International L’actu
Par Baptiste LE BEUX, le 28 avril 2012.

Amlin : suspense et maîtrise

A l’issue des demi-finales, Toulon et Biarritz ont validé leur billet pour la finale de Twickenham. Le RCT au bout du suspense, Le BO au bout de la maîtrise. Si la manière a différé, le bonheur est identique. L’objectif de victoire est désormais le même pour les deux clubs, à un détail tout de même, car un succès offrirait la HCup aux Basques la saison prochaine.

JPEG - 70.4 ko
Le RCT et le BO s’opposeront en finale à Twickenham après avoir respectivement éliminé le Stade Français et Brive. (Crédit photo : Presse Sports)

Un début de match parfait grâce à un essai d’entrée, une fin signée de main de maître par l’inévitable Wilko et un drop de 40 mètres, une victoire toulonnaise maîtrisée en somme… et bien non. Car entre ces deux démonstrations de force, le RCT s’est fait peur, très peur, dans son antre de Mayol. Si Armitage marquait en coin dès la 2ème minute de jeu, cet essai, plus que galvaniser encore un peu plus les Méditerranéens, éteignait les Rouge et Noir, ou plutôt réveillait les Parisiens… et surtout la jeunesse de la Capitale, lancée dans le grand bain à cette occasion.

Si les toulonnais parvenaient à se montrer dangereux très régulièrement, leurs trop nombreuses fautes permettaient aux Stadistes de se donner systématiquement de l’air, mieux de faire le trou grâce à un essai de leur arrière Bonneval (21 ans) et à un impeccable Julien Plisson (20 ans), pour mener à deux reprises de 11 points (16-5, puis 19-8) et virer en tête à la pause (19-12). Une situation inadmissible pour Toulon, qui, durant les 10 premières minutes de la seconde période, parvenait à faire son retard et prendre les devants 20-19, avant de creuser l’écart à la 53ème, grâce à une nouvelle pénalité de leur artificier en chef.

Mais il était dit que Paris titillerait leurs hôtes jusqu’au bout, et sur une nouvelle inspiration de Bonneval, Turinui, bien servi par Arias filait en coin pour redonner l’avantage aux siens… un avantage encore accentué par la réussite au pied de Plisson sur la transformation (26-23). Débutait alors un terrible jeu du chat et de la souris où les deux ouvreurs, malgré la différence d’âge et d’expérience se rendaient coup pour coup, pour mener les deux formations vers la prolongation, Toulon et Paris étant toujours dos à dos à la 79ème minute, 29-29.

Sous le signe de la jeunesse parisienne

Mayol pouvait gronder, voyant sa formation, encore incapable de s’imposer après trois matches consécutifs sans victoire, et surtout un nul concédé une semaine auparavant, sur cette même pelouse face à Castres (25-25). Il pouvait surtout gronder sur son chouchou, Jonny Wilkinson, maître artilleur s’il en est, intarissable marqueur de points, mais présentant pourtant six échecs au pied, manquant quatre pénalités et deux drops. Mais il est souvent dit que c’est dans la difficulté que l’on reconnait les grandes équipes et les grands joueurs.

Au pied du mur et à quelques secondes de devoir batailler en prolongations, le RCT enchainait les départs au ras pour mettre son ouvreur anglais en bonne position et saisir la bonne occasion. La 79ème fut la bonne. La balle fusait des mains de Tillous-Borde puis du pied de Wilko pour passer entre les perches et offrir une deuxième finale de Challenge aux Toulonnais en trois ans. Avec 27 points au pied, et malgré un manque de réussite rare pour lui, le britannique à de nouveau été l’un des grands artisans du succès toulonnais… une finale en Angleterre, pour l’un des enfants chéris des Sujets de Sa Majesté, ça motive !

JPEG - 103.7 ko
Avec 27 points, Jonny Wilkinson a été l’un des grands artisant de la qualification toulonnaise (Crédit photo : Presse Sports)

Wilko, évidemment…

Les regrets d’avoir laissé filer une rencontre qu’ils avaient su parfaitement maîtriser en première période, seront sûrement de taille côté parisien, mais ce match doit servir de déclic et leur permettre de finir la saison en trombe, la qualification dans le viseur. Pour Toulon, c’est la fin d’une série sans victoire trop longue, et la confirmation que la coupe d’Europe reste une bouffée d’aire pure pour les Rouge et Noir… on l’espère sur la rade, avec une issue plus heureuse qu’en 2010. Et du bonheur, on en veut aussi côté Biarrot. Après deux défaites en finale de HCup (en 2006 face au Munster, 19-23, puis en 2010 face à Toulouse, 19-21), les Basques espèrent bien ne pas connaitre pareille mésaventure en Amlin Challenge Cup.

