Stadium Municipal, Toulouse, 20 mai 1973

Retrouvez l'historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition...

STADOCESTE TARBAIS 18 - U.S. DACQUOISE 12

Les équipes

Stadoceste Tarbais :
G. Michel (cap.), J.L. Montagné, J. Pécune, F. Marin, J. Sillières, o) D. Marty, m) A. Save, P. Leblanc, C. Paul, C. Cabar, F. Biescas, F. Sénac, G. Verdier, A. Marin, L. Abadie.

US Dacquoise :
J.P . Cazenave, M. Arrieumerlou, P. Lebel, J.P. Lux, J.B. Trémont, 0) P. Freicha, m) G. Capdepuy (cap.), G. Bénali, B. Vinsonneau, Y. Courrouy, B. Dutin, J.P. Bastiat, C. Hoursiangou, J. Ibanez, P. Duclos.

Les points

ST : Pécune, Biescas, essais ; Michel, pénalité, drop et 2 transformations.
USD : Arrieumerlou, essai ; Bastiat, pénalité ; Freicha, drop ; Duclos, transformation.

Arbitre : Dr André Cuny

En demi-finales, coup de tonnerre : les Dacquois battaient les Biterrois (23-3) - alors que les Tarbais éprouvaient des difficultés à se défaire des Perpignanais (6-0). Ainsi donc, une finale inattendue entre deux formations qui s'étaient affrontées en poule avec, à chaque fois, une victoire pour le camp recevant.
Les finalistes avaient eu leurs malheurs. A Tarbes, Dargelès, l'empereur de la malchance du Rugby Français, déjà deux fois sélectionné en équipe de France et deux fois forfait, dût encore renoncer : il avait été blessé en quarts du Challenge du Manoir. Absent également, J.H. Mir, hors de combat depuis les quarts qui n'avait pu retrouver sa place tenue par Alain Save, fils du finaliste bigourdan de 1951. A Dax, Dourthe, affaibli par une hépatite virale, était suppléé par le jeune Trémont, alors que Lebel, futur prêtre catholique, glissait de l'aile au centre. Dernière curiosité : le pilier Duclos n'était pas titulaire en équipe réserve en début de saison.
Dax, pour sa cinquième présence en finale, avait les faveurs du pronostic. Dès la 6e minute, pour hors jeu en mêlée, Bastiat réussissait des 50 mètres contre le vent un superbe but (0-3). Moins de deux cent secondes plus tard, Pécune marquait un essai après un travail sur contre de Montagné : 6-3 avec la transformation de Michel. Les Bigourdans venaient de se mettre dans le sens de la marche ; leur arrière ajoutait trois points à la 18e minute pour en-avant intentionnel de Cazenave : 9-3 à la mi-temps. Le jeu était loyal, en apparence partagé, mais on sentait plus de flamme chez les Tarbais.
Ceux-ci assuraient leur victoire à l'heure du jeu : les Dacquois perdaient une balle en mêl‚e sur introduction de Capdepuy ; Save perçait superbement, fixait Cazenave, croisait avec Biescas qui arrivait lancé et marquait en force en moyenne position. Michel y allait de la conversion (15-3). Sept minutes encore et le même Michel passait un drop des 40 mètres sur mêlée favorable (18-3).
Le destin du titre était joué. Pourtant, les Dacquois résolurent d'en appeler de l'adversité. Freicha passa un drop après un gain à la touche de Vinsonneau (18-6 à la 74e minute) et Arrieumerlou, sur échappée de Capdepuy profitant de l'absence de Leblanc suppléant au centre Pécune blessé, pointa sous les poteaux un essai que Duclos transforma.Dax connaissait ainsi une cinquième désillusion en finale, faute sans doute d'avoir moins voulu la victoire que son adversaire. Alors, à la sixième fois ?

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.

..
Partagez cette page sur