International Tournoi des VI Nations
Par Baptiste LE BEUX, le 4 février 2014.

VI Nations, J2 - Emile Ntamack : « L’Italie a oublié ses complexes ! »

Après une victoire initiale sur l’Angleterre, au cours de laquelle les Bleus sont passés par toutes les émotions, c’est l’Italie qu’ils s’apprêtent à recevoir à Saint-Denis. Un match forcément piège dans le contexte actuel, car la victoire de samedi pourrait faire tomber les Bleus dans la facilité, mais également au regard du passé, le revers de la saison passée à Rome est dans toutes les mémoires. Mais pour Emile Ntamack, qui s’est régalé le week-end dernier, les motifs d’espoir sont nombreux, à condition de capitaliser sur le succès précédent et analyser le passage à vide connu pendant 40 minutes… car l’Italie viendra sans complexe, pour faire un coup !

Quel est votre sentiment sur ce match face à l’Angleterre ?
Pour être très honnête, je me suis régalé ! C’était évidemment un match difficile dans le contexte actuel, mais surtout face à une équipe anglaise qui fait partie des toutes meilleures au monde, mais nous avons assisté à un match plaisant, avec beaucoup d’intentions de jeu et un scénario parfait !

Quels sont les principaux points positifs ? Les points négatifs ?
D’abord cette capacité à parfaitement prendre le match en main, à prendre les points quand ils se présentaient, à se mettre à l’abri, du moins dans un premier temps, et a être performant en conquête. Ensuite, il y a eu du moins bien dès lors que cette équipe anglaise s’est réveillée. Elle a mis la main sur le ballon, fait preuve de beaucoup de maîtrise et nous a tout simplement dominé.
Mais la bonne nouvelle c’est que le XV de France ne s’est jamais affolé, il s’est accroché, est resté au contact pour n’avoir que cinq points de retard à la fin d’une rencontre qui a accouché d’un scénario parfait. Il y avait eu des bribes de jeu jusque là pour les Bleus dans cette seconde période, mais il y a eu une éclaircie pour notre plus grand bonheur. Après je le répète, avant la rencontre, j’attendais une victoire, juste une victoire, peu importait la manière… ils ont gagné et ont été plutôt séduisants.

C’est de bon augure ?
Oui, mais à condition de ne pas tomber dans la facilité après une telle victoire. Il faudra bien sûr capitaliser sur ce qui a fonctionné face aux Anglais, mais également bien analyser le passage à vide que les garçons ont connu pour ne pas revivre pareille mésaventure. Mais concentrons nous d’abord sur l’Italie, préparons ce match de la meilleure manière possible et prenons les matches les uns après les autres.

Justement, cette équipe d’Italie, que vous inspire-t-elle ?
Contrairement a ce que l’on a pu se dire longtemps, et ce que même certains continuent de se dire, il n’est plus question de penser que c’est simplement l’Italie, qu’il suffit d’être sérieux pour la battre. C’est une équipe qui figure parmi le haut du tableau, qui progresse année après année, nous avons pu le voir l’an passé dans le Tournoi avec deux succès au compteur, dont un face à la France.
Elle a oublié ses complexes et tant mieux pour elle, joue tous les coups à fond, dispose de joueurs de qualité et cela paie, car elle a accroché tout le monde au moins une fois, même, mise à part l’Angleterre, battu tout le monde dans la compétition. Les Italiens viendront clairement à Paris pour faire un coup, pas pour s’éviter de prendre 30 ou 40 points. Ils ont déjà battu la France à deux reprises depuis leur entrée dans le tournoi, la logique voudrait qu’ils commencent à s’exporter.

