnaxiens sur la réserve. « Nous avons frappé fort en faisant tomber ces équipes, ça veut dire beaucoup de choses, mais en même temps pas grand choses » tempère Silvère Tian. « Cela voudra dire beaucoup si nous réalisons un parcours de qualité jusqu’à la fin du championnat. Maintenant, si nous redescendons en PRO D2, avoir battu ces équipes n’aura aucune valeur ». Une attitude partagée par son coach. « C’est positif, tant sur les performances réalisées à la maison que sur le niveau de jeu proposé, mais malgré cela, nous sommes 12ème ! C’est un championnat compact, serré, donc je ne vais pas être de mauvaise foi, je suis content de ce que montre Oyonnax depuis le coup d’envoi du championnat, mais nous ne pouvons pas nous en satisfaire ».

JPEG - 63.9 ko
Comme en PRO D2, Oyonnax reste très solide à domicile, Castres, Toulon et Clermont peuvent en témoigner. (Crédit photo : Presse Sports)

Entrer dans la légende de ce club

Actuellement talonné par Bayonne, premier relégable, l’USO reste en danger et sait que le maintien sera long et difficile à obtenir. Grenoble, Perpignan, Toulouse, Brive, Bayonne et Clermont pour finir l’année 2013, le Racing-Métro 92 pour lancer 2014, le programme aurait de quoi effrayer pas mal de club, mais à Oyonnax, on ne s’en formalise pas. « Serein n’est pas le mot le plus approprié, je dirai plutôt confiant » avoue Christophe Urios. « Le groupe est sain, il travaille bien, nous avons battu des gros morceaux, il y a un bel état d’esprit… il faut continuer dans ce sens mais continuer à progresser car cela ne suffira pas ».

En effet, mais si ce fameux état d’esprit a permis à l’USO de déjà franchir des montagnes, pourquoi pas gravir de nouveaux obstacles ? La motivation des joueurs est en tout cas palpable comme le montre Sylvère Tian. « Nous avons tous envie d’écrire une belle histoire de ce club. Notre rêve est d’entrer dans la légende de ce club, et cela passe par le maintien. Beaucoup de choses ont été faites ici par les dirigeants, Jean-Marc Manducher, Hervé David, Thierry Emin, pour arriver au plus haut niveau et y rester. Désormais, c’est à nous les joueurs d’en être dignes, et de permettre à l’USO de récolter les fruits de ses efforts ». Thibault Lassalle enchaîne. « Il faut que nous gardions la fraîcheur qui anime ce groupe et prendre les matches les uns après les autres pour ne pas commencer à gamberger et à faire des comptes d’apothicaire. J’ai confiance en nous pour aller chercher le maintien, mais j’avoue que si nous y parvenons, ce sera un exploit ».

Tous les joueurs dans les rangs de l’USO rêvent de rendre ce que ce club familial leur a offert, car comme le dit le même Thibault Lassalle : « c’est un club qui donne une véritable seconde chance. Je suis arrivé ici dans l’anonymat, car j’étais souvent blessé et peu utilisé à Agen, donc l’adaptation a été très facile. Beaucoup de joueurs sont dans mon cas, arrivé ici pour rebondir après des échecs. C’est un club qui sait recruter malin, et qui a la volonté de construire son histoire avec des mecs revanchards, et force est de constater que cela fonctionne ». Forcément une grande satisfaction pour l’entraîneur qu’est Christophe Urios : « La grande fierté est de mener un groupe, un club, qui découvre plein de choses, qui a soif d’apprendre et d’évoluer, qui est sans complexe tout en étant humble et passionné », ce qui fait et qui a toujours fait la force de ce club en somme.

Un club à sa place

Si les joueurs ressemblent à leur club et que le club ressemble à sa ville, il n’est donc pas anodin de voir que l’USO a su faire face pour franchir de nombreux caps, aussi haut soient-ils. Pourtant, il est vrai qu’étant un cas atypique de notre sport, cela n’était pas forcément une chose évidente. « Nous ne sommes pas le profil type d’un club de TOP 14 » avoue Jean-Marc Manducher, « Mais je pense que de ce fait, nous pouvons apporter de la fraîcheur. Si l’on peut apporter une belle image du club, et même juste une image d’Oyonnax car beaucoup de monde ne savait pas où c’était, ce sera parfait ». Que l’homme se rassure, si la découverte d’Oyonnax pour beaucoup fut une surprise, ce fut une belle surprise, pour les autres ce ne fut que la confirmation d’un talent évident. Reste pourtant cette question latente, pour combien de temps ?

« Lorsque l’on est Toulouse, Clermont ou Toulon, par exemple, on peut voire loin, car je ne vois pas ces clubs évoluer en PRO D2 dans cinq ans, mais pour nous, ce n’est pas la même problématique » explique l’homme fort de l’USO. « Ne jetons pas les dés trop loin ! Nous pouvons bien sûr performer, surperformer même, mais nous ne ferons pas de miracles ». Comme toujours à Oyonnax, l’humilité et le travail reprennent rapidement le pas sur tout ce qui se passe dans et autour du club. Une bonne chose en somme, car au fil des ans, le club de l’Ain a traversé les divisions, s’imposant comme une valeur sûre à domicile, sachant petit à petit s’exporter. Cerise sur le gâteau, le plus haut niveau du rugby français pour la saison 2013-2014, et l’assurance que ce club à part à sa place dans l’élite du ballon ovale, et qu’il ne le dévalorise pas, bien au contraire ! Pourvu que cela dure…

Retrouver la suite de ce reportage demain sur www.lnr.fr.

Pour retrouver les trois parties précédentes :
- Partie 1, les prémices, cliquez ici
- Partie 2, L’installation et la pérennisation du club en PRO D2, cliquez ici
- Partie 3, 2012-2013, année exceptionnelle, cliquez ici

JPEG - 75.4 ko
A l’image de Silvère tian, tous les joueurs rêvent d’ecrire une belle histoire et d’offrir un avenir doré à l’USO. (Crédit photo : Presse Sports)
L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
11ème journée du 07 au 08 novembre
pts
1 1
Clermont
36
-1 2
Toulon
33
0 3
Paris
31
2 4
Racing Métro 92
29
2 5
Grenoble
28
-2 6
Bordeaux Bègles
28
1 7
Toulouse
27
-3 8
Montpellier
26
2 9
Brive
22
-1 10
Bayonne
21
2 11
Oyonnax
21
-2 12
La Rochelle
19
1 13
Castres
19
-2 14
Lyon
18

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
12ème journée du 22 au 23 novembre
pts
0 1
Pau
44
0 2
Albi
35
3 3
Mont-de-Marsan
31
6 4
Biarritz
30
-1 5
Perpignan
30
1 6
Aurillac
30
-4 7
Colomiers
30
0 8
Montauban
29
-4 9
Béziers
27
-1 10
Agen
25
1 11
Massy
24
-1 12
Carcassonne
23
3 13
Narbonne
21
-1 14
Tarbes
19
-1 15
Bourgoin
17
-1 16
Dax
17

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général PRO D2 2014-2015
←← →→
Voir tout le calendrier