TOP 14 Le point
Par Nicolas LAVALLEE, le 2 mai 2012.

Romain Teulet, l’homme qui valait 3.000 points !

Il reste deux points à Romain Teulet pour entrer dans le livre des records du rugby. Si le buteur tarnais inscrit ces fameux deux points ce week-end il pourra savourer l’ovation, debout, que ne manqueront pas de lui faire les spectateurs du stade Pierre-Antoine. Assistant à un record mondial, ceux-ci sauront saluer comme il se doit la fidélité d’un joueur qui viendra de passer le cap des 3.000 points inscrits pour 1 seul club. De quoi rendre fiers Grant Fox et Laurent Labit les deux référents de Romain Teulet ; et jaloux Dan Carter et Jonny Wilkinson les références mondiales au pied…Retour sur une carrière, sur le joueur et sur l’homme…

LES 3.000 POINTS

« Passer 3.000 points avec un seul club est très émouvant pour moi. Dans un rugby moderne où la fidélité à un club est plus rare, je prends ce cap comme celui d’une confiance accordée pendant 11 ans par mes entraîneurs successifs et les responsables du club. Je prends cela avec beaucoup d’émotions…Les passer à Pierre-Antoine, ce serait encore plus fort. Ca dépasse ce que je pouvais imaginer lorsque j’étais gamin, que je partais tous les jours taper dans un ballon ovale ou rond. C’était au-delà d’une passion. Je tapais tous les jours en me fixant des défis. Même si j’évite de m’arrêter sur les coups de pied passés, certains restent de vrais échecs. »

LA PENALITE DE MONTPELLIER
« Cette pénalité fait partie de mes pires souvenirs ! Je ne m’explique toujours pas ce qui s’est passé, pourquoi la trajectoire du ballon a été celle-ci. On est à Pierre-Antoine, ces trois points peuvent nous envoyer en demi-finale et je la rate. Mais ce soir là je suis à 50% d’échec, alors que sur 10 ans ma moyenne était de 85%. C’est un vrai traumatisme. J’ai mis longtemps avant de revenir au stade et lorsque je suis revenu c’est la première chose dont je me suis souvenu. Pendant des jours j’ai revu cette trajectoire en imagerie mentale… cette saison je fais 90% et Bustos Moyano 50% lors du même match mais je ne laverai cet échec qu’en étant performant en barrage. »

LES 2.000 POINTS
« Le 28 août 2010 à Bayonne, je passe la barre des 2.000 points. Un grand moment aussi car c’est symbolique. J’ai appris avoir été le premier français à le faire. Et deux après, je suis le seul au monde à passer les 3.000 points ? J’ai vraiment toujours eu envie de renvoyer cette confiance que le club m’a témoignée. Mes prochains défis seront de n’inscrire que 3.000 points en championnat, ou que au pied par exemple. Il me reste environ deux ans de carrière et j’aime me fixer des objectifs de ce genre. J’ai aussi eu la chance d’être rarement sorti du groupe et d’être très souvent titulaire. Il est alors plus facile d’inscrire des points… »

LES PREMIERS POINTS
« Je fonctionne à l’affectif et si j’ai eu des opportunités de signer ailleurs, je suis resté fidèle à Castres car je m’y sens bien. C’est mon club de cœur. En 2001, les dirigeants sont venus me chercher au fin fond de ma Dordogne à Monbazillac près de Périgueux où j’ai débuté et avec qui j’ai inscrit 148 points. J’ai disputé mon premier match avec le CO le 8 septembre 2001 à domicile contre Narbonne, en TOP 16. J’étais arrivé à l’inter-saison, deux mois plus tôt et là, pour ma première sélection, à 23 ans, je passe 27 points (victoire 42-20, NDLR). En face, il y avait quand même Gonzalo Quesada ! »

LA GENESE DU BUTEUR
« Dès que j’ai su marcher j’ai eu un ballon près de moi paraît-il. Ovale ou rond, peu importe j’avais toujours une balle à portée de pieds. Enfant, je me faisais des parcours dans Monbazillac comme pour un concours de billes. Je devais passer le ballon à tel endroit, au-dessus de tel obstacle, etc. Plus grand j’allais, avec mon vélo, taper dans la balle au stade communal. Et ensuite, ça a été le stade de Bergerac avec la mobylette…taper c’est ma vie, c’est dans mes gênes ! J’avoue des fois être en manque lors des jours de repos. Je crois que les buteurs sont un peu psychopathes ! »

