International Equipe de France
Par Baptiste LE BEUX, le 12 mars 2013.

VI Nations - J5, le meilleur pour la fin ?

En arrachant le nul à Dublin, la France a stopper la spirale négative dans ce tournoi, mettant fin à une série noire de trois revers de rang. Reste pourtant que la France est dernière de la compétition, et seul un succès face à l’Ecosse pourrait inverser la tendance, en combinant un résultat favorable lors d’Italie – Irlande. Mais malgré un bilan délicat, les progrès sont là. Doit-on s’attendre au meilleur pour la fin ? Espérons-le !

JPEG - 60.7 ko
Forts de progrès constants et d’un état d’esprit solide, les Bleus ont su accrocher le nul en Irlande... il faudra faire mieux contre l’Ecosse au Stade de France. (Crédit photo : Presse Sports)

Au soir de la quatrième journée du Tournoi des VI Nations, la France n’a toujours pas remporté le moindre match. Certes. Mais pour la première fois de la compétition, elle n’a pas perdu ! Loin de penser que ce résultat constitue l’arbre qui cache la forêt, il faut tout de même le prendre pour ce qu’il est, quelque chose de positif. Il a en partie permit de stopper l’hémorragie pour mettre le XV de France dans une situation moins délicate pour sa dernière sortie au Stade de France.

En effet, c’est sans le risque de remporter sa première cuillère de bois depuis 1957 que les Bleus accueilleront l’Ecosse ce week-end. Cela n’en exclut pas pour autant la pression de faire un résultat, pour signer au moins un succès dans cette édition 2013. Mais c’est avec une moindre peur au ventre qu’ils entreront sur la pelouse, pour qui sait, enfin se libérer, et signer la performance qu’il manque aux Bleus depuis maintenant un mois.

C’est tout ce que l’on peut espérer, car il ne manque plus que cela pour relancer la machine. Oui, la France a perdu trois de ses quatre derniers matches, a accroché un nul, n’a rassuré personne en terme de jeu, a même montré de grosses lacunes, de grosses absences… il n’en reste pas moins que, malgré un bilan très négatif, le XV de France ne cesse de franchir des caps, aussi minces soient-ils, depuis le coup d’envoi du Tournoi.

Aux abonnés absents en Italie, cette équipe avait été plus en place face aux Gallois sans plus de succès. Sans plus de succès non plus, elle avait été prometteuse durant 50 minutes face à l’Angleterre. Face à l’Irlande, elle a malheureusement fait l’inverse, ne se réveillant que lors de la dernière demi-heure, mais pour accrocher le nul. Rien de folichon, c’est sûr, mais il faut trouver des raisons d’espérer, et il y en a.

JPEG - 57 ko
A l’image de Louis Picamoles, les motifs de satisfaction et d’espoirs sont nombreux... capitalisons dessus ! (Crédit photo : Presse Sports)

Des motifs d’espoir

Bien évidemment, pour le moment, avec un bilan vierge de victoire, nous retiendront de ce match à Dublin les difficultés dans le jeu au pied, sans doute exacerbées par des conditions climatiques difficiles… même si paradoxalement (très paradoxalement !) le joli pied de nez de Michalak, en délicatesse en ce moment, rendait en partie le sourire à la France du rugby d’un coup de pied en coin. Nous retiendrons également la touche défaillante (et pourtant, les Bleus s’évertuaient systématiquement à les chercher, s’exposant à la furia irlandaise sur les ballons portés), ou encore le manque d’agressivité défensive durant le premier acte…

Il n’en demeure pas moins qu’il existe des motifs de satisfactions. Déjà ailier de talent, Yoann Huget confirme à l’arrière tout le bien que l’on pensait de lui. Devant, Louis Picamoles, se montre toujours aussi si précieux, sauveur surtout grâce à son essai en fin de rencontre. Il tient même aujourd’hui le rôle de leader de jeu que tout le monde s’attendait à le voir tenir depuis longtemps. Devant toujours, la mêlée fut au rendez-vous, Mas en tête. A la charnière, Morgan Parra a montré que c’était encore lui le patron. Là où le coaching avait fait perdrA ne le match à Twickenham, il a cette fois, non pas permis d’arracher la victoire, mais d’accrocher le nul. A noter également l’état d’esprit solide permettant d’inverser la tendance.

Ce n’est certes pas seulement avec cela que la France deviendra une machine à gagner, mais sa construction passera par là. Autant capitaliser là-dessus. Reste l’Ecosse pour cela, à l’occasion de la dernière sortie et sauver encore un peu plus l’honneur du rugby français. Doit-on s’attendre au meilleur pour la fin ? Espérons-le. La dernière place est toujours d’actualité, et seule une victoire face à l’Ecosse à Saint-Denis le week-end prochain, combinée avec des résultats favorables de l’Italie ou de l’Irlande, qui s’affrontent à Rome, pourraient inverser la tendance.

