International European Rugby challenge Cup
Par Baptiste LE BEUX, le 17 janvier 2013.

Amlin - J6, Un bilan un peu décevant

Ce week-end, à l’occasion de la 6ème et dernière journée d’Amlin, la compétition va livrer ses derniers secrets et dévoiler les cinq formations appelées à disputer les quarts, en compagnie des clubs reversés de HCUP. Côté Français, seuls trois équipes peuvent encore croire à la qualification : l’USAP, le Stade Français et le FCG. Sauf gros accident de parcours, Perpignan devrait passer le cap, comme Paris, dans le groupe 5, qui devance Grenoble d’un petit point. Pour les quatre autres, l’objectif est de bien préparer le retour en championnat où elles sont toutes en difficulté. Au final, comme le souligne Didier Nourault, l’entraîneur du PARC, c’est un bilan un peu décevant.

JPEG - 96 ko
Son destin entre les mains, l’USAP de David Marty est en passe d’accéder aux quarts, avant d’être rejoint par Paris ou Grenoble, voire par les Français reversés de HCup. (Crédit photos : Presse Sports)

A l’aube de cette dernière journée d’Amlin Challenge Cup, l’équation est simple, seuls trois clubs peuvent encore se qualifier, l’USAP, le Stade Français et le FCG. Les deux derniers se disputant à distance le ticket du groupe 5, seules deux formations pourront prétendre représenter le rugby hexagonal en quarts de finale, une seule formation par groupe accédant à cette opportunité. Avantage à Perpignan et Paris, comme le souligne Didier Nourault : « Pour ces deux équipes, sauf gros accident de parcours, c’est réglé. Ils sont leaders de leur groupe, et à moins de perdre ou de ne pas gagner avec le bonus offensif, chose impensable à mon sens, ils devraient valider leur qualification ».

Dans le groupe 5, donc, avantage au Stade Français. Paris, premier avec 20 points, qui reçoit les London Welsh, doit, pour s’éviter tout calcul d’apothicaire, empocher les 5 points d’une victoire bonifiée pour participer aux phases finales. Chose plus que probable pour une équipe qui, mises à part les deux confrontations franco-françaises, a fait carton plein. D’autant plus, lorsque l’on sait qu’un cinglant 68-19 avait récompensé les Parisiens pour leur périple à Londres lors de la première journée. Un avantage psychologique indéniable qui devra être confirmé pour rêver à poursuivre l’aventure. Logique pour le technicien aixois : « Paris avait annoncé que cet Amlin était l’un de leurs objectifs. Ils s’y sont tenus et sont en passe aujourd’hui de pouvoir continuer à y croire ».

Deux qualifications

Pour Grenoble, deuxième avec 19 unités, les choses s’annoncent forcément plus compliquées ! N’ayant pas leur destin entre les mains, il faudra, en plus de la victoire en Italie, compter sur un faux pas des Parisiens à domicile. Si le premier critère ne semble pas problématique, le second semble beaucoup moins envisageable. Reste que malgré tout, les Isérois auront l’obligation de s’imposer en Italie, cerise sur le gâteau ou pas. La victoire 59-3 du match aller laisse libre court à tout optimisme, et qui sait, l’incertitude constante liée à notre sport pourrait peut-être offrir un cadeau inespéré aux hommes de Fabrice Landreau.

Situation identique à Paris pour l’USAP dans la poule 2. Même s’il est co-leader avec Worcester (20 points au compteur), le club catalan a son destin entre les mains. En effet, au sortir de sa double confrontation face aux Anglais, il devance son concurrent direct au classement. Et donc, comme son homologue parisien, pour s’éviter tout calcul inutile, il faut viser un succès bonifié. Chose plus que probable pour des Sang et Or vainqueurs à l’aller, en Italie, 79-12. « Là encore, pas de suspens. Face à Rovigo, ne pas prendre les cinq points serait une contre performance » avoue Didier Nourault. « Ils ont toujours pris le bonus face à ces Italiens et aux Espagnols, donc pour cette dernière sortie, synonyme de qualification, ils vont faire de même ».

