Municipal, Parc Lescure, Bordeaux, 22 mai 1955

Retrouvez l'historique des finales du championnat de France de rugby depuis 1892 et sa première édition...

U.S.A. PERPIGNANAIS 11 - F.C. LOURDAIS 6

Les équipes

USA Perpignan :
J. Sagols, S. Torreilles, R. Monié, G. Rous, R. Garrigue, J. Serre, G. Gauby, H. Doutres, G. Llaury, V. Mestres, A. Sanac (cap.), G. Roucariès, P. Lacaze, Capell, R. Pallach, F. Gimenez.

FC Lourdais :
P. Lacaze, H. Rancoule, R. Martine, M. Prat, G. Calvo, o)A. Labazuy, m) F. Labazuy, C. Domec, T. Manterola, J. Prat (cap.), L. Guinle, J. Barthe, D. Saint-Pastous, A. Abadie, A. Lafont.

Les points

USAP : Gauby, Torreilles, Garrigue, essais ; Serre, transformation.
FCL : A. Labazuy, J. Prat, drops.

Arbitre : Georges Laffitte

La FFR avait, à l'inter-saison 1954, réorganisé les compétitions fédérales et créé la « Nationale », première division de 48 clubs répartis en six poules de huit. Les 32 premiers disputaient les seizièmes. La finale opposa cette saison le F.C. Lourdais qui avait écarté le P.U.C. avec difficulté (8-6), et l'U.S.A.P. qui avait éliminé largement Romans (18-0).
Les Roussillonais se présentaient au complet, tandis qu'à Lourdes, Henri Domec, en délicatesse avec un genou était remplacé par son frère cadet Célestin. Les Bigourdans alignaient dix internationaux en titre ou à venir et leur début de partie donna l'impression qu'ils allaient restaurer leur suprématie nationale. Ils menaient 6-0 après vingt minutes grâce à deux drops dont un monumental de Jean Prat de 40 mètres à droite. Toutefois, leur cadence ralentit et les Catalans animés par Sanac et Gauby relevèrent la tête à la 39e minute, après une offensive tranchante, ils obtinrent une mêlée près de la ligne de but pyrénéenne. Gauby, servi par Mestres, s'échappa et marqua en moyenne position un essai transformé par Serre : 5-6 à la mi-temps.
Les Lourdais, à la reprise, semblèrent se reprendre malgré le vent contraire grâce à leur organisation et leur maturité. Rancoule se vit refuser un essai pour un léger en-avant. Mais la fougue était perpignanaise et elle fit prendre acte de la saturation lourdaise. Les Catalans partagèrent alors le ballon en mêlée tandis que Sanac et Roucariès faisaient une ample moisson à la touche. Le destin du match bascula en lutes. A la 58e minute, les Bigourdans, aux abois sur leur ligne, commettaient une faute à la réception d'un coup de pied. Torreilles surgissait et pointait l'essai qui mettait l'U.S.A.P. devant (8-6). A la 63e, Mestres reprenait un ballon lâché par Lacaze et tapait à suivre sur la gauche. Garrigue, en échappant à Rancoule et Barthe, donnait un avantage définitif aux siens qui n'eurent pas de difficulté à contrôler la fin de la rencontre malgré un but sur le poteau d' Antoine Labazuy.
Les spectateurs serrés comme harengs en caque dans un stade comble au delà du raisonnable - plus de 40.000 ! - convinrent aisément que les meilleurs avaient gagné.

Encyclopédie du rugby français, P. Lafond & J-P Bodis, éditions Dehedin.

..
Partagez cette page sur