International Tournoi des VI Nations
Par Baptiste LE BEUX, le 5 février 2013.

VI Nations – J2, une question d’orgueil !

Après une tournée d’automne parfaitement maîtrisée, la France abordait ce Tournoi 2013 dans un rôle de favori. Mais au sortir de leur énorme désillusion à Rome (défaite 18-23), les Bleus sont retombés dans leurs travers. C’est donc avec beaucoup de pression qu’ils vont retrouver le Stade de France pour la deuxième journée de la compétition, pour y recevoir le tenant du titre, le Pays de Galles. Mais face à une équipe en difficulté depuis huit mois les Bleus n’ont pas le choix, la victoire est obligatoire. Une question d’orgueil !

JPEG - 107.3 ko
La désillusion est énorme côté français, comme le prouve la rentrée au vestiaire tête basse des tricolores... il va pourtant falloir digérer cet échec rapidement pour réagir face au Pays de Galles (Crédit photo : Presse Sports)

Fort d’une Tournée d’automne brillante et avec, comme chaque édition, un statut de prétendant au titre, l’espoir était de mise pour le XV de France avant le match d’ouverture à Rome face à l’Italie. Pourtant, le souvenir de 2011, et de la seule défaite des Tricolores en Italie dans la compétition, était encore bien présent, et les Bleus savaient pertinemment que cette rencontre inaugurale avait tout du match piège. Et comme le serinait le capitaine Pascal Papé, les craintes étaient nombreuses et légitimes. Malgré cela, et sans faire injure aux Italiens, le contexte du match et les qualités des deux équipes plaçaient tout de même les Bleus dans le rôle de favoris, forcément capables de trouver des solutions aux problèmes posés par leurs homologues latins.

Comme prévu, cette rencontre fut un Piège magistral… comme prévu, les Italiens abordèrent le match gonflés à bloc… comme prévu, ils posèrent de gros problèmes aux Français, grâce à une conquête très efficace… mais comme ce ne fut pas prévu, et malgré quelques éclairs éparses, mais trop souvent stériles, les Bleus ne trouvèrent pas la solution. Et comme en 2011, donc, le rugby français vivait un nouveau cauchemar romain, le théâtre étant différent, les équipes remaniées, mais l’issue identique. Et pourtant…

Si les hommes de Jacques Brunel surent prendre la France à la gorge dès l’entame, envoyant le toujours impeccable Sergio Parisse dans l’en-but après seulement 4 petites minutes, ils se heurtèrent rapidement à des Français vexés… jamais parfaits, mais forts d’une maîtrise suffisante pour reprendre le match en main et virer en tête à la pause 15-13 après les essais de Picamoles et Fall. Rien de rassurant certes, en permettant aux Italiens étant au contact et en gâchant des munitions, mais pourtant, c’est tout de même en tête que les Bleus attaquaient le deuxième acte, creusant même l’écart à la 50ème, suite à une nouvelle pénalité de Michalak… avant que le cauchemar ne prenne forme.

Félicitations à l’Italie… mais il y avait la place !

Dès lors, manquant d’alternance, de justesse, faisant preuve de trop de déchet, les Français ne parvenaient pas à porter le coup de grâce, contrairement aux Italiens, qui inscrivaient un essai en contre pour repasser devant, puis sur un nouveau ballon de récupération, se rapprochaient des perches, permettant à Burton, pour le deuxième drop de l’après-midi, de porter l’estocade. Et s’ils crurent à leur bonne étoile jusque dans les arrêts de jeu, c’est une nouvelle déroute qui sanctionnait le voyage romain des joueurs du XV de France.

Cependant, nous parlons de la déroute française, mais pour rester dans un registre typiquement transalpin, rendons à César ce qui lui appartient. Si les Bleus n’ont pas brillé, les Blancs (une fois n’est pas coutume) d’Italie furent sacrément valeureux. A l’image de Parisse omniprésent, d’Orquera, magnifique chef d’orchestre, de Masi extrêmement précieux, et d’un pack parfaitement incarné par les grognards Castrogiovani et Lo Cicero toujours aussi combattifs, la Squaddra Azzura a plus que mérité sa victoire. Mais d’aucuns diront que la France avait la place pour passer, et ils auront raison.

JPEG - 89.4 ko
En mars dernier, les Gallois battaient la France , remportaient le Tournoi et signaient le 11ème Grand Chelem de leur histoire... depuis plus rien ! (Crédit photo : Presse Sports)

Aussi, la pression s’annonce très forte pour les Français avant leur premier match à domicile, ce samedi pour la réception du Pays de Galles, tenant du titre, où ils seront attendus au tournant par le peuple de France. Pourtant, si cette affiche de gala aurait pu revêtir les strass d’un match au sommet, les représentants du French Flair face à une formation restant sur un Grand Chelem, il n’en sera rien. Les Tricolores battus par l’Italie en ouverture, nous en avons parlé, mais que dire du XV du Poireau ? Huit défaites de rang, dont cinq dans leur antre, les Gallois sont à la recherche de leur premier succès depuis le 17 mars 2012, date de leur dernière rencontre du dernier Tournoi, leur offrant le Grand Chelem (le 11ème de l’histoire) sur un plateau.