L’optimisme est donc de mise, pour voir deux clubs représenter le rugby français en quarts… deux clubs issus de l’Amlin en tout cas. Car en effet, si seuls les premiers de poule participent aux phases finales, le contingent tricolores étant du coup réduit, les troisièmes, quatrièmes et cinquièmes meilleurs deuxièmes de HCup seront reversés en Challenge, et là les possibilités de voir d’autres clubs français figurer sont réelles… et de qualité ! Le Racing-Métro 92, Castres et Biarritz, évincés (ou pratiquement) de la course à la qualification pourraient faire partie des élus. Dans une moindre mesure, Toulouse, qui disputera la finale de son groupe à Leicester, et Montpellier, qui reçoit Toulon déjà qualifié, pourraient en cas de désillusion ce week-end, faire figure d’épouvantail en Amlin dans les mois à venir.

Bilan un peu décevant

D’autant que l’enjeu est de taille, car une victoire en Amlin permettrait à l’équipe brandissant le trophée, de participer à la prochaine HCUP… si toutefois il n’était pas qualifié via son championnat domestique. Et quand bien même, si c’était le cas, cela libérerait une place supplémentaire pour une équipe de son pays. L’objectif est donc de taille pour le rugby tricolore, la Grande Coupe d’Europe en ligne de mire ! Même si Didier Nourault reste quelque peu sur sa faim. « Il y aura deux clubs issus de cette compétition en quarts, il faudra voir combien seront reversés de HCup, mais c’est tout de même un peu décevant » estime l’entraîneur du Pays d’Aix. « On espérait trois clubs qualifiés, à minima, il n’y en a que deux, je pense qu’il y avait la place pour plus. »

Loin de ces considérations de phases finales, Mont de Marsan et Bordeaux Bègles (respectivement en déplacement à Gloucester et aux London Irish) dans la poule 1, Bayonne (à Mogliano) dans le groupe 3 et Agen (à domicile face à Mogliano) dans la poule 4, disputeront également des matches à enjeux. Pas pour la présente coupe d’Europe, à moins de jouer des rôles d’arbitres pour leurs adversaires, mais pour les échéances nationales.

« Pour certaines, la qualification n’était pas un objectif, pour d’autres, les objectifs ont changé en cours de parcours » explique Didier Nourault. « Il clair que désormais, il faut faire tourner, intéresser tout le monde pour se retourner vers le championnat ». En effet, toutes en difficultés en TOP 14, ces formations doivent se rassurer à l’occasion de cette dernière sortie continentale, afin de revenir aux affaires nationales avec des certitudes et des objectifs de maintien soutenus.

Retrouvez les horaires et les diffuseurs de toutes les rencontres ici.

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
2ème journée du 22 au 23 août
pts
1 1
Toulon
9
5 2
Toulouse
9
1 3
Clermont
8
-1 4
Bordeaux
8
0 5
Paris
8
7 6
Bayonne
5
-6 7
Brive
5
1 8
Montpellier
5
-3 9
Racing Metro
4
1 10
Grenoble
2
1 11
Lyon
1
-4 12
Oyonnax
1
-3 13
Castres
1
0 14
La Rochelle
0

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
1ère journée du 23 au 24 août
pts
0 1
Montauban
5
0 2
Perpignan
4
0 3
Albi
4
0 4
Mont-de-Marsan
4
0 5
Tarbes
4
0 6
Béziers
4
0 7
Pau
4
0 8
Biarritz
4
0 9
Aurillac
1
0 10
Massy
1
0 11
Agen
1
0 12
Dax
0
0 13
Narbonne
0
0 14
Bourgoin
0
0 15
Colomiers
0
0 16
Carcassonne
0

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général TOP 14 2014-2015
←← →→
  • vendredi 29 août
  • 20h45 Clermont / Montpellier -
    Diffusion : Canal + Sport
  • samedi 30 août
  • 14h45 La Rochelle / Toulouse -
    Diffusion : Canal +
  • 18h30 Castres / Bayonne -
    Diffusion : Rugby + 255
  • 18h30 Grenoble / Bordeaux -
    Diffusion : Rugby + 256
  • 18h30 Lyon / Brive -
    Diffusion : Rugby + 257
  • 18h30 Oyonnax / Paris -
    Diffusion : Rugby + 258
  • 20h45 Racing Metro / Toulon -
    Diffusion : Canal + Sport
Voir tout le calendrier