International Equipe de France
Par Baptiste LE BEUX, le 19 février 2013.

VI Nations – J3, place à l’exploit !

Deux matches, deux défaites pour les Bleus… Deux matches, deux victoires pour les Anglais… le constat est sans appel ! Lors de ce Crunch à Twickenham, les premiers tenteront de relever la tête, les seconds de poursuivre leur route vers le Grand Chelem. Un contexte forcément compliqué pour les Bleus, et qui risque de l’être encore un peu plus à la fin du week-end. Mais plutôt que de tirer sur l’ambulance, restons soudés derrière les Tricolores, qui ont, plus que jamais, besoin du soutien du rugby de France… pour qui sait, créer l’exploit !

JPEG - 103 ko
En commençant par deux défaites, la France s’est mise dans une situation délicate... contrainte à l’exploit à Twickenham où elle brille guère, elle se doit de réagir, au risque de lutter pour s’éviter la cuillère de bois pour le reste de la compétition (crédit photo : Presse Sports)

Les années impaires sont pour le XV de France toujours plus compliquées à aborder dans le Tournoi. En effet, avec trois déplacements au programme, contre deux seulement les années paires, cela change la donne. De plus, si ce déplacer à Rome n’est plus chose aisée depuis plusieurs saisons, avec des matches à Londres et Dublin, la tâche se révèle encore pus relevée. Et lorsque que, comme cette saison, la première fois depuis 1982, les Bleus entament leur aventure par deux défaites, cela devient même très délicat !

Pour rappel, il y a un peu plus de trente ans, en débutant par deux revers au Pays de Galles (12-22) puis à Paris face à l’Angleterre (15-27), les Bleus filaient vers la cuillère de bois, enchainant un troisième revers en Ecosse (7-16), avant de sauver leur honneur face aux Irlandais au Parc des Princes au sortir d’un succès 22-9. Reste que les Tricolores terminaient la compétition à la dernière place, devançant le Pays de Galles au seul bénéfice de la différence de point.

En 2013, après les désillusions italienne et galloise, les Bleus se retrouvent dans une situation, identique. Avec Twickenham et l’Aviva Stadium en ligne de mire lors des deux prochaines semaines, l’horizon ne s’éclaircit pas pour la France qui n’a plus d’autre choix que de créer l’exploit pour ne pas revivre la même mésaventure, et ne pas s’offrir un dernier match au couteau face à l’Ecosse pour s’éviter la cuillère de bois, la première depuis 1958.

L’Angleterre pour électrochoc !

Mais les Bleus en sont-ils capables ? D’abord, après les deux coups de massues reçus, et malgré les changements effectués dans le groupe, il parait compliqué à ce groupe de faire le deuil de ses espoirs et surtout des difficultés affichées lors de ses deux premières sorties. Ensuite, cela parait d’autant plus compliqué avant un déplacement chez une équipe invaincue, visant toujours la victoire finale mais également, de fait, le Grand Chelem, le 13ème de son histoire.

Enfin, parce que cet adversaire n’est autre que le XV de la Rose, le meilleur ennemi des Bleus, qui doit s’en doute rêver d’enfoncer leur futurs adversaires encore un peu plus dans la crise, et chez qui les Français n’ont plus gagné depuis 2005, et où ils ne se sont imposés qu’à deux reprises depuis 1989 ! Cependant, ce dernier critère pourrait également avoir l’effet inverse, et jouer un rôle d’électrochoc. Quel meilleur match pour se réveiller et créer l’exploit que l’Angleterre dans son antre mythique ?

JPEG - 92.5 ko
Pour les Anglais, toujours invaincus, la réception de la France doit être l’occasion de faire coup double. Enfoncer son meilleur ennemi dans la crise, et poursuivre sa route vers le Grand Chelem... tout un programme ! (Crédit photo : Presse Sports)

Sur le papier, et au regard du contexte actuel, nous l’avons dit, cela parait, non pas impossible, mais presque… mais la magie du sport pouvant opérer à tout moment, si celle-ci est de plus secondée par une once de fierté, tout devient possible. Philippe Saint-André, passé tout près d’un succès outre atlantique en tant que joueur en 1991 (19-21 et un essai marqué) puis en 1993 (15-16 et deux), rêve en tout cas d’imiter Jean-Claude Skréla (23-20 en 1997) et Bernard Laporte (18-17 en 2005), les deux derniers coaches tricolores victorieux des Anglais sur leurs terres.