Jusqu’ici, ils sont parvenus à leurs fins. Reversés de HCup à l’issue de la phase de poule, les biarrots avaient la chance de pouvoir disputer les phases finales de l’autre Coupe d’Europe, une occasion rêvée de retrouver le sourire dans une saison noire en championnat. Et force est de constater qu’après un match où ils jouèrent à se faire peur (comme souvent en 2011-2012 !) à Londres face aux Wasps (26-23), en quarts, puis à domicile en demie contre Brive, ils l’ont retrouvé !

La force basque !

Si la première demie envoyait le premier finaliste à Twickenham au bout du suspens, à Aguilera, ce fut au bout de la maîtrise. Au regard de la météo, il était dit que les envolées seraient rares et que les avants auraient un rôle primordial à jouer. Ceux du BO furent impériaux ! La densité basque, l’inévitable Yachvili, une inspiration de Bosch et la dextérité de Traille firent le reste, et surtout la différence pour plier la rencontre à la pause (13-0) et permettre aux locaux de voire la deuxième période s’ouvrir sous les meilleurs auspices.

Le CAB n’eut que très peu l’occasion de faire douter son adversaire, et quand il le put, il le payait chèrement. A l’image de cette mêlée perdue à l’heure de jeu, fin de tous les espoirs corréziens. Après avoir mis la pression sur la ligne biarrote pendant 10 bonnes minutes, les Cabistes obtenaient une pénalité, mais au lieu de tenter de réduire le score, ils prenaient la mêlée pour revenir plus vite dans le match. Erreur ! Sur un effort énorme du pack biarrot, le BO récupérait la balle et assurait, même à 20 minutes de la fin, la victoire.

La suite de la rencontre permit aux Rouge et Blanc de faire gonfler le score pour s’imposer 19-0, remporter sa première demi-finale dans cette compétition et obtenir le droit d’y disputer sa première finale. Mais c’est bien au-delà de cette prestigieuse rencontre, qui se déroulera au Stoop de Twickenham, que l’intérêt basque se placera. Si la victoire et le fait d’ajouter une ligne de plus au palmarès sera évidemment une récompense formidable, un succès permettrait surtout à Biarritz de valider son ticket pour la prochaine HCup, chose inespérée il y a peu pour une formation qui lutte toujours pour son maintien en championnat.

Ce Toulon – Biarritz s’annonce donc explosif, mais inévitablement indécis en raison de l’incertitude qui plane sur l’avenir des deux clubs en championnat. Elle pourrait offrir un spectacle très différent si Toulon était qualifié en demi-finale du TOP 14 Orange ou éliminé… si Biarritz se maintenait ou était relégué… réponse fin mai pour savoir ce qu’il est advenu de ces deux formations à l’échelle nationale, et qui par leur mental respectif, offriront, quoiqu’il arrive, un combat énorme.

JPEG - 64.7 ko
Les avants basques ont été impériaux face à Brive, et à la base du succès biarrot. (Crédit photo : Presse Sports)
L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
24ème journée du 11 au 12 avril
pts
0 1
Montpellier
70
0 2
Toulon
69
0 3
Clermont
69
1 4
Racing Metro
65
1 5
Toulouse
62
-2 6
Castres
62
0 7
Bordeaux
59
0 8
Paris
59
0 9
Brive
56
0 10
Grenoble
51
1 11
Perpignan
50
1 12
Bayonne
48
-2 13
Oyonnax
48
0 14
Biarritz
26

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
27ème journée du 12 au 13 avril
pts
0 1
Lyon
104
0 2
La Rochelle
90
0 3
Agen
89
0 4
Pau
81
0 5
Narbonne
81
0 6
Tarbes
75
0 7
Bourgoin
59
0 8
Aurillac
59
0 9
Mont-de-Marsan
58
0 10
Colomiers
57
0 11
Béziers
54
1 12
Albi
50
-1 13
Dax
49
0 14
Carcassonne
41
0 15
Bg-en-Bresse
40
0 16
Auch
35

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2013-2014
←← →→
  • vendredi 18 avril
  • 20h45 Castres / Montpellier -
    Diffusion : Canal + Sport
  • samedi 19 avril
  • 14h55 Oyonnax / Toulouse -
    Diffusion : Canal +
  • 17h00 Perpignan / Toulon -
    Diffusion : Canal +
  • 18h30 Biarritz / Brive -
    Diffusion : Rugby + 255
  • 18h30 Grenoble / Bayonne -
    Diffusion : Rugby + 256
  • 18h30 Racing Metro / Clermont -
    Diffusion : Rugby + 257
  • 20h35 Paris / Bordeaux -
    Diffusion : Canal + Sport
Voir tout le calendrier