La LNR Au jour le jour
Par Nicolas LAVALLEE, le 9 décembre 2011.

Commotions cérébrales : Mathieu Blin et Florian Ninard en première ligne

Sport de contacts et de combat, le rugby engendre des commotions cérébrales. La Ligue nationale de rugby et la Fédération ont constitué un groupe de travail composé de neurologues, neurochirurgiens et médecins de terrain pour prévenir et prendre en charge cette pathologie particulière. Le 8 décembre 2011, le Dr Jean-Claude Peyrin (commission médicale de la LNR), le Pr Jean-Philippe Decq (neurologue au CHU de Créteil) ont présenté le compte-rendu de leurs travaux. Avec eux, Mathieu Blin a témoigné de l’implication de Provale (syndicat des joueurs) dans ce projet et de son expérience d’ancien joueur de haut-niveau.

JPEG - 29.4 ko
Le Professeur Philippe Decq, neurologue au CHU de Créteil, Jean-Claude Peyrin, médecin et Mathieu Blin, président de Provale et ancien joueur ont présenté les conclusions du groupe de travail « Commotions cérébrales, prévention et prise en charge ».

Sur le terrain, Mathieu Blin n’était pas du genre à porter un casque, mais plutôt à en mettre un coup de temps en temps, et à se relever groggy assez souvent. « Je me souviens d’un match de Coupe d’Europe où je m’assomme au cours d’une entrée en mêlée, témoigne l’ancien talonneur du Stade Français dans le cadre de la présentation du travail de la commission médicale de la LNR, présidée par le Dr Jean-Claude Peyrin au sujet des commotions cérébrales. Je me relève et tout va bien physiquement, mais plus tard je me suis senti perdu, avec le sentiment d’avoir raté les fêtes de Noël, l’anniversaire de mon frère, etc. Or, on était en octobre… » Un vrai moment de solitude vécu un terrain de rugby à la suite d’une commotion cérébrale qui peut survenir après un coup à la tête, mais pas forcément. Elle est la conséquence de forces d’inertie dans le cerveau générées lors de mouvements très rapides de la boîte crânienne.

« Le danger de la commotion cérébrale, c’est que le joueur n’a pas le sentiment de subir quelque chose de grave, explique le triple champion de France (2003, 2004, 2007). Et dans le rugby on va se relever de suite, montrer que tout va bien, qu’on est un guerrier, qu’on peut tenir son poste coûte que coûte. » Mais le danger de sur-blessure est alors évident avec un joueur qui n’est plus à 100% de ses capacités. « Il est important de prendre conscience de l’existence de la commotion cérébrale, et du danger de leur répétition au cours d’une carrière », poursuit Florian Ninard (La Rochelle) qui, au sein de Provale est en charge du domaine médical. « Tout joueur a été confronté à une commotion cérébrale, ce qu’on appelle un KO. Pendant des décennies on a minimisé l’importance de cette blessure du cerveau. Soit pour ne pas se priver d’un joueur pendant un temps défini, soit parce que celui-ci se relevant sans trop de difficultés, on n’avait pas le sentiment d’avoir subi un choc si important que cela. » Devenu un métier à part entière avec la mise en oeuvre d’une convention collective, le statut de rugbyman professionnel nécessite la vraie prise en charge au sein d’une médecine dédiée. « La pratique du rugby a des contraintes importantes sur notre corps. La prévention et la prise en charge permettent de garantir une sécurité au joueur assurant aussi sa rentabilité sportive, et donc économique, et lui permettant d’avoir une carrière plus longue », conclut-il.

Pour Mathieu Blin et Florian Ninard, « le médical est au cœur de la vie du sportif et l’a toujours été. De l’éponge magique à la cryogénie, le staff médical a toujours soigné les maux du corps et de l’âme. Les présidents de clubs, les entraîneurs sont de plus en plus réceptifs à la nécessité d’avoir une équipe médicale importante car l’intérêt du joueur est aussi le leur ». Grâce au Professeur Philippe Decq, les équipes de France de jeunes et féminines ont déjà été sensibilisées à la nécessité de ne pas mésestimer les conséquences des commotions cérébrales. « Un joueur n’a pas le droit de taire qu’il a eu une commotion cérébrale, appuie Mathieu Blin. Les médecins doivent respecter le protocole et ils sont les seuls habilités à pouvoir dire qui est apte au jeu ou pas. » Pour les commotions cérébrales, des spécialistes (neurochirurgiens et neurologues) extérieurs au club, formés et sensibilisés à ce problème, seront les référents des clubs et des joueurs pour faire les premiers examens et assurer leur suivi. Pour être bien certain, qu’après un KO, tout soit OK…

JPEG - 29.8 ko
Florian Ninard (La Rochelle) est chargé du secteur médical au sein de Provale, syndicat des joueurs.
L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

DIRECT / MULTIPLEX Afficher le multiplex Replier le multiplex

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
9ème journée du 10 au 12 octobre
pts
1 1
Clermont
31
-1 2
Toulon
28
2 3
Bordeaux
27
0 4
Montpellier
26
1 5
Paris
26
1 6
Grenoble
24
-4 7
Racing Metro
24
3 8
Toulouse
18
3 9
Lyon
17
-2 10
Bayonne
17
-2 11
La Rochelle
15
-2 12
Castres
15
0 13
Brive
14
0 14
Oyonnax
12

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
8ème journée du 18 au 19 octobre
pts
0 1
Pau
35
2 2
Perpignan
23
-1 3
Béziers
22
3 4
Agen
21
5 5
Montauban
19
-3 6
Mont-de-Marsan
19
-2 7
Carcassonne
19
-2 8
Albi
19
3 9
Colomiers
17
-1 10
Aurillac
17
-3 11
Biarritz
17
1 12
Massy
15
-2 13
Tarbes
14
2 14
Bourgoin
13
0 15
Narbonne
13
-2 16
Dax
9

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général PRO D2 2014-2015
←← →→
Voir tout le calendrier