L’énigme galloise

Trois défaites (certes justes), mais trois défaites tout de même en Australie lors de la tournée d’été (19-27, 23-25, 19-20), puis quatre revers de rang à Cardiff lors de la tournée d’automne face à l’Argentine (12-26), les Samoas (19-26), la Nouvelle Zélande (10-33) et encore sur le fil contre l’Australie (12-14), et enfin cet échec en match d’ouverture du Tournoi au Millenium et face à l’Irlande (22-30). Un bilan sans appel, le pire que le XV du Poireau ait connu dans l’histoire ! Pourtant nous pouvons tout y voir. Soit une équipe qui, après avoir tutoyé les sommets, s’est brûlée les ailes pour retomber de très haut. Soit une équipe qui connait un coup de pompe, qui se reconstruit et qui arrivera au Stade de France comme une bête blessée, et donc jamais aussi dangereuse que maintenant.

Nous retiendrons cette hypothèse, car les qualités galloises ne sont plus à prouver. A l’image de leur collectif, les stars des diables Rouges, Philipps, North, Halfpenny, Cuthbert, Warburton, Hook… peinent à retrouver l’étincelle, mais elle est bien quelque part, car leur véritable niveau n’est pas celui qu’ils montrent aujourd’hui. On ne peut mener le Pays de Galles jusqu’en demi-finale de la Coupe du Monde et signer en Grand Chelem dans la foulée, pour se réveiller et ne plus savoir jouer au rugby. La question est de savoir quand ce potentiel va de nouveau s’exprimer. Gageons que ce ne soit pas samedi ! Autre paramètre à prendre en compte, Rob Howley, sélectionneur intérimaire du XV du Poireau tente tant bien que mal de faire la jonction, sans succès pour le moment… mais jusqu’à quand ?

La méfiance doit donc rester de mise pour la France, car si les Gallois ont été balayés par l’Irlande durant un peu plus d’une mi-temps (30-3 pour les Irlandais à la 43ème minute) leur réaction fut certes trop tardive, mais tonitruante. Il n’est en effet pas donné à tout le monde d’infliger un net 19-0 à la Verte Erin de cette manière. Par ailleurs, si la dernière victoire du pays de Galles au Stade de France remonte à 2005 (succès 24-18), les Diables Rouges ont remporté trois de leurs sept derniers déplacements dans l’hexagone. Et pour la petite histoire, comme nous le disions plus haut, ils sont à la recherche de leur premier succès depuis le 17 mars 2012, date de leur dernière rencontre du dernier Tournoi, leur offrant le Grand Chelem… une victoire acquise 16-9, face la France !

Les cinq dernières confrontations dans le Tournoi
17 mars 2012, Pays de Galles – France : 16-9
19 mars 2011, France – Pays de Galles : 28-9
26 février 2010, Pays de Galles – France : 20-26
27 février 2009, France – Pays de Galles : 21-16
15 mars 2008, Pays de Galles – France : 29-12

Les cinq dernières confrontations dans le Tournoi au Stade de France
19 mars 2011, France – Pays de Galles : 28-9
27 février 2009, France – Pays de Galles : 21-16
24 février 2007, France – Pays de Galles : 32-21
26 février 2005, France – Pays de Galles : 18-24
29 mars 2003, France – Pays de Galles : 33-5

JPEG - 110.8 ko
Méfiance pourtant pour les Bleus, car si les Gallois n’ont plus gagné depuis huit mois leur dernier succès avait eu lieu face... à la France, 16-9 à Cardiff pour leur permettre de remporter le Tournoi (Crédit photo : Presse Sports)

Retrouvez tous les résultats du Tournoi ici

Retrouvez le classement du Tournoi ici

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
5ème journée du 12 au 14 septembre
pts
1 1
Clermont
18
2 2
Paris
17
0 3
Toulon
14
-3 4
Montpellier
14
3 5
Bordeaux
13
4 6
Racing Metro
13
-2 7
Grenoble
12
3 8
Oyonnax
11
-3 9
Toulouse
10
3 10
Bayonne
10
-4 11
Lyon
9
-3 12
Brive
9
1 13
La Rochelle
9
-2 14
Castres
6

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
4ème journée du 13 au 14 septembre
pts
0 1
Pau
18
0 2
Albi
17
5 3
Tarbes
12
-1 4
Perpignan
10
4 5
Mont-de-Marsan
10
4 6
Montauban
10
-2 7
Bourgoin
10
-4 8
Béziers
9
3 9
Carcassonne
9
5 10
Agen
8
-4 11
Biarritz
8
-6 12
Colomiers
8
-2 13
Aurillac
8
0 14
Dax
5
-2 15
Narbonne
5
0 16
Massy
3

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2014-2015
←← →→
Voir tout le calendrier