LES ENTRAINEURS
« Mon père a beaucoup compté et il garde un regard sûr sur mes tirs. Il a joué et était buteur mais il a dû arrêter en Juniors à cause d’une méningite. Il avait du talent et un coup de pied très précis paraît-il. Il était électricien et me montait des structures avec des tuyaux de plastiques pour faire comme des poteaux ! Je tapais d’assez loin avec des objectifs à atteindre. Ensuite il y a eu Bruno Zorzetto mon entraîneur de Benjamins à Juniors qui me donnait des conseils très pertinents pour « traverser la balle », « rentrer dans le ballon ». Je pense aussi à Puydebois en équipe de France Juniors toujours précis et juste. Enfin, Jacques Cabrol qui a façonné Laurent Labit et Francis Rui a été un vrai mentor. »

LES EXEMPLES
« Grant Fox d’abord à la coupe du Monde 1987. J’aimais sa façon de se préparer lors des tirs. Il était extrêmement précis. Il m’a beaucoup marqué et je me suis référé à lui dans la régularité de la performance. Côté français, Philippe Cambérabéro avait aussi une préparation très structurée. C’est l’un des premiers buteurs français à faire ceci. Thierry Lacroix dont la technique de frappe était excellente ; Laurent Labit, Richard Dourthe, Christophe Lamaison ou Christophe Deylaud aussi m’ont inspiré. J’aimais surtout voir comment ils abordaient leur tir et analyser leur efficacité. Aujourd’hui, je me sens proche de Dimitri Yachvili dans sa technique de tir. »

LA TECHNIQUE
« Ma prise d’élan et de repère n’est pas travaillée, elle est naturelle et a toujours été ainsi. C’est en me découvrant à la télé que je me suis rendu compte de ce que je renvoyais aux spectateurs, de cette image saccadée avec les bras. Ce côté « Robocop ». Quand je pose le ballon je regarde une seule fois les poteaux et je me trace une ligne imaginaire qui part du ballon et va au milieu de la transversale. A une époque je tapais beaucoup plus haut mais je me suis rendu compte que je perdais en précision. Le but du jeu est de passer la balle entre les poteaux verticaux et la barre transversale, pas de tirer haut. Ma manière de faire est personnelle et rien ne dit que si je copiais Jonny Wilkinson j’obtiendrai les mêmes résultats. La seule chose qui compte dans ma préparation c’est le nombre de pas de côté. En fonction de la distance ce sera un ou deux. C’est tout. »

LA TAILLE
« Oui je fais 1,63 mètres mais cela n’a jamais été un problème pour moi. C’est l’avantage du rugby d’ailleurs…et puis c’est quoi la bonne taille ? En plus cela rassure les enfants qui sont plus petits que leurs camarades. Lorsque je les rencontre ils se sentent valorisés. Ils constatent qu’on peut être petit mais performant. Et puis il y a d’autres petits gabarits qui s’en sortent pas mal : Pierre Mignoni, Marc Andreu par exemple…Le talent d’un homme ne se mesure ni à son poids, ni à sa taille. »

LES ECHECS
« Très tôt je me suis construit dans la difficulté. J’ai connu de vrais échecs en Juniors scolaires et en sélection où je m’écroulais. Je n’étais pas constant à cause de la pression du maillot. Et puis, en évoluant je me suis dit que des échecs j’allais toujours en connaître dans ma vie. Et là je me suis fait une promesse : celle d’être le plus proche possible de réussir, d’être au plus près des poteaux au moment de l’échec. A partir de là l’erreur est acceptée car elle a un côté positif. »

LA PRESSION
« A Bergerac lorsque j’évoluais en équipe première j’avais à peine 18 ans. On jouait le maintien tous les ans et le buteur avait une importance capitale. J’ai dû passer nombre de coups de pieds importants qui m’ont permis de relativiser les suivants. En 1986, pour mon premier match à domicile face à Limoges je passe une pénalité de plus de 50 mètres qui nous permet de remporter le match. Contre Tours un peu plus tard j’ai une pénalité à 25 mètres en coin. Si elle passe on est maintenus, si elle ne passe pas on descend. Elle est passée… »