Tous derrière les Bleus

Les cinq changements apportés au groupe des 23 appelés à traverser la manche et notamment la première sélection de Claassen sont autant de signes qui laissent transparaitre la volonté du sélectionneur national de régénérer un groupe blessé, et de lui apporter un supplément d’âme pour terminer la compétition mieux qu’il ne l’a débutée. Il faut en tout cas l’espérer, car un troisième revers, si en plus il était conséquent, pourrait être catastrophique. Le voyage à Dublin pourrait alors prendre des allures de chemins de croix, et la réception de l’Ecosse, devenir une humiliation.

Mais cela serait possible dans le scénario le plus négatif… par nature optimiste, le rugby français se doit de croire en sa bonne étoile, voilée pour le moment, mais impatiente de retrouver son éclat. Un éclat éblouissant il y a encore quelques mois, quand à l’issue de sa Tournée d’automne menée de main de maître, les Français étaient redevenus l’un des Grands favoris du Tournoi. Donc pourquoi ne rejaillirait-il pas ? Les Gallois sont bien placés pour le savoir, le succès est éphémère, car après avoir signé le Grand Chelem l’an passé, ils avaient connu huit mois de disette… avant de casser la spirale négative au Stade de France lors de la dernière journée des VI Nations.

Espérons bien évidemment que la période difficile des bleus ne prenne pas autant d’ampleur que celle des Diables Rouges, mais voyons dans ce revirement l’espoir que rien n’est donc définitif. Après la déception, place à l’exploit ! Les talents sont là, la réussite manque en ce moment, mais cela va revenir. Il est toujours aisé d’encenser les victoires et de critiquer les défaites, moins de soutenir les siens dans les moments difficiles… c’est maintenant que le XV de France a besoin du soutien de ses supporters. Alors messieurs, bon courage et bonne chance. La France du rugby vous regarde, est certes déçue, sait que ce sera compliqué, mais a confiance en vous !

JPEG - 93.1 ko
Osons croire à l’exploit pour que les Bleus s’imposent pour la première fois à Londres depuis 2005, quand Dimitri Yachvili et les siens avaient dominés le XV de la Rose 18-17 (Crédit photo : Presse Sports)

Les cinq dernières confrontations dans le tournoi
11 mars 2012, France - Angleterre : 22-24
26 février 2011, Angleterre - France : 17-9
20 mars 2010, France – Angleterre : 12-10
15 mars 2009, Angleterre – France : 34-10
23 février 2008, France – Angleterre : 13-24

Les cinq dernières confrontations dans le Tournoi et en Angleterre
26 février 2011, Angleterre - France : 17-9
15 mars 2009, Angleterre – France : 34-10
11 mars 2007, Angleterre – France : 26-18
13 février 2005, Angleterre – France : 17-18
15 février 2003, Angleterre – France : 25-17

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
1ère journée du 15 au 16 août
pts
0 1
Brive
5
0 2
Toulon
4
0 3
Bordeaux
4
0 4
Clermont
4
0 5
Paris
4
0 6
Racing Metro
4
0 7
Toulouse
4
0 8
Oyonnax
1
0 9
Montpellier
1
0 10
Castres
1
0 11
Grenoble
1
0 12
Lyon
0
0 13
Bayonne
0
0 14
La Rochelle
0

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo pro d2
PRO D2 Reprise le 13 août 2014
 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2014-2015
←← →→
  • vendredi 22 août
  • 20h30 Toulouse / Castres -
    Diffusion : Canal + Sport
  • samedi 23 août
  • 14h45 Brive / Clermont -
    Diffusion : Canal +
  • 18h30 Bayonne / Oyonnax -
    Diffusion : Rugby + 255
  • 18h30 Bordeaux / Racing Metro -
    Diffusion : Rugby + 256
  • 18h30 Montpellier / Grenoble -
    Diffusion : Rugby + 257
  • 18h30 Toulon / La Rochelle -
    Diffusion : Rugby + 258
  • 20h45 Paris / Lyon -
    Diffusion : Canal + Sport
Voir tout le calendrier