Reste que, malgré tous les motifs d’espoirs, si les Bleus s’entêtent à jouer ainsi, une telle issue semble bien compromise. La cuillère de bois n’étant plus d’actualité, la pression reste forte, mais moindre. Aussi, serait-il bon d’ouvrir enfin les vannes, et de proposer enfin du jeu, à l’image de la Tournée d’automne. Cette équipe en est capable, alors pourquoi ne pas s’en donner les moyens. Il n’y a plus rien à perdre, tout à gagner.

JPEG - 47.7 ko
Grâce à sa nouvelle génération dorée, Stuart Hogg sa dernière pépite en tête, le rugby écossais semble repointer le bout de son nez. (Crédit photo : Presse Sports)

L’Ecosse sans pression

En tout cas, les Ecossais eux ne feront pas dans la demi-mesure. Même si la défaite face au Pays de Galles a un goût amer, cette formation a réussi son Tournoi avec deux succès sur l’Italie (le XV du Chardon a fait subir aux Transalpins leur plus lourd revers de la compétition) et l’Irlande, de quoi voir l’avenir avec sérénité. D’autant plus que chaque année amenant son lot de révélations, Richie Gray et Ruaridh Jackson en 2010, David Denton et Greg Laidlaw en 2011, Tim Visser et Rob Harley en 2012, le XV du Chardon a vu une nouvelle pépite éclore, et quelle pépite !

Stuart Hogg, arrière de son état et de Glasgow, est certes le plus jeune joueur de cette équipe, mais il en est également le plus talentueux. Adroit sous les ballons, imprévisible, tranchant ballon en main, un jeu au pied précis, le nouveau prodige est un danger permanent, et une valeur sûre, dont on parle déjà pour la Tournée des Lions Britanniques en Australie cet été, et à seulement 21 ans ! De quoi offrir des atouts certains à une équipe qui s’est retrouvée et qui compte bien poursuivre sa progression, aussi lente et compliquée soit-elle, sereinement. Le dernier match du Tournoi au Stade de France est l’occasion de franchir un nouveau cap…

Les Bleus sont prévenus, autant faire la même chose que leurs adversaires du jour, et répondre par le jeu. Espérons que comme par le passé, le XV du Chardon réussisse aux Bleus. Six victoires de rang, seulement quatre défaites en 20 ans, le dernier succès des Ecossais en France remontant au 10 avril 1999 (36-22)… les chiffres parlent pour la France. Mais au sortir des trois succès probants des Bleus lors de la tournée d’Automne, les chiffres parlaient également pour eux avant le Tournoi… on connait la suite. Alors, comme nous le disions, le meilleur pour la fin ? Espérons-le !

Les cinq derniers France – Ecosse
26 février 2012, Ecosse – France : 23-17
5 février 2011, France – Ecosse : 34-21
7 février 2010, Ecosse – France : 18-9
14 février 2009, France – Ecosse : 22-13
3 février 2008, Ecosse – France : 27-6

Les cinq derniers France – Ecosse à Saint-Denis :
5 février 2011, France – Ecosse : 34-21
14 février 2010, France – Ecosse : 22-13
17 mars 2008, France – Ecosse : 46-19
5 février 2005, France – Ecosse : 16-9
23 février 2003, France – Ecosse : 38-3

JPEG - 89 ko
Le 10 avril 1999, l’Ecosse signait sa dernière victoire en France, 36-22... pitié, ne remettez pas ça ! (Crédit photo : Presse Sports)
L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
25ème journée du 18 au 19 avril
pts
1 1
Toulon
73
-1 2
Montpellier
71
0 3
Clermont
69
0 4
Racing Metro
69
1 5
Castres
66
-1 6
Toulouse
64
1 7
Paris
64
-1 8
Bordeaux
59
0 9
Brive
57
0 10
Grenoble
53
1 11
Bayonne
50
1 12
Oyonnax
50
-2 13
Perpignan
50
0 14
Biarritz
30

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
27ème journée du 12 au 13 avril
pts
0 1
Lyon
104
0 2
La Rochelle
90
0 3
Agen
89
0 4
Pau
81
0 5
Narbonne
81
0 6
Tarbes
75
0 7
Bourgoin
59
0 8
Aurillac
59
0 9
Mont-de-Marsan
58
0 10
Colomiers
57
0 11
Béziers
54
1 12
Albi
50
-1 13
Dax
49
0 14
Carcassonne
41
0 15
Bg-en-Bresse
40
0 16
Auch
35

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2013-2014
←← →→
Voir tout le calendrier