Parc des Princes, Paris, 7 avril 1945

Retrouvez l'historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition...

S.U. AGENAIS 7 – F.C. LOURDAIS 3

Les équipes

SU Agenais :
C. Bonnet, R. Carabignac, P. Genestine, C. Calbet (cap.), G. Baladié, o) F. Conquéré‚ m) G. Maurel, J. Matheu-Cambas, R. Cadaugade, G. Basquet, R. Landes, A. Ferrasse, I. Londaitsbehere, J. Clavé‚ E. Beziat.

FC Lourdais :
J. Laborde-Grangé‚ B. Pallavicini, L. Bordenave, R. Lhoste, G. Faget, o) R. Barzu, m) C. Peyrade, F. Soro, J. Auger, J. Prat, R. Soro, G. Baudéan (cap.), A. Gravé, R. Mourthé‚ D. Saint-Pastous.

Les points

SUA : Conquéré, essai ; Bonnet, drop.
FCL : Auger, essai.

Arbitre : Lucien Barbe

La Fédération avait imaginé un système tellement compliqué mettant en lice 126 clubs qu'elle le modifia alors que les compétitions étaient commencées. Les phases finales furent disputées par trente deux clubs. En demi-finale, Agen sortit victorieux du derby lot-et-garonnais en défaisant Fumel (16-0) et Lourdes écarta le Stade Toulousain plus difficilement (9-8).
En ce premier samedi d'avril, le Sporting se présentait au complet mais le F.C. Lourdais eut à remplacer son ailier Camino, aux arrêts de rigueur dans son régiment. De nombreuses interventions n'émurent pas les autorités militaires. Il fallut faire appel à Lhoste au centre, tandis que Pallavicini glissait à l'aile. Lhoste avait rejoint au début de la saison l'A.S. Tarbaise qui passa à XIII en cours d'exercice. Le joueur fut requafié pour le club de la cité mariale. Pour ajouter au piquant de la situation, les Lourdais durent changer de maillot pour éviter toute confusion : ils endossèrent celui de… l'A.S. Tarbaise !
Les Pyrénéens étaient optimistes. N'avaient-ils pas défaits les Lot-et-Garonnais avec une trentaine de points d'écarts en poule de quatre ? Leur pack était puissant et leurs adversaires, repêchés miraculeusement, ne semblaient pas du même calibre. D'ailleurs Auger inaugura le score dès la 10e minute en conclusion de la domination initiale des avants lourdais. Mais les Agenais parvinrent à contrer bientôt leurs adversaires et l'écart était faible à la pause (0-3).
Les Garonnais prirent alors confiance en eux et manifestèrent un allant généreux qui décontenança leurs adversaires qui perdirent graduellement de leur superbe. Bonnet fit claquer un drop mêlée sur la ligne lourdaise (4-3) ; et Matheu donna à son équipe, sur une échappée à la touche, une occasion d'essai que Conquéré ne laissa pas passer (7-3).
La troisième ligne agenaise avait fourni une prestation remarquable et la surprise ne constituait certainement pas un déni de justice.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.

..
Partagez cette page sur