Qu’avez-vous pensé de son match au Pays de Galles ?
La chose marquante est avant tout le score ! Perdre 23-15 à Cardiff, face au double tenant du titre, dans son antre, face à ce public, n’a rien d’honteux, et confirme surtout, comme je le disais, que l’Italie n’est plus une petite équipe et qu’elle n’est clairement plus à prendre à la légère. Ils ont montré de belles capacités à faire douter leur adversaire, à rester au contact, à jouer même, et à ne surtout pas se poser de questions, à l’image de ce centre, Campagnaro, que personne ne connaissait, et qui a été énorme en défense et qui a inscrit les deux essais italiens. L’équipe, et particulièrement ce joueur, m’ont fait une bonne impression.

A quel type de match vous attendez-vous ce week-end ?
L’Italie ne va pas se lancer dans un jeu qu’elle ne maîtrise pas. Elle va faire ce qu’elle sait bien faire, à savoir jouer devant, être patiente et jouer les coups en contre. Je la crois même capable de laisser les rênes du match aux Français et de guetter le moindre faux pas. Aux Bleus de mettre du rythme, de mettre la main sur le ballon, et, comme face à l’Angleterre d’être réaliste.

Est-ce le match piège par excellence, où le passé, notamment le revers de l’an passé aura servi de leçon ?
Oui et non. Oui, car d’abord le match de l’an passé sera une source de motivation énorme pour les Italiens. Pour les Français ensuite, ce succès face à l’Angleterre est tellement bénéfique qu’il ne faudrait pas tomber dans la facilité, ce serait la meilleure chose pour se faire surprendre. Après, la préparation va être la même que celle du match précédent. Il faudra capitaliser sur la victoire inaugurale, montrer plus de sérénité et de maîtrise.

Quels seront les joueurs à suivre des deux côtés sur ce match ?
Côté italien, comme je le disais, ce centre Campagnaro est à suivre. Après il y a toujours l’incontournable locomotive de cette formation qu’est son capitaine, Sergio Parisse. C’est un superbe joueur, en pleine forme à l’image de son club en championnat. C’est un meneur et un fédérateur, et de fait, un rouage essentiel.
Côté français, il y a forcément cette jeune charnière que l’on attend de revoir avec intérêt. Il y a aussi une attente au niveau de cette ligne de trois quart de laquelle on attend plus. Les Huget, tout de même auteur de deux essais, Médard, Dulin, Fofana… Il n’y a pas forcément eu beaucoup de ballons pour tous, mais on voit que dès qu’ils touchent un ballon il peut y avoir le feu. Et puis, j’aimerai voir un peu plus Fickou. Pour le moment il reste remplaçant, mais à chacune de ses rentrées il a été efficace, à l’image de ce week-end où il est décisif, ou de cet automne face aux Blacks où il a été très bon. Il a cette capacité à jouer debout, à accélérer, passer… vraiment un très bon joueur.

Retrouvez les statistiques des confrontations entre les deux formations ici

Retrouvez la fiche d’Emile Ntamack, parrain de la LNR, ici

La calendrier des VI Nations c’est ici

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

DIRECT / MULTIPLEX Afficher le multiplex Replier le multiplex

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
9ème journée du 10 au 12 octobre
pts
1 1
Clermont
31
-1 2
Toulon
28
2 3
Bordeaux
27
0 4
Montpellier
26
1 5
Paris
26
1 6
Grenoble
24
-4 7
Racing Metro
24
3 8
Toulouse
18
3 9
Lyon
17
-2 10
Bayonne
17
-2 11
La Rochelle
15
-2 12
Castres
15
0 13
Brive
14
0 14
Oyonnax
12

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
8ème journée du 18 au 19 octobre
pts
0 1
Pau
35
2 2
Perpignan
23
-1 3
Béziers
22
3 4
Agen
21
5 5
Montauban
19
-3 6
Mont-de-Marsan
19
-2 7
Carcassonne
19
-2 8
Albi
19
3 9
Colomiers
17
-1 10
Aurillac
17
-3 11
Biarritz
17
1 12
Massy
15
-2 13
Tarbes
14
2 14
Bourgoin
13
0 15
Narbonne
13
-2 16
Dax
9

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général PRO D2 2014-2015
←← →→
Voir tout le calendrier