Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse, 22 mai 1949

Retrouvez l'historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition...

CASTRES OLYMPIQUE 14 - STADE MONTOIS 3

Les équipesCastres Olympique :
J. Moreno, M. Siman, R. Espanol, R. Fabre, A. Balent, o) A. Torrens, m) A. Chanfreau, J. Matheu-Cambas (cap.), R. Lopez, R. Colli, V. Lachat, J. Pierre-Antoine, J. Larzabal, A. Alary, C. Fité.

Stade Montois :
A. Bonnecaze, R. Cabos, J. Dachary, J. Loyola, A. Labeyrie, o) E. Baradat, m) J. Darrieussecq (cap.), R. Lasserre, J. Larrezet, G. Berrocq-Irigoin, J.N. Brocas, C. Casassus, A. Brocas, P. Pascalin, L. Beheragaray.

Les points

CO : Matheu, Balent, Coll, essais ; Torrens, drop ; Pierre-Antoine, transformation.
SM : Larrezet, essai.

Arbitre : Lucien Barbe

Une semaine après la première finale conclue sur un match de parité 3-3, le temps était radieux, le soleil printanier, le terrain et le ballon secs : les conditions idéales pour un grand match. Le pack tarnais prit d'emblée la direction de la partie et mit dans d'excellentes conditions sa brillante paire de demis. Torrens inaugura la marque à la 18e minute par un drop après mêlée ; le ballon heurta un montant avant de passer. La réplique montoise ne tarda guère : à la 22e nmnute une percée de Baradat mit en débordement Cabos qui, plaqué par Moréno, dégagea le ballon pour Loyola. L'ailier entra dans l'en-but et préféra servir Larrezet pour un essai au milieu des poteaux. Béhérégaray rata toutefois la transformation. A la mi-temps : 3-3.
Les Castrais, grâce à leur pack, dominèrent la seconde période. A la 54e minute, Matheu contra un dégagement de Darrieussecq et se coucha sur la balle dans l'en-but (6-3).
Sept minutes plus tard, BaIent récupéra un ballon qui traînait aux 50 mètres, déborda les défenseurs pour le troisième essai (9-3). Enfin à la 75e minute, l'avant-aile Coll s'échappa d'une touche et s'en alla marquer sous les poteaux un essai que Pierre-Antoine n'eut pas de peine à transformer (14-3). Le score était sans doute lourd pour les vaincus qui avaient moins bien récupéré des difficiles débats de la semaine précédente et pouvaient invoquer quelque malchance.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.

..
Partagez cette page sur