LES REGRETS
« L’équipe de France reste un grand regret. J’ai connu toutes les sélections jeunes, puis France A et j’étais de la dernière promotion du bataillon de Joinville. J’ai toujours été aux portes de l’équipe de France mais je n’ai jamais eu cette chance. C’est sans doute de ma faute. En n’étant pas dans un club hyper-médiatisé, en n’ayant peut-être pas assez provoqué cela, je suis sans doute passé à côté. Je n’en veux à personne et j’ai conscience que les joueurs appelés avaient leur place et des qualités supérieures aux miennes. Je pense que si je ne méritais pas une carrière en bleu, je méritais quand même quelques capes. »

LES BONHEURS
« Ils sont nombreux. Il y a le bonheur personnel d’avoir un enfant, il y a ce record des 3.000 points et le fait de vivre de ma passion. D’un point de vue sportif si ne pas porter le maillot bleu reste un regret, avoir revêtu celui des Barbarians et être allé gagner en Argentine est une joie extraordinaire. L’autre grand bonheur est d’avoir été élu dans le XV du siècle du CO. Ca c’est très très fort pour moi…Finalement, une sélection c’est exceptionnel mais une carrière dans un club c’est au-delà car il se créé des valeurs humaines irremplaçables et ça compte beaucoup dans une vie. »

TOTAL DE POINTS

Coupes d’Europe
HCup : 220 points
Amlin Challenge : 97 pts
Bouclier européen : 95 pts

Championnats
2001 à 2009 : 1778 points
2009-2010 : 263 pts
2010-2011 : 326 pts
2011-2012 : 219 pts
Total : 2.586 pts

Total CASTRES au 2 mai 2012 : 2.998


Romain
TEULET

Né le : 05-02-1978

Taille : 163 cm

Poids : 80 kg

En savoir plus

L'actu rugby en vidéo
Toutes les vidéos

SUIVEZ-NOUS Flux RSS Icône RSS

 

CLASSEMENTS Afficher le classement Replier le classement

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14 orange
12ème journée du 28 au 30 novembre
pts
1 1
Toulon
37
-1 2
Clermont
36
0 3
Paris
35
0 4
Racing Métro 92
33
0 5
Grenoble
32
0 6
Bordeaux Bègles
29
0 7
Toulouse
28
0 8
Montpellier
27
2 9
Oyonnax
25
0 10
Bayonne
23
-2 11
Brive
23
2 12
Lyon
22
-1 13
La Rochelle
21
-1 14
Castres
20

Détails du classement

Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
14ème journée du 13 au 14 décembre
pts
0 1
Pau
49
3 2
Biarritz
39
4 3
Perpignan
36
-1 4
Albi
36
1 5
Aurillac
36
-4 6
Mont-de-Marsan
35
-3 7
Colomiers
34
1 8
Montauban
34
-1 9
Béziers
31
0 10
Agen
29
1 11
Carcassonne
28
1 12
Tarbes
27
-2 13
Massy
25
1 14
Dax
22
1 15
Bourgoin
21
-2 16
Narbonne
21

Détails du classement

 
Pariez sur le TOP 14 et la PRO D2 avec notre partenaire Logo PMU.fr

CALENDRIERS / RÉSULTATS Afficher le calendrier Replier le calendrier

Ligue Nationale de Rugby - logo top 14
 
Ligue Nationale de Rugby - logo prod2
 
Calendrier général PRO D2 2014-2015
←← →→
  • vendredi 19 décembre
  • 19h00 Mont-de-Marsan / Dax -
    Diffusion : Eurosport
  • samedi 20 décembre
  • 18h30 Agen / Massy -
  • 18h30 Bourgoin / Biarritz -
  • 18h30 Carcassonne / Pau -
  • dimanche 21 décembre
  • 15h00 Colomiers / Albi -
  • 15h00 Perpignan / Narbonne -
  • 15h00 Tarbes / Aurillac -
  • 15h05 Montauban / Béziers -
    Diffusion : Sport + France 3 Régions
Voir tout